COMMENT LE CLUB PEUT-IL SE VENDRE ?
3 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

COMMENT LE CLUB PEUT-IL SE VENDRE ?

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
3 pages
Français

Description

COMMENT LE CLUB PEUT-IL SE VENDRE ? REDORER SON IMAGE Les joueurs de football ne sont plus, en 2011, les concurrents qui se détestaient, il y a encore 40 ans. L'amour du maillot a laissé largement la place à du copinage entre footballeurs, de clubs différents. Les puristes s'en offusquent, les observateurs constatent, mais il est clair qu'aujourd'hui, on peut jouer à Lyon et à Saint-Etienne et se retrouver pour boire un verre après le match. Ce nouveau mode de La présence de Christophe Galtier et sa proximité fonctionnement de la Ligue 1, et plusavec les joueurs pourraient en séduire certains de rejoindre le Forez. généralement du football, a modifié la donne. Aujourd'hui, les joueurs parlent entre eux, ils discutent des ambiances, des atmosphères qui existent dans leurs clubs respectifs. Or, il y a environ 18 mois, l'ASSE n'était pas franchement un club très accueillant : Jérémie Janot avait admis, après coup, qu'avant le départ d'Alain Perrin, le vestiaire était "presque mort". En clair, ambiance glaciale, tensions internes et défiance vis-àvis de l'entraîneur. Un peu plus tôt, face à des résultats calamiteux, les Verts avaient déjà dû changer de coach en cours de saison : Laurent Roussey laissait la place à un certain Alain Perrin. Avant cela encore, l'ASSE, à de nombreuse reprises, a été fustigée pour sa double présidence et les discordances présumées entre Bernard Caïazzo et Roland Romeyer.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 17 juin 2011
Nombre de lectures 5
Langue Français

Exrait

COMMENT LE CLUB PEUT-IL SE VENDRE ?

La présence de Christophe Galtier et sa proximité avec les joueurs pourraient en séduire certains de rejoindre le Forez.

REDORER SON IMAGE

Les joueurs de football ne sont plus, en 2011, les concurrents qui se détestaient, il y a encore 40 ans. L'amour du maillot a laissé largement la place à du copinage entre footballeurs, de clubs différents. Les puristes s'en offusquent, les observateurs constatent, mais il est clair qu'aujourd'hui, on peut jouer à Lyon et à Saint-Etienne et se retrouver pour boire un verre après le match. Ce nouveau mode de fonctionnement de la Ligue 1, et plus généralement du football, a modifié la donne.

Aujourd'hui, les joueurs parlent entre eux, ils discutent des ambiances, des atmosphères qui existent dans leurs clubs respectifs. Or, il y a environ 18 mois, l'ASSE n'était pas franchement un club très accueillant : Jérémie Janot avait admis, après coup, qu'avant le départ d'Alain Perrin, le vestiaire était "presque mort". En clair, ambiance glaciale, tensions internes et défiance vis-àvis de l'entraîneur. Un peu plus tôt, face à des résultats calamiteux, les Verts avaient déjà dû changer de coach en cours de saison : Laurent Roussey laissait la place à un certain Alain Perrin. Avant cela encore, l'ASSE, à de nombreuse reprises, a été fustigée pour sa double présidence et les discordances présumées entre Bernard Caïazzo et Roland Romeyer. Autant de circonstances qui ont alimenté des discussions à bâtons rompus entre joueurs. Ainsi, les anciens partenaires n'hésitent ainsi pas à s'appeler pour prendre le pouls et se demander si l'herbe est plus verte à Saint-Etienne qu'ailleurs. Aujourd'hui, les dissensions semblent s'être estompées dans une nouvelle organisation délestée d'éléments troubles comme Tong Cuong ou Comolli. Les choses sont plus claires, plus droites, plus directes. Roland Romeyer et Stéphane Tessier sont en charge du fonctionnement du club, Bernard Caïazzo est lui, en retrait et chapeaute le conseil de surveillance. Sur le plan sportif aussi la stabilité est de retour, les résultats de cette saison ont été rassurants et le vestiaire vit nettement mieux depuis l'arrivée de Galtier. Pour autant, l'image du club stéphanois reste brouillée dans l'inconscient des joueurs de ligue 1. Entre panier de crabe et club à crises cycliques, Saint-Etienne a du mal à convaincre les acteurs de la Ligue 1... Le Vert ne suffit plus.

CONVAINCRE POUR ATTIRER

Saint-Etienne doit donc aujourd'hui redoubler d'effort pour attirer dans ses filets des joueurs du championnat de France. Il faut d'abord casser l'image bien ancrée "du club à problème" et proposer un projet sportif cohérent et abordable. En ce qui concerne les contacts concrets que Saint-Etienne a tissé aujourd'hui avec différents joueurs de Ligue 1, le cas Boudebouz est un bon exemple. Le joueur est convoité par Saint-Etienne, un club sur lequel il porte certainement le même avis que la plupart des joueurs : fort potentiel mais instabilité récurrente. Le joueur est en mesure de se poser la question de savoir où est son intérêt de quitter un club structuré comme Sochaux qui jouera l'Europa league pour l'ASSE où les garanties sont incertaines. Autre exemple, le cas Pujol. Sur un plan sportif, Valenciennes ne lui offre pas des objectifs sportifs mirobolants, mais à choisir entre le lustre de l'ASSE et la fierté de porter le maillot Vert, et l'absence de pression qui règne à Valenciennes conjuguée à une stabilité bien établie, le choix est cornélien. Dans un championnat très resserré, les joueurs ont peur de ne pas miser sur le bon cheval et de se retrouver dans le Nantes d'il y a quelques années ou encore dans le Monaco de cette saison, à savoir dans l'équipe que l'on croit à l'abri de la relégation et qui pourtant, va subir les effets d'erreurs de gestion sportive et politique. Le risque est énorme dans ce championnat. C'est pourquoi les deux saisons terminées à la 17ème place par les Verts ont fait du mal dans l'inconscient des joueurs, ils hésitent à rejoindre un club emblématique, certes, mais qui ne leur offre pas de garanties en termes de stabilité.

LES POINTS FORTS

Il ne faut pas non plus noircir le tableau, l'ASSE reste un club attractif, par son histoire et son public. La remise à plat de l'organigramme a aussi fait beaucoup de bien à la gestion du club qui est ainsi plus transparente. Sur le secteur sportif, celui qui intéresse le plus les joueurs, l'ASSE donne aussi des signes de stabilité. Christophe Galtier est bien perçu par son vestiaire et ses hommes n'ont pas tardé à en dire du bien autour d'eux. La présence de Galtier, c'est aujourd'hui un vrai argument pour le club, son image est celle d'un coach proche de ses joueurs, capable d'endosser pour eux certaines responsabilités : une qualité très appréciée par les joueurs. La saison qui vient de se dérouler est aussi un signal positif envoyé à la Ligue 1, les observateurs attendent confirmation mais sont en passe de se dire que les Verts sont sortis du tunnel et que le plus dur est derrière eux.

La bonne saison réalisée par les Stéphanois a permis au club de redorer son blason et redevenir attractif.