Benoit, le roi du pop-corn fait ses marges dans les cinémas

Benoit, le roi du pop-corn fait ses marges dans les cinémas

Documents
2 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Benoit, le roi du pop-corn fait ses marges dans les cinémas En 17 ans, la société Benoit Promotion, productricede pop-corn et grossiste en boissons et confiseries, est devenue le leader sur le marché du cinéma. La résultante d'une prise de risques couplée à une qualité de service optimale.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 03 décembre 2011
Nombre de visites sur la page 332
Langue Français
Signaler un problème
Benoit, le roi du pop-corn fait ses marges dans
les cinémas
En 17 ans, la société Benoit Promotion, productricede pop-corn et grossiste en boissons et confiseries, est devenue le leader sur le marché du cinéma. La résultante d'une prise de risques couplée à une qualité de service optimale. Pour conquérir la clientèle, l'entreprise se positionne comme un fournisseur répondant à l'ensemble des besoins des cinémas. «Les cinémas ne sont pas organisés pour vendre et ne disposent pas de structures adéquates pour stocker. L'idéal pour eux est donc de recevoir une seule livraison regroupant l'ensemble des produits», explique Patrice Benoit, P-DG de Benoit Promotion, société rhônalpine située à Saint-Pierre-de-Chandieu. Par son positionnement de producteur de pop-corn et de grossiste en boissons et confiseries, l'entreprise séduit 450 cinémas (les circuits Europalaces, UGC, CGR, Kinépolis, Sooredic, Cinemovida et de nombbreux indépendants). En 20100, elle a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 30 millions d'euros avec seulement 26 salariés.
Avec son offre de service novatrice, l'homme met à mal les stratégies commerciales des entreprises oeuvrant sur ce secteur. «Contrairement à mes concurrents, j'ai proposé, dès le départ, des warmers aux cinémas sous forme de prêts et non sous forme de locations, et ce, sans contreparties contraignantes. Je n'exige pas de conditions de temporalité ni un plafond de quantités de commandes demandée e mais seulement de m'aacheter en contrepartie du pop-corn au moins une fois par mpmoiss»poursuit-il.
Une offre «sur mesure»
«En proposant une gamme complète, à savoir popcorn, gobelet et réchauffeur, j'ai littéralement écrasé la concurrence». Un investissement stratégique, chaque cinéma desservi par la société Benoit Promotion comptant en moyenne 3 warmers pour un coût de fabrication à l'unité compris entre 3 et 6.000 euros.
Confronté depuis 3 ans à la concurrence d'une entreprise proposant 7 des pop-corn à 1 moindre
coût, grâce à une production 1 en Pologne, Patrice i Benoit s'est doté d'une plate-forme logistique de 1 3.500 m² pour desservir l'ensemble de ses clients répartis sur la totalité de l'Hexagone et en Belgique. En optant pour un approvisionnement centralisé autour d'un unique dépôt, Benoit Promotion joue la carte de la réactivité. «Les cinémas demandent de la souplesse, or si j'avais plusieurs dépôts, le stock serait éclaté et demanderait une bonne répartition», analyyse-t-il.
Pour maintenir son fl leadership, l'homme H multiplie les initiatives. «À ma H connaissance, nous sommes V ^ les seuls à proposer du " pop-corn enrobé de chocolat. M C'est un challenge important car nous devons faire face aux ^ géants industriels de la . confiserie chocolatée tout en essayant de convaincre les consommateurs finaux». En parallèle, l'entreprise prévoit de lancer dès le mois de février 2012 des pop-corn salés aux goûts de cheddar, de paprika et de barbecue. Enfin, Patrice Benoit a conçu un prototype de distributeur automatique de pop-corn et de billes chocolatées en vrac. L'appareil sera proposé aux distributeurs d'ici le printemps 2012. Côté distribution, Benoit Promotion développe sa présence dans des salles de spectacles (Parc des Princes...), les parcs de loisirs (Disneyland Paris...). Une gageure pour un entrepreneur assoiffé de challenges.