Jean Le Sot et les trois pets

Jean Le Sot et les trois pets

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Un conte de Jean Le Sot. Un prétendu devin qui dit qu'il mourra quand "il aura fait trois pets" Hors Jean Le Sot est contumier de cette mauvaise habitude, comment pourra t'il s'en empêcher et sauver sa peau?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 03 novembre 2011
Nombre de visites sur la page 321
Langue Français
Signaler un problème
Les trois pets...
Jean le sot est assis sur une branche, il est en train de la scier.
Jusque là, tout va bien, si ce n'est que Jean le sot est assis du
mauvais côté de la branche.
Passe par là un individu lambda, qui s'arrête devant cette
démonstration affligeante de non_intelligence.
-Mon cher, lui dit_il, votre esprit serait il en jachère?
_Comment ? Demande Jean le sot pour qui ce genre de
plaisanteries est un peu trop compliquée.
_Vous allez tomber! Insiste l'homme, puis devant la face niaise de
Jean le sot, il hausse les épaules et poursuit son chemin.
_Nan mais pour qui il se prend, celui_là? qu'est ce qu'il en sait si je
vais...Haaaaa!
(Se relève, se frotte l'arrière train.)
_Mais comment a-t'il pu savoir?! Haaa mais c'est un devin!
Monsieur le devin! Monsieur le devin!
_Quoi? Moi? Ha nan mais moi je suis pas du tout devin, je...Ha,
oui, effectivement je suis devin, un grand devin, que veux tu
savoir, jeune intermittant de la raison?
_J'ai toujours voulu savoir, quand est-ce-que je vais mourir?
_Laisse moi me concentrer, par tous les saints et toutes les
saintes...répondez à la requette de cet homme aux fonctions
défaillantes...Tu mourras, quand tu auras fait trois pets!
_Trois, pets?! Mais c'est bientôt alors!
Oui, parce que j'ai oublié de vous dire, mais ce Jean le sot,
célibataire de très longue date et vivant seul dans sa cahute au
somment d'une colline, ne se nourrit exclusivement que
d'aliments à forte teneur en gaz. Choux verts, blancs, rouges, de
bruxelles, brocolis, asperges et autres haricots...
Vivant seul, Jean le sot ne se retient jamais et c'est avec délice
qu'à longueur de journée il embaume l'air ambiant de ses vents
odorants.
_Ho mon Dieu, trois pets?! Mais comment je vais faire, bon, il faut
que je rentre vite, si je veux mourir chez moi. Jean le sot ramasse
sa hache, et, comme cela arrive parfois lorsque l'on fait un effort
qui n'était pas prévu... Un long sifflement sinistre...Plus que deux!
Jean le sot marche aussi serré qu'il peut vers sa maison, pas de
mouvements brusques, surtout, ne pas trébucher, ne pas...Mais
ses intestins manquent si cruellement d'entraînement, qu'à la
moitié du sentier...
Plus qu'un, et je serais mort!
Faudrait que, je me mette quelque chose, mais quoi?! Un caillou?
Nan, ça va faire mal...Un bâton? non, un oiseau? C'est
dégueulasse...Un touffe d'herbe! Je vais me mettre un bouchon en
touffe d'herbe, cela fera rempart.
(En ramasser, se cacher derrière un buisson, mimer le geste).
_Voilà, je suis solidement armé pour pouvoir rentrer chez moi
(marcher coincé)
Malheureusement, cela gronde, dans les intérieurs de Jean le sot,
et au bord du chemin, n'en pouvait vraiment plus, la dernière
effluve se fait la malle...
_Ca y est, je suis mort.
Passent par là, deux marchands, un père et son fils qui reviennent
de la foire. Voyant cet individu décédé dans le fossé, il décident de
le porter au village le plus proche, afin qu'il y soit enseveli selon la
tradition chrétienne.
_Prends les jambes fiston, je connais justement un excellent curé
dans un village non loin d'ici..Comment s'appellet'il déjà?
Miapoint, c'est cela, le Père Miapoint.
Allez, un effort!
(simuler le portage puis le trainage du corps)
_Papa, j'en ai marre il est lourd ce machabée, il est où, son village?
_J'en sais rien, moi, je suis pas devin!
Jean le sot saute alors sur ses deux jambes, et surprenant ses deux
porteurs:
_Ha ben c'est bête ça, parce_que tout à l'heure y'en avait un, de
devin, il est allé par là!
Les deux hommes se vengèrent alors de leurs heures d'efforts en
rossant tellement Jean le sot qu'ils le tuèrent, donnant ainsi raison
au prétendu devin.