Baromètre des prix de l
2 pages
Français

Baromètre des prix de l'immobilier en décembre 2011

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Description

Baromètre des prix de l'immobilier en décembre 2011 Confirmation de la stabilisation des prix en décembre Malgré une hausse de 0,41 point de notre indice national, on constate une relative

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 28 janvier 2012
Nombre de lectures 3
Langue Français

Exrait

Baromètre des prix de l'immobilier en décembre 2011
Confirmation de la stabilisation des prix en décembre
Malgré une hausse de 0,41 point de notre indice national, on constate une relative stabilité des prix dans les grandes métropoles françaises en cette fin d'année 2011.
En effet, sur les 3 derniers mois, les prix parisiens n'ont pas évolué (0%), tandis ce que sur un an la hausse des prix est en net ralentissement. Avec +8,5% sur les 12 derniers mois, nous sommes loin des +20% d'évolution annuelle observés en juin.
Stabilité des prix sur 3 mois et ralentissement de l'évolution sur 1 an, telle est la tendance de cette fin d'année. C'est notamment le cas à Lyon (+0,7% sur 3 mois, +6,2% sur 1 an) ou encore à Lille (-0,8% sur 3 mois, +6,6% sur 1 an).
On observe même une absence totale d'évolution sur 1 an à Marseille (+0,1%), à Toulouse (-0,1%) voir même à Rennes (+1,4%)
Stabilisation des prix aussi sur le front des loyers en décembre
Avec de très faibles évolutions trimestrielles pour la quasi-totalité des villes françaises, on observe une vraie stabilisation des prix constatés à la location.
C'est le cas à Marseille (+0,3%), à Lyon (+0,8%), à Toulouse (-0,3%), Bordeaux (+0,7%) ou encore à Rennes (+0,8%) et Strasbourg (+1%).
Avec de très faibles évolutions trimestrielles pour la Du côté des évolutions annuelles, la tendance est plus contrastée. Dans des villes comme Marseille (-0,3%), Lyon (+12%), ou Toulouse (0,5%), les loyers restent aux niveaux de ceux observés l'année dernière à pareille époque. En revanche, à Lille (+2,7%), Rennes (+2,9%) ou Strasbourg (+3,1 %), l'évolution des prix est plus marquée. Enfin, Paris fait toujours figure d'exception puisque les prix continuent de baisser à court terme (-1,1% sur 3 mois) tout en restant bien supérieurs à ceux de décembre 2011 (+6,8% sur 1 an). Notons tout de
m Ane que l'évolution annuelle des prix parisiens est en recul pour la première fois depuis 1 an.