ANNE – SOPHIE STEINLEIN : « COMME DANS LE CAS DE LA BANQUE, LES AFRICAINS SAUTERONT L’ÉTAPE DE LA LIBRAIRIE POUR CONSOMMER LA LECTURE DE MANIÈRE DIGITALE »

ANNE – SOPHIE STEINLEIN : « COMME DANS LE CAS DE LA BANQUE, LES AFRICAINS SAUTERONT L’ÉTAPE DE LA LIBRAIRIE POUR CONSOMMER LA LECTURE DE MANIÈRE DIGITALE »

-

Documents
5 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Il faut l’avouer, l’industrie du livre est un sujet compliqué en Afrique, notamment à cause des challenges liés à la distribution. Très peu de bibliothèques ou de librairies existent sur le terrain, les échanges internes sont absents, et il est d’autant plus difficile de faire connaître des ouvrages africains au-delà des frontières continentales. Pourtant, comme nous le rappelait Mariam Soro, les Africains veulent lire ! Nous avons rencontré Anne-Sophie Steinlein, responsable des relations éditeurs et du catalogue chez YouScribe, une bibliothèque digitale numérique qui souhaite vulgariser la lecture sur le continent.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 20 février 2020
Nombre de lectures 9
Langue Français
Signaler un problème
ANNESOPHIE STEINLEIN : « COMME DANS LE CAS DE LA BANQUE, LES AFRICAINS SAUTERONT L’ÉTAPE DE LA LIBRAIRIE POUR CONSOMMER LA LECTURE DE MANIÈRE DIGITALE »
Ilfaut l’avouer, l’industrie du livre est un sujet compliqué en Afrique, notamment à cause des challenges liés à la distribution. Très peu de bibliothèques ou de librairies existent sur le terrain, les échanges internes sont absents, et il est d’autantplus difficile defaire connaître des ouvrages africains au-delà des frontières continentales. Pourtant, comme nous le rappelaitMariam Soro, les Africains veulent lire ! Nous avons rencontréAnne-Sophie Steinlein, responsable des relations éditeurs et du catalogue chezYouScribe,une bibliothèque digitale numérique qui souhaite vulgariser la lecture sur le continent.
Bonjour Anne-Sophie, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu’est YouScribe ? YouScribe estune initiative tournée vers l’Afrique en faveur de la lecture et de la culture. Nous souhaitons créer la manière la plus accessible et la plus adaptéepour faire circuler des contenus francophones et africains. Nous avons un catalogue assez variéqui va du livre à l’audio livre enpassantpar lapresse et les documents. La partie « documents » permet aux utilisateurs de l’application departager leurspropres écrits:poèmes, nouvelles, mémoires, etc. Mon rôle est d’aller dénicher ceque les lecteurs ont envie de lire, de voir les tendances actuelles et de créer la bibliothèque idéalepour un lecteur au Sénégal, en CIV, au Cameroun ou au Burkina Faso, qui sont les pays où nous sommes déjà implantés. Pour cela, nous sommes en relation avec plus de 400 éditeurs et onpermet aux éditeurs africains de bénéficier de ce réseau de distribution innovant. Ces derniers rencontrent de grandes difficultés liées aux frais d’impression ou encore auxproblématiques de distribution. A titre d’exemple, en Côte d’Ivoire, il existe moins de ʹͲ librairies à l’échelle dupays. J’ai également pour mission de permettre aux éditeurs africains denégocier leur virage digital et aux éditeurs francophones hors frontières, d’être lus en Afrique. Nous nouspositionnons vraiment comme desfacilitateurs de l’écriture et de la lecture.
Grâce à un partenariat stratégique signé avec Orange en 2018, YouScribe est àprésent disponible dans 4pays d’Afrique Francophone, avec l’ambition de couvrir les 20 filiales dugroupe…Effectivement ce partenariat avec Orange est extrêmement stratégique. Je tiens àpréciserque nous sommes également accompagnéspar Digital Virgo. L’idée d’être une bibliothèque numérique accessible en Afrique serait absurde si on envisageait de passer par des solutions de paiement classiques. En ce sens, la collaboration avec Orange est cruciale. Ils nouspermettentgrâce au mobile money de prélever les abonnements directement sur le téléphone portable des lecteurs. Deplus, nous sommes vraiment dans une relation de co-brandingdans le sens où YouScribe est un serviceproposépar Orange. Digital Virgo en parallèle, nous accompagne sur le marketing digital et la visibilité. Ils nous permettent également techniquement de connecter notre solution à Orange. Nous sommes fiers de ces partenaires qui nous permettent aujourd’hui d’être présents en Afrique et de nous développer rapidement. En moins d’un an, nous avons déjà réuniplus de 300 mille abonnés sur YouScribe.(La solution a été lancée au Sénégal et en Côte d’Ivoire en Juin ͸Ͷͷ9, Ndlr)
Quel intérêtpour Orange d’accompagner unprojet telque levôtre ? Orange souhaite sepositionner comme un apporteur de culture en Afrique. Son rôle ne se limite pas à un simple opérateur de téléphonie. Ils s’investissent dans le divertissement et veulentparticiper à l’élan culturel dans lespays. Grace à nous, ils comblent ce besoin sur les plans de la lecture et de l’écriture.
Pourquoi opter pour une bibliothèque numérique quand on sait que le taux depénétration d’internet sur le continent Africain reste bas,que tout le monde n’a pas de smartphone et que certaines régions du continent sont trèspeu alphabétisées ? Effectivement ce sont des contraintes, mais il fautprendre leproblème dans l’autre sens. Il y’a quand même aujourd’hui un fort potentiel de digitalisation sur le continent. C’est vraique nous ciblons enpremier les zones urbaines, mais nous souhaitons êtreporteurs de lecture également en zones rurales. Par ailleurs, il y’a un potentiel de lecteurs alphabétisés et digitalisés, qui parfois ne peuventpas lire autantqu’ils le souhaitent car l’offre littéraire est souvent tropchère etpeu accessible. Dans ce contexte, le mobile est la meilleure solution imaginable pour développer la lecture. En dehors de notrepartenariat Orange, nous avons également la volonté de déployer notre offre dans des écoles, des universités ou des entreprises afin de rendre la solution accessible à tous. Lapartie BtoBpermettra à terme de toucher deplus enplus de lecteurs. Comme dans le cas de la banque, les africains sauteront l’étape de la librairie pour consommer la lecture de manière digitale. Nous pensons donc avoir la solution pour porter la lecture dans ce contexte, et
souhaitons participer au recul de l’analphabétisation et au recul du manque d’accès aux ressources numériques.
Vous êtespartis du constatque le manque d’accès à la culture en Afrique avaitdes raisons économiques. Pourquoi YouScribe n’estpasgratuit ? Nous ne sommespaspositionnés sur un créneau degratuité, car nouspensons qu’il faut trouver leprixjuste, celuipour lequel lesgens sontprêts àpayerpour avoir accès à la ressource. Ce prix varie selon les pays. Au Sénégal par exemple, leprix d’accès à l’abonnement est de ͳͲͲ FCFAparjour, soit ͳͷ centimes d’euros environ. Cequi reste accessible. Notre volonté est vraiment de s’adapter au marché.
Concrètement comment fonctionne laplateforme côté utilisateur ? Leparcours utilisateur est très simple. Vous recevez un sms vous invitant à vous inscrire sur YouScribe. Ensuite, vous renvoyez « YS » à un numéro spécial qui vous est communiqué. Vous êtes donc automatiquement abonnépour une journée. On vous envoie des identifiantspour vous connecter. Pour mettre fin à l’abonnement, il suffit d’envoyer STOP au même numéro.
Commentgagnez-vous de l’argent avec YouScribe et comment les éditeurs s’y retrouvent? Je pense surtout aux petits éditeurs,-ils financièrement qui n’ont pas pignon sur rue et qui ont peu de moyens.
Notre modèle est assez simple: nous partageons tout le chiffre d’affaire perçu avec les éditeurs. On fonctionne comme une librairiephysique, c’est à direque nousprenons une remise librairequi s’élève à ͶͲ%. Les ͸Ͳ% restants reviennent aux éditeurs. Maintenant se pose la question du partage de la valeur entre ces éditeurs. A ce niveau, nous avons oppour le modèle de lapage lue. Nous calculonspour chaque éditeur le nombre depages luespar mois,que nous comparons au nombre global de pages lues. Une page est considérée comme lue àpartir du moment où l’utilisateur apasséplus de ͵s dessus. La rémunération se fait donc au prorata des pages lues. Afin d’assurer l’équilibre entregros etpetits éditeurs, nous travaillons à donner la meilleure visibilité auxpetits éditeurs. Nous avons une équipe éditoriale dédiée par pays, qui anime le catalogue en mettant en avant les meilleurs titres en fonction de l’actualité et des demandes. Nous avons un autre levier de visibilitéqui est lepush SMS envoyépar Orange à sa base d’abonnéspour mettre en avant une nouveauté, une actualité, une thématique.