Des ChAmps : "J
3 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Des ChAmps : "J'y croirai jusqu'au bout"

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
3 pages
Français

Description

Des ChAmps : "J'y croirai jusqu'au bout" Pour commencer Didier, un mot sur cette défaite à Gerland dimanche ? Il y a beaucoup de déception par rapport aux efforts fournis. Mais si on prend trois buts, c'est aussi que des erreurs ont été commises. Quand on prend 3 buts à l'extérieur, c'est difficile de gagner un match. 2-0, c'était sévère par rapport à ce qu'on avait produit. A 2-2, le scénario était idéal. Malheureusement on laisse un peu trop de liberté sur ce coup-franc qui n'en était pas un. Et Cris réalise un bon enchaînement. Lille a désormais 4 points d'avance, ça devient compliqué pour le titre... L'écart a augmenté. Il reste 12 points à prendre. Ce n'est évidemment pas une bonne opération pour nous. Tant que ce sera possible j'y croirais. L'écart est plus grand, mais tant qu'il y aura le minimum d'espoir il faut le jouer à fond pour ne pas avoir de regrets. C'est ça aussi le haut niveau, c'est réagir et se projeter sur le prochain match. Quand vous avez pris la tête du championnat contre Nice, y a-t-il eu une euphorie particulière après ce match ? Non. Il n'y avait pas non plus de raison que ce soit un poids supplémentaire. Cela ne changeait rien dans la gestion de nos matches. En plus, tout est remis en question avant chaque journée, on l'a bien vu... De toute façon, je n'ai pas tenu de double discours, les joueurs savent très bien pourquoi ils sont là : pour gagner des titres. On est programmés pour cela. Après, on y arrive ou pas, mais on fait tout pour.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 11 mai 2011
Nombre de lectures 7
Langue Français

Exrait

Des ChAmps : "J'y croirai jusqu'au bout"

Pour commencer Didier, un mot sur cette défaite à Gerland dimanche ? Il y a beaucoup de déception par rapport aux efforts fournis. Mais si on prend trois buts, c'est aussi que des erreurs ont été commises. Quand on prend 3 buts à l'extérieur, c'est difficile de gagner un match. 2-0, c'était sévère par rapport à ce qu'on avait produit. A 2-2, le scénario était idéal. Malheureusement on laisse un peu trop de liberté sur ce coup-franc qui n'en était pas un. Et Cris réalise un bon enchaînement.

Lille a désormais 4 points d'avance, ça devient compliqué pour le titre... L'écart a augmenté. Il reste 12 points à prendre. Ce n'est évidemment pas une bonne opération pour nous. Tant que ce sera possible j'y croirais. L'écart est plus grand, mais tant qu'il y aura le minimum d'espoir il faut le jouer à fond pour ne pas avoir de regrets. C'est ça aussi le haut niveau, c'est réagir et se projeter sur le prochain match.

Quand vous avez pris la tête du championnat contre Nice, y a-t-il eu une euphorie particulière après ce match ? Non. Il n'y avait pas non plus de raison que ce soit un poids supplémentaire. Cela ne changeait rien dans la gestion de nos matches. En plus, tout est remis en question avant chaque journée, on l'a bien vu... De toute façon, je n'ai pas tenu de double discours, les joueurs savent très bien pourquoi ils sont là : pour gagner des titres. On est programmés pour cela. Après, on y arrive ou pas, mais on fait tout pour.

La pression est de nouveau sur les Lillois, n'est-ce pas une bonne chose pour vous finalement ? Je me préoccupe toujours de nous. C'est vrai que quand ils avaient 8 points d'avance, vous disiez que tout était perdu pour nous. Après Nice, vous avez dit que c'était compliqué pour eux, et maintenant, c'est de nouveau compliqué pour nous... Je l'ai dit, ce sera difficile pour tout le monde jusqu'à la fin du championnat. Je préfère quand même quand on a notre destin entre nos mains. Il vaut mieux être poursuivi que courir derrière. Je préfère être le chasseur. Qui a le meilleur calendrier ? Personne. Même si un match paraît facile sur le papier, c'est peut-être là qu'on peut trébucher. C'est la Ligue 1, si l'équipe du haut du tableau n'est pas au maximum, elle peut perdre contre l'un des derniers. En plus, cette année, le championnat est tellement serré que tout le monde a quelque chose à jouer, tout le monde a une motivation.

Lille va jouer la finale de la Coupe de France contre Paris, est-ce un handicap pour eux alors qu'ils sont aussi à la lutte pour le titre ? Pas forcément. C'est vrai qu'ils auront des matches rapprochés, une finale à gérer, mais cela ne veut rien dire. Ils ne vont pas se priver de gagner ce trophée s'ils le peuvent. Vous, vous avez déjà remporté une coupe, celle de la Ligue, qu'est-ce que cela peut vous apporter pour la fin de saison ?

Gagner, c'est toujours mieux. C'est un trophée que les joueurs sont allés chercher. Evidemment, cela ne nous rapporte pas plus de points dans le championnat, mais elle peut nous apporter plus de confiance, plus de conviction.

La victoire a été un peu gâchée par la polémique autour de la chanson de Taiwo contre le PSG. Comment avez-vous vécu tout cela ? J'ai été surpris car je n'avais pas entendu. Il n'aurait pas dû faire cela, c'était une grosse bêtise. Je ne suis pas là pour le défendre, mais je pense qu'il ne s'est pas rendu compte de l'ampleur qu'allaient prendre ses paroles. Il a été le premier à être triste de cela. Ce n'est pas quelqu'un qui a de mauvaises intentions. Je ne veux pas minimiser, mais il ne faut pas non plus en rajouter. Il n'a pas à faire cela, il le sait, il en était très malheureux et ses excuses étaient sincères. Il est gentil, bien élevé, respectueux, souriant. Malgré son gabarit, il est plus nounours que Golgoth... Avez-vous au moins eu le temps de savourer ce trophée ? Je l'ai savouré avec ma famille car ce n'est pas toujours facile de me supporter au quotidien. Je ne suis pas toujours là non plus. Les moments de joie sont toujours bons à prendre. Avez-vous une attention particulière envers les frères Ayew ? Oui, j'ai essayé de les protéger, même si André est un peu plus habitué. C'est normal que vous parliez d'eux en bien, mais l'accumulation dans tous les médias peut déstabiliser. Je suis là pour le leur rappeler. Mais ils méritent ces compliments. Je suis content pour eux, tant mieux. André connaît plus ça, il a un peu plus d'expérience et il joue un rôle auprès de Jordan pour le mettre en garde également.

André est polyvalent, quel est son poste de prédilection selon vous ? Si vous lui demandez, il se voit au milieu de terrain. Moi, je l'utilise plus devant car il est décisif. Quand on en parle, je lui dis en rigolant que peu importe où il joue du moment qu'il joue, et il est d'accord. Il a cet état d'esprit. Il a faim, il a une rage de vaincre. Il donne énormément. A l'entraînement, j'ai parfois tendance à le freiner un peu.

Peut-il encore marquer plus de buts ? Certainement. Il a de l'explosivité et malgré sa relative petite taille, il a un bon timing dans le jeu de tête. Mais c'est sûr qu'il y a plus de chance qu'il marque des buts quand il fait partie du trio offensif que quand il évolue au milieu.

Jordan Ayew peut-il prétendre à une place de titulaire, même avec le retour de Loïc Rémy ? Il est jeune, il a encore des étapes à franchir. Etre titulaire ou non, ce n'est pas qu'une question d'âge. Je l'ai dit après le match contre Nice, si je l'avais mis d'entrée, j'aurais peut-être dû le sortir au bout d'une heure et il n'aurait peut-être pas été bon. Là, il a rempli son rôle de joker en étant décisif, en marquant. Débuter le match ou entrer en cours de jeu, ce n'est pas tout à fait la même chose, même s'il a confirmé contre Auxerre. Avec ses trois matches de suspension, comment avez-vous maintenu Loïc Rémy sous pression ? Il a fait les séances collectives d'entraînement et un peu de rab. Il était très heureux après notre victoire en Coupe de la Ligue, même s'il était malheureux au départ. Je vais le mettre dans de la glace pour être sûr qu'il va conserver ce même état d'esprit ! De toute façon, étant donné son attitude, je ne m'en fais pas vraiment. Qu'avez-vous pensé des prestations de Mathieu Valbuena dans l'axe de l'attaque ? J'en avais parlé avec les trois concernés (André Ayew, Gignac et Valbuena NDLR) pour essayer d'optimiser l'animation en l'absence de Loïc. A ce poste, Mathieu m'apporte évidemment son jeu de tête, sa densité physique pour aller dans les duels, sur les centres il coupe bien au premier poteau... (Rires) Sérieusement, il a une maîtrise technique et ce n'est pas évident pour les défenseurs qui sont en face de lui d'avoir un joueur fuyant, qui a plus de disponibilité, de maîtrise. Il décroche beaucoup et il garde bien les ballons. Il est très adroit. De toute façon, quand je le mets sur un côté, il rentre très souvent. Trop à mon goût... La victoire en Coupe de la Ligue a-t-elle fait pencher la balance d'un côté ou de l'autre concernant votre avenir ? J'ai dit que je ne parlerais plus de cela. Je suis juste fier et heureux pour les joueurs, le club, le staff, les supporters parce qu'on a atteint un objectif. Mais il y a encore d'autres choses à aller chercher...

"L'écart est plus grand, mais tant qu'il y aura le minimum d'espoir il faut le jouer à fond pour ne pas avoir de regrets"

"André Ayew a faim, il a une rage de vaincre. Il donne énormément. A l'entraînement, j'ai parfois tendance à le freiner un peu"

"La Coupe de la Ligue ne nous rapporte pas plus de points dans le championnat, mais elle peut nous apporter plus de confiance, plus de conviction.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents