Esquisse d

Esquisse d'un programme socio-économique pour la nouvelle Tunisie

-

Documents
6 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La question fondamentale qui se pose aujourd’hui aux autorités d’un grand nombre de pays en développement surtout ceux assez endettés vis-à-vis de l’extérieur, est la suivante : comment assurer une croissance économique tout en rétablissant une balance des paiements viable et un accès normal aux sources de financement extérieur dans un environnement international empreint de nombreuses incertitudes.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 06 novembre 2011
Nombre de visites sur la page 500
Langue Français
Signaler un problème
2011
Esquisse d'un programme socio économique pour la nouvelle Tunisie Pistes de réflexion Akery F.
Akery F. Amadeus 24/01/2011
La question fondamentale qui se pose au ourd’hui aux autorités d’unrand nombre de pas en développement surtout ceux assez endettés visàvis de l’extérieur, est la suivante: comment assurer une croissance économique tout en rétablissant une balance des paiements viable et un accès normal aux sources de financement extérieur dans un environnement international empreint de nombreuses incertitudes.Certains pays ont voulu différer pendant quelques temps le réaménagement nécessaire de leurs politiques économiques en empruntant à l’extérieur, en utilisant leurs réserves de chane ou en imposant des restrictions administratives aux importations des biens et services. Cette stratégie de report à un coût élevé en termes de croissance et d’endettement surtout si les sources de financement seront taries.La réduction du déséuilibre extérieurénéralement sur recommandations des plans d’ajustement structurels, s’est alors opérée d’une manière brutale et automatique dans des conditions toujours dommageables pour l’économie, souvent difficiles à supporter sur le plan social (austérité budgétaire et corruption etpolitique pertede la souveraineté .S’il est vraiu’un as neeut asse soustraire lontem sà la nécessité de réduire son déséuilibre extérieur, la manière avec lauelle il effectue cette réduction est cruciale du point de vue de la croissance économique et de la ré artitiondes revenus. De ce fait, un rééuilibra ede la balance desaiements avec réduction du déséquilibre extérieure peut servir la croissance.Il n’a lusde «économi ueoliti ueourui soit efficacee » derecettes t tous lesa s.Les as sont trodifférents sur le trile lanéconomi ue, oliti ueet institutionnelour u’unea rocheuni ueet mécaniue uisse réussir.Pour la Tunisie, un recentrae de laoliti ueéconomi ues’im ose.Deux orientations possibles :Une politique structurelle qui influence indirectement le niveau de la production courante et le potentiel de production.Avec bien évidemment des mesures d’accompagnement (politique monétaire accommodante et une politique de chane appropriée Loin des ambitions des partis politiques, ce papier constitue un effort personnel qui essaye de tracer les contours d’une politique
économique à composante sociale qui va de pair avec les réalités et les défis auxquels fait face la Tunisie.Pistes de réflexion pour un programme économique pour la TunisieMesures urentes:1 Adopter un plan de relance économique kenisien en renforçant l'investissement public. Le déficit public sera financé en partie avec l'émission des bons de trésoravec ouverture des souscriptions aux nonrésidents qui us uelà sont astreint à une limite de 20%et des fonds d'aui à la relance contractés avec la BIRD, BAD, FADES, AFD à des taux bonifiés2 Baisser le taux directeur de la banque centrale à un niveau où son impact sur le TMM est sinificatifes adoptertout en maitrisant l’endettement des ména certaines contingences) et surtout en acceptant quelques effets pervers (érosion monétaire rémunérationd’épar nené ativeen terme réel, répression financière et inflation2. Mesuresà moen et lontermeS’orienter vers un modèle de croissance reposant sur l’afflux d’investissements étranersL’économie tunisienne ne génère structurellement pas assez d’épargne pour financer l’investissement dans le développement de ses activités productives. Elle a besoin des flux de capitaux stables nonénérateurs de dette pour amorcer sa croissance. Les IDE sont nécessairement dépendants de facteurs extérieurs, mais surtout intérieursinfrastrure, fiscalité de faveur, climat d’affaire sain , oliti ueclaire et transarente en matière de lutte anticorrution, larotection des investisseurs,arantie de transfét des caitaux, incitations fiscales, artenariat non contrainnant, main d’œuvreualifiée .La nécessaire mobilisation d’investissements nationaux à la fois stables et volumineux supérieurs à leur niveau actuel, pour nourrir une croissance forte et durable qui permette de résorber le chômae. Ces investissements devraient rofiter à l’ensembleions défavorisées selonarticulier les rédu territoire en leurs spécificités réionales.La Tunisie pourrait profiter pleinementde sa demande intérieure dynamique et de son tissu entrepreneurial composée des PME. De plus, si la stabilité politique du pas se renforce, la question du modèle économique prendra certainement, au cours des prochaines années, une importance de plus en plus sinificative pour l’investisseur potentiel.
 L'Etat doit offrir toutes les garanties possibles aux investiisseurs pour que le site tunisien soit le plus convoité par rapport à nos concurrents directs ô combien ils sont nombreux. La suression de l'autorisation du conseil suérieur d'investissement ou du moins son assoulissement et ce,our toutesartici ationsétran ères dé assantles 50%La réoranisation du marché financier dans le sens d’aumenter sa capitalisation indicateurde notoriété de marché er de confiance des investisseurs etlimiter les investissements enortefeuille surtout à caractère s éculansion du crédit et donc laatif. Car ces afflux induisent, à court terme, l’ex consommation, ainsiue la chute des taux des BTA. Mais ilsrovo uenten même tems l’aréciation du dinar,énalisant ainsiétitivité dela com l’économie et aravant le déficit commercial.Une diversification de l’économie comme rempart face aux chocs exo ènesAudelà de l’aspect strictement macroéconomique, le déséquilibre dans la composition du PIB fait apparaître une vulnérabilité manifeste surtout en présence de deux secteurs sensibles (tourisme et agriculture) de même la présence d'une industrie de transformation dépendante des composantes importées et la marinalisation des industries hihtech à forte valeur a outée. Sachant que la productivitélobale des facteurs reste en deà des normes. Revoir la stratégie industrielle dans le sens du renforcement d'un partenariat étranger qui permet le transfert du savoir faire moyennant la fourniture d'un package d'incitation La nécessaire diversification des ciblesd’ex ortation Améri ueenlatine, mo orient et l’AfriueL’enracinement de la culture entrepreneuriale en améliorant le climat d’affaire et en facilitant les conditions de financement deseunes promoteurs par l’adoption du principe de parrainae Instaurer un label économiue valorisationdu made in Tunisiarâce à larise en charge par l’Etat des frais occasionnés par la certification des produits) et entamer une compane de communication promotionnelle àrande échelle sous le signe « Invest in ecodemocracy »).Financement Réfléchir sur la possibilité de créer des banques régionales
 la création de fonds budétaires dédiésérés arles autoritées réionales me arait aro riéesurtout u'ellesu osela décentralisation et resonsabilise les autorités localesui connaissent mieux les sécificités de leurs réions.Productivité Prévoir unro rammed'interressement ourfaire venir les exatriés tunisiens l'ex ériencede l'Inde L'université doit s'érier en un véritable laboratoire de recherchesrevoir l’échelle de priorité de l’enseignement des langues vivantes (jevise l’anglais)Efforts institutionnelsLes orientations économiques prises actuellement sont particulièrement riches d’implications sociales et politiques Une banue centrale autonome duouvoir ublicet désena ementro ressif de l'Etat des caitaux des banues Une indéendance de la banue centraleui doit être consacréear la constitution Regrouper les banques publiques en holding financier (car appartenant toutes à un même actionnaire i faut en minimiser les coûts. La fusion ne semble pas appropriée car elle créée une distorsion concurrentielle) Décloisonner les secteurs on et offshore La Tunisie devrait, à moen terme, maintenir un contrôle sur les mouvements des capitaux et mettre en place un réime de chane à bandes de fluctuation mobile en assurant un ancrae du taux de chane à un panier de devises qui ourrait être élarie auuan chinois et fixer un cooridor de fluctuations en concordance avec uneoliti uemonétaire accommodante.Instaurer l’équité fiscalePrévoir une taxe sur les richesses d’ailleursuea re oint le concet islami d’aumône, durcir la taxation en matière des droits d'enreistrement sur les o érationss éculatives surtoutles mobiliers Exonérer les personnes à faible revenues et petites entreprises
 Une politique sociale visant la réduction de la pauvreté et une plus grande équité socialeratuité des soins médicaux, prise en chare des frais de scolarité pour les plus démunis)