"COMPARABLE À LA MONTÉE EN L1 EN 2004 !"
2 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

"COMPARABLE À LA MONTÉE EN L1 EN 2004 !"

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
2 pages
Français

Description

"COMPARABLE À LA MONTÉE EN L1 EN 2004 !" Stéphane, il aura fallu que vous redescendiez au niveau amateur pour entrer dans l'histoire ? Médiatiquement, il est certain que nous allons rester dans l'histoire car jamais un club de CFA2 n'avait atteint les quarts de finale de la Coupe de France en éliminant trois clubs de L1. Ce fut une aventure extraordinaire mais sans comparaison avec ce que j'ai pu vivre au niveau professionnel. Les sensations ne sont pas les mêmes car le statut est différent. Si je devais comparer, ce serait peut-être à mettre en parallèle avec la montée en Ligue 1 avec Fred Antonetti. 30 - N° 81 - Mai 2011 On revenait de loin, des bas-fonds de la Ligue 2, et l'année d'après on finissait sixièmes de Ligue 1. En coupe, étaient-ce vos émotions les plus fortes ? En Coupe de France, j'avais déjà atteint les demi-finales avec Amiens et en Coupe de la Ligue les demifinales également avec St-Etienne. Ces épopées ne signifient pas la même chose évidemment. Avec Chambéry, on avait déjà atteint notre objectif en se qualifiant pour les 32èmes de finale. Lorsque le sort nous a désigné Monaco, ça suffisait à notre bonheur. On ne pouvait pas se douter de la suite... Cette aventure vous a-t-elle permis de renouer avec certains anciens coéquipiers stéphanois ? Pas vraiment. Je suis resté en bons termes avec le club mais depuis 2005, j'ai tourné la page et je n'ai pas gardé beaucoup de contacts.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 avril 2011
Nombre de lectures 9
Langue Français

Exrait

"COMPARABLE À LA MONTÉE EN L1 EN 2004 !"

Stéphane, il aura fallu que vous redescendiez au niveau amateur pour entrer dans l'histoire ? Médiatiquement, il est certain que nous allons rester dans l'histoire car jamais un club de CFA2 n'avait atteint les quarts de finale de la Coupe de France en éliminant trois clubs de L1. Ce fut une aventure extraordinaire mais sans comparaison avec ce que j'ai pu vivre au niveau professionnel. Les sensations ne sont pas les mêmes car le statut est différent. Si je devais comparer, ce serait peut-être à mettre en parallèle avec la montée en Ligue 1 avec Fred Antonetti.

30 - N° 81 - Mai 2011

On revenait de loin, des bas-fonds de la Ligue 2, et l'année d'après on finissait sixièmes de Ligue 1.

En coupe, étaient-ce vos émotions les plus fortes ? En Coupe de France, j'avais déjà atteint les demi-finales avec Amiens et en Coupe de la Ligue les demifinales également avec St-Etienne. Ces épopées ne signifient pas la même chose évidemment. Avec Chambéry, on avait déjà atteint notre objectif en se qualifiant pour les 32èmes de finale. Lorsque le sort nous a désigné Monaco, ça suffisait à notre bonheur. On ne pouvait pas se douter de la suite...

Cette aventure vous a-t-elle permis de renouer avec certains anciens coéquipiers stéphanois ? Pas vraiment. Je suis resté en bons termes avec le club mais depuis 2005, j'ai tourné la page et je n'ai pas gardé beaucoup de contacts. Loïc Perrin et Jérémie Janot m'ont envoyé des messages d'encouragement, j'ai revu le président Romeyer et Georges Bereta en début de saison lorsque l'ASSE est venu faire un match amical face à Nice. Je ne suis pas nostalgique de ces années-là car j'ai la chance d'avoir trouvé un club à la fois familial et sérieux où tout se passe bien pour moi. Mais l'ASSE restera à jamais mon club de coeur.

Vous y êtes quand même resté près de dix ans ! Oui, j'ai tout connu là-bas, des difficultés à se maintenir en Ligue 2 à la montée en Ligue 1. Ce club est extra à tous les niveaux, son stade, ses supporters, son histoire... Je n'oublierai jamais ni l'ASSE, ni la ville de St-Etienne où j'ai gardé la plupart de mes amis.

Vous aimeriez y revenir ? Dans le cadre de ma reconversion pourquoi pas, ça me plairait beaucoup. Je n'ai pas encore trop réfléchi à ça même si on commence à en parler un peu avec Chambéry.

Que pensez-vous de la saison des joueurs de Galtier ? J'étais super heureux de les voir leaders en début de saison et pas étonnés du tout car je sais qu'ils ont de la qualité. Ils sont encore un peu justes pour durer et jouer les premiers rôles toute la saison mais je ne doute pas que St-Etienne redeviendra un jour un des plus grands clubs de France. Je le pense vraiment.

En 2005 déjà, vous aviez terminé 6ème du championnat ! Et ensuite il y avait eu beaucoup trop de changements d'entraîneurs. Depuis, les choses se sont stabilisées et si Galtier, qui est une bonne chose pour l'ASSE, peut s'inscrire dans la durée, et s'ils peuvent garder cette ossature et y ajouter quelques renforts tous les ans, il y a largement la place pour rejouer le haut du tableau.

Et vous, à Chambéry, comment s'est passé le retour au championnat ?

On est encore dans la course pour la montée (une seule équipe monte directement en CFA, accompagnée par les meilleurs seconds des huit poules : ndlr) mais on a dû assumer beaucoup de matchs en retard en raison de notre parcours en Coupe de France. Nous avons joué souvent en semaine, ce qui reste difficile pour des amateurs. On vient d'ailleurs d'en perdre un mercredi dernier, heureusement on s'est bien repris face à Clermont. Notre saison se jouera peut-être face au leader, Andrézieux, qui est d'ailleurs coaché par un autre ancien Vert, Stéphane Santini (le fils de Jacques : ndlr). Ce match est hyper important car même si on ne finit pas premier, le gagner nous permettrait de postuler à une des meilleures places de seconds. Si on perd, par contre, tout serait compromis...

"JE NE DOUTE PAS QUE ST-ETIENNE REDEVIENDRA UN JOUR UN DES PLUS GRANDS CLUBS DE FRANCE"

Après la lumière de la coupe, vous êtes revenu à l'ombre du championnat, un peu comme votre carrière où vous êtes passé de la L1 au CFA2 en cinq ans ! A la différence qu'avec Chambéry on savait qu'un jour ou l'autre ça allait s'arrêter. On se préparait à chaque fois à disputer notre dernier match de coupe. On a réussi à retarder l'échéance le plus longtemps possible mais l'issue ne faisait pas de doute. Pour ma carrière, je ne savais pas que j'allais revenir aussi vite au niveau amateur.

Stéphane Hernandez Né le 24 août 1979 à Echirolles (38) 1m82-78 kg-Défenseur Clubs successifs : St-Etienne (1995-1999, Ligue 2 ; 1999-2001, Ligue 1 ; 2001-2004, Ligue 2 ; 2004-2005, Ligue 1), Amiens (2005-2008, Ligue 2), Vannes (juillet-novembre 2008, Ligue 2), Croix de Savoie (novembre 2008-décembre 2009, Nat.), Chambéry (depuis 2010, CFA 2)