CEPOVETT : un écosystème de PME 100% françaises

CEPOVETT : un écosystème de PME 100% françaises

Documents
3 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

CEPOVETT : un écosystème de PME 100% françaises Le groupe CEPOVETT est un écosystème de 7 PME françaises. Comment définiriez- vous les atouts de cette organisation ? Ces entreprises, ancrées dans leur région (Villefranche-sur-Saône, Saint-Etienne, Paris, Saint-Quentin...), apportent leur savoir-être et leur savoir-faire pour travailler en synergie aux différents stades de la vie du vêtement. Chacune intervient sur un segment dédié: Aimée Julien (écodesign, R&D), Marsh (vêtements de protection), Le Cèdre (commercialisation de produits workwear sur catalogue), Oxbridge (vêtements de prestige, uniformes sur mesure), Tecpack (accessoires, bagagerie professionnelle), et Fontanex (produits liés à l'artisan). Au sein de Cepovett sont mutualisés les services, notamment logistique, relation client et systèmes d'information. Nous proposons ainsi à nos clients - de l'artisan au grand compte - une offre globale de vêtements professionnels éco-socio responsables de qualité associée à un service individualisé de proximité. Vous êtes fortement engagés en matière de développement durable... Effectivement. Notre capacité à développer de l'emploi local, à réduire l'impact environnemental de nos activités et à générer un profit équitable constitue un triptyque au coeur de notre stratégie d'entreprise.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 30 novembre 2012
Nombre de visites sur la page 53
Langue Français
Signaler un problème
CEPOVETT : un écosystème de PME 100%
françaises
Le groupe CEPOVETT est un écosystème de 7 PME françaises. Comment définiriez- vous les atouts de cette organisation ?Ces entreprises, ancrées dans leur région (Villefranche-sur-Saône, Saint-Etienne, Paris, Saint-Quentin...), apportent leur savoir-être et leur savoir-faire pour travailler en synergie aux différents stades de la vie du vêtement. Chacune intervient sur un segment dédié: Aimée Julien (écodesign, R&D), Marsh (vêtements de protection), Le Cèdre (commercialisation de produits workwear sur catalogue), Oxbridge (vêtements de prestige, uniformes sur mesure), Tecpack (accessoires, bagagerie professionnelle), et Fontanex (produits liés à l'artisan). Au sein de Cepovett sont mutualisés les services, notamment logistique, relation client et systèmes d'information.
Nous proposons ainsi à nos clients - de l'artisan au grand compte - une offre globale de vêtements professionnels éco-socio responsables de qualité associée à un service individualisé de proximité.
Vous êtes fortement engagés en matière de développement durable...
Effectivement. Notre capacité à développer de l'emploi local, à réduire l'impact environnemental de nos activités et à générer un profit équitable constitue un triptyque au coeur de notre stratégie d'entreprise.
Pionniers du coton équitable et biologique en France pour la filière textile professionnelle, nous avons cofondé notamment le programme socio économique et environnemental "Arbre de vie, coton solidaire"en Afrique. Plus de 3000 arbres, dont le fruit produit une huile qui se transforme en bio-pesticide, ont été plantés depuis un an et demi. Il faut savoir que 25% des pesticides utilisés dans le monde le sont pour la culture du coton ! D'autre part, toujours en matière de Responsabilité Sociétale des Entreprises, nous proposons à nos clients une solution unique de recyclage et de revalorisation des vêtements professionnels en fin de vie.
Pourquoi avoir choisi de vous développer en France dans la filière textile très mondialisée ? Alors que les acteurs de la filière ont tendance au regroupement, notre entreprise, fondée en 1948 à Villefranche-sur-Saône, a préféré garder son esprit familial et intégrer petit à petit des savoirfaire
variés répartis sur tout le territoire en conservant sur place les équipes compétentes. La forte dématérialisation des flux permet cette grande délocalisation, notre système d'information performant (par exemple par visio-conférence) générant la nécessaire proximité entre toutes les entités. Mais si notre valeur ajoutée est locale, par exemple avec notre entité Le Cèdre dont la part française du vêtement pèse plus de 70%, de sa conception, au tissu réalisé avec des partenaires industriels français, jusqu'à sa distribution; nous devons accompagner nos clients à l'international. Aussi notre modèle de développement s'appuie-t-il sur une performance globale de notre organisation privilégiant une croissance à long terme sur le marché européen.
Quid de l'artisanat ?
Un problème s'est posé cependant pour les artisans et PME, premiers concernés par une production sur le sol français. En effet, le coût pour monter le dossier de la procédure de labellisation OFG reste cher, ce qui les oblige parfois à recourir à d'autres certifications. Mais le fait de respecter le système qualité et les normes françaises représente déjà une garantie sur le marché national comme international.
D'autres labels, comme notamment celui dénommé "Entreprise du patrimoine Vivant" (EPV), offrent des garanties d'importance. Créé en 2005, ce label est une marque du Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, mise en place pour distinguer des entreprises françaises au savoir-faire d'excellence, reposant sur "la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité et circonscrit à un territoire".
L'objectif n'est donc plus ici de reconnaître les caractéristiques d'un produit mais d'une entreprise dans son ensemble afin de promouvoir les savoir-faire industriels et artisanaux français.
Plus d'un millier de sociétés ont obtenu à ce jour le label EPV.
Le premier salon du Made in France
Savoir-faire, qualité de la production, adaptation aux besoins des consommateurs, service après-vente... mais aussi innovation, telles sont les caractéristiques de l'industrie française : de sérieux atouts qui expliquent la renommée acquise au niveau international.
La qualité des produits français est en effet recherchée dans bien des domaines.
Aussi, en novembre dernier, se tenait à Paris le premier salon grand public du Made in France. Il réunissait 80 entreprises produisant à 100% en France et, bien que les produits français soient supposés souvent plus chers que ceux d'importation, celles-ci proposaient pour la plupart des tarifs tout à fait raisonnables.
Si produire en France signifie pour les entreprises protéger leur savoirfaire, cela implique aussi pour elles de défendre l'emploi local en évitant de délocaliser. Egalement favoriser les matières premières régionales par souci de réduire l'empreinte carbone, privilégier les sous-traitances locales pour soutenir leurs fournisseurs, et s'adapter aux attentes du client de par la proximité du marché.
Au-delà d'une pratique, le Made in France équivaut à un état d'esprit.