//img.uscri.be/pth/7b7e1896d031aabb4bd576762557cbdb5ae88b72
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Courtepaille, Fuxia... : les beaux profits de la restauration à thème

2 pages

Courtepaille, Fuxia... : les beaux profits de la restauration à thème Fuxia, l'enseigne qui monte, a su tirer parti d'une relation privilégiée avec une clientèle particulièrement fidèle pour adapter son concept et croître progressivement.

Publié par :
Ajouté le : 03 décembre 2011
Lecture(s) : 12
Signaler un abus
Courtepaille, Fuxia... : les beaux profits de la
restauration à thème
Fuxia, l'enseigne qui monte, a su tirer parti d'une relation privilégiée avec une clientèle particulièrement fidèle pour adapter son concept et croître progressivement. Créé en 2001 par Armand Taïeb et Nathalie Davis, cofondateurs du groupe de restauration Senda, le concept Fuxia propose restauration, épicerie fine et traiteur italiens. Au 31 mars 2011, l'entreprise affichait 15 millions d'euros de chiffre d'affaires, en progression de 4%. Le schéma de développement se décline en 3 volets : en propre plutôt sur Paris, en franchise en province et en partenariat, comme c'est le cas pour l'ouverture récente d'un établissement à Bordeaux. Pour optimiser ses frais, l'enseigne adopte une stratégie foncière et d'approvisionnement basée sur le long terme. «Je me souviens du restaurant du canal Saint-Martin à Paris, ouvert il y a 3 ans, évoque Nathalie Davis. C'est un local que nous avions repéré 2 ans auparavant. Nous avons accepté de prendre du temps pour que le local se libbère...». En outre, dans un contexte économique où la matière première coûte de plus en plus cher, Fuxia opte pour une centrale d'achats qui référence les fournisseurs, pour beaucoup en Italie, et négocie constamment avec eux.
Changement de décor mais bonne santé également pour Courtepaille, chaîne de restauration durablement installée dans le paysage hexagonal, depuis 50 ans cette année. En 2010, l'enseigne affichait une hausse de son chiffre d'affaires de 5,7% (278,7 millions d'euros, 234 restaurants, 3.700 salariés), avec une croissance dopée par la baisse de la TVA en 2009 et une implantation hors des villes qui permet de réduire les coûts foncierss.
La baisse des prix a ainsi initié une hausse de la fréquentation... Parmi les particularités de la chaîne spécialisée en grillades, un actionnariat/salariés qui concerne aujourd'hui près de 300 employés, et conditionne une implication naturelle dans les performances de l'entreprise. En mars 2011, Fondations Capital (fonds d'investissement spécialisé dans l'accompagnemei des PME leaders sur leur secteur) est devenue l'actionnaire majoritaire du groupe. Et la prévision d'une croissance soutenue au cours des prochaines années «permet aujourd'hui d'envisager assez sereinement le fait d'atteindre 300 restaurants à la fin de
l'année 20155»,
Dosage entre franchises et ouvertures en propre
Là aussi, l'ouverture de succursales et de franchises savamment dosée caractérise la politique du groupe. Alors que 2 0% des restaurants sont aujourd'hui des fraanchises, les ouvertures préévues dans les 5 ans devraient porter cette statistique à 30%. «Nous avons pris la décision dee renforcer le poids de la franchise il y a un peu plus de 2 ans, de manière à accélérer notre rythme de développement sans mobiliser autant de capitaux, pour être présents sur des marchés dans lesquels nous avons un peu plus de difficultés à nous implanter. Je pense en particulier au maarché de Provence-Alppes-Côte d'Azur, pour leqquel un acteur local déjéjà implanté a plus de faccilités pour ouvrir un établissemSileprésidentdement. facteur d'accélération de notre présence sur le territoire», justifie Philippe Labbé. Si le président de Courtepaille anticipe un exeercice budgétaire 2012 particulièrement complexe, «parce que nous ne savons pas comment la consommation va évoluer dans les mois qui viennentt»», on constate les mêmes incertitudes chez Fuxia. «Noous devrions arriverà tiirer notre épingle du jeu grââce à une offre tarifaire quui correspond au budget réel des consommaateurs», avance Nathalie Davis. Car Fuxia se porte bien. En même temps quee l'acquisition toute récente d'un local au jardin du Luxembourg, de nouvelles enseignes sont prévuues à Lyon au 1er semestre 2012:dequoi 2012 : de quoi poursuivre sur le rythme actuel de 3 à 5 ouvertures annuelles.