//img.uscri.be/pth/f5496be84e543659040b4e77cee0134de9a30474
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Blacks, Blancs, Beurs: ils s'éclatent dans le business

4 pages
Blacks, Blancs, Beurs: ils s'éclatent dans le business «Encore aujourd'hui, je fais fonctionner mon réseau de connaissances. Sans cela, il est difficile de fonctionner «Être issu de l'immigration, ce n'est pas une faiblesse... Tous les métiers sont accessibles à condition de le vouloirr». « Chaque histoire est unique. Mais ce qui est certain, c'est qu'il ne faut rien lâcher et aimer ce que l'on fait». La seconde génération d'immigrés n'a plus ni complexes ni temps à perdre. Chaque année, 30.000 entrepreneurs issus de la diversité réalisent leur rêve d'entreprendre. Souvent originaires des zones sensibles ou des quartiers populaires, ils sont habitués à la difficulté. Si les freins sont nombreux et variés, ils ne leur enlèvent en rien leur envie d'entreprendre et leur soif de réussite. La reconnaissance avant tout Parmi eux, beaucoup ont une véritable ambition. Pour la plus grande majorité de ces créateurs, l'entrepreneuriat n'apparaît pas comme une stratégie de contoumement des discriminations raciales à l'emploi. «racialesàl''à un sondage que nous avons réalisé avec Opinion Way, nous nous sommes aperçu que 75% des entrepreneurs issus de la diversité étaient actifs contre 54% des créateurs au niveau national», précise Majid El Jarroudi, délégué général de l'Agence pour la diversité entrepreneuriale (ADIVE). Ils choisissent d'entreprendre avant tout par manque de valorisation et d'épanouissement. «ouissement.
Voir plus Voir moins
Blacks, Blancs, Beurs: ils s'éclatent dans le
business
«Encore aujourd'hui, je fais fonctionner mon réseau de connaissances. Sans cela, il est
difficile de fonctionner
«Être issu de l'immigration, ce n'est pas une faiblesse... Tous les métiers sont accessibles à
condition de le vouloirr».
« Chaque histoire est unique. Mais ce qui est certain, c'est qu'il ne faut rien lâcher et aimer ce
que l'on fait».
La seconde génération d'immigrés n'a plus ni complexes ni temps à perdre. Chaque année, 30.000 entrepreneurs issus de la diversité réalisent leur rêve d'entreprendre. Souvent originaires des zones sensibles ou des quartiers populaires, ils sont habitués à la difficulté. Si les freins sont nombreux et variés, ils ne leur enlèvent en rien leur envie d'entreprendre et leur soif de réussite.
La reconnaissance avant tout
Parmi eux, beaucoup ont une véritable ambition. Pour la plus grande majorité de ces créateurs, l'entrepreneuriat n'apparaît pas comme une stratégie de contoumement des discriminations raciales à l'emploi.«racialesàl''à un sondage que nous avons réalisé avec Opinion Way, nous nous sommes aperçu que 75% des entrepreneurs issus de la diversité étaient actifs contre 54% des créateurs au niveau national», précise Majid El Jarroudi, délégué général de l'Agence pour la diversité entrepreneuriale (ADIVE). Ils choisissent d'entreprendre avant tout par manque de valorisation et d'épanouissement.«ouissement.«Ce n'est pas chômage qui pousse cette population à créer une entreprise mais le phénomène de plafond de verre. Le manque de perspective pour tous ces jeunes talents et les difficultés, voire l'impossibilité à accéder à des postes à responsabilité font qu'ils