//img.uscri.be/pth/47374cf4698e87f2d1e65744b9ed5a897250049a
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Bonne année et bonne santé !

2 pages

Bonne année et bonne santé ! Nous entrons dans la période des fêtes où, à maintes occasions, de façon sincère ou coutumière, nous allons nous souhaiter une « bonne année et une bonne santé».

Publié par :
Ajouté le : 03 décembre 2011
Lecture(s) : 7
Signaler un abus
Bonne année et bonne santé !
Nous entrons dans la période des fêtes où, à maintes occasions, de façon sincère ou coutumière, nous allons nous souhaiter une« bonne année et une bonne santé».Bien que cette dernière se définisse de différentes façons suivant par Nicolas Proupainla philosophie de chacun, si l'on se réfère à la version de 1' OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ; il s'agit d'un « état de complet bien-être physique, moral, et social qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité ». Or, en cette période de crise, se sentir dans un état de « complet bien être » n'est pas si commun ! Serions-nous pour autant en mauvaise santé?
Un idéal vers lequel on tend ?côté cette définition peut paraître utopique, d'un autre elle D'un semble très saine. À l'heure des tourmentes sociales et économiques, il est bon comme le disait Léonard de Vinci de se fixer une étoile afin de triompher de toute tempête. Pourquoi alors, ne pas concentrer notre attention sur un objectif brillant, un nouvel « état de santé », pour nous donner un cap et ne pas se laisser submerger par les mauvaises nouvelles ?
Profiter de la crise ? ny a deux façons d'appréhender une mer agitée : la première est de craindre le naufrage et d'être paralysé de peur. La seconde consiste à « profiter » des vagues pour se propulser. Pour obtenir les bénéfices de nos grandes vagues de changement, il s'agit de bien tenir la barre, se fixer une direction et d'utiliser la force des courants pour atteindre cette nouvelle destination. Ainsi, bien gouvernés, plus les courants sont forts et plus nous atteindrons notre destination rapidement, paraît que le mot « crise » signifie à la fois « perturbation » et « opportunité » dans certaines langues asiatiques. Ceci est une belle théorie, mais aujourd'hui nous avons plutôt tendance à nous arrêter à la critique de notre système, il n'est pas dans nos habitudes de définir de nouveaux caps : ce n'est pas encore ce que nous « cultivons ».
Sortir de la culture de l'échec.
Plus nous parlons des aberrations de nos structures, des abus, des incompétences, des mauvaises gestions, plus nous nous gargarisons de tragédies et de leurs conséquences, plus nous plongeons dans un état de panique. Nous créons alors un cercle vicieux impropre à trouver de nouvelles solutions. Cela ne résout rien et ne fait que cultiver les problèmes.
Cultiver de nouvelles solutions. Se fixer une étoile comme disait Léonard, définir de nouveaux objectifs de santé : ce que nous «souhaiterions vraiment » à partir de cette nouvelle année. Est-ce qu'une inévitable vague de licenciements pourrait nous pousser vers la création de nouveaux services, une agriculture de qualité ? Est-ce qu'une déferlante de retraités riches d'expérience et de temps libre pourrait nourrir un système d'éducatio?
Faut-il croire au Père Noël ?l'on en croit la légende du Père Noël, sage... on demande un Si cadeau et ce dernier est délivré dans la nuit de Noël. Un peu comme la légende de la lampe d'Aladin, où nos voeux sont exaucés. Soyons sages et responsables ; construisons ce que nous aimerions vraiment. Et à l'inverse de Saint Thomas : il faut d'abord y croire pour le voir. Chaque chose à laquelle nous croyons, chaque petite graine que nous sèmerons pourra se manifester et devenir visible, nous pourrons alors toucher aux fruits d'une nouvelle culture de la santé et passer vraiment de bonnes et heureuses années.
Auteur deDevenez ce que vous êtes, ESF Editeur, Informations et contacts sur www.trouversavoie>com Participez en direct à l'émission « Des hommes et des L » chaque jeudi sur LFM 95,5 FM ou wwwlfm-radiojcom de 18h30àl9h30