Dijon, la Ligue 1 lui monte au nez
2 pages
Français

Dijon, la Ligue 1 lui monte au nez

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats PDF et ZIP

Description

Dijon, la Ligue 1 lui monte au nez Au mois de décembre dernier, il était entendu que Sébastien Ribas ne prolongera pas son bail avec Dijon. en fin de contrat au mois de juin, le buteur uruguayen arrivé en 2008 en provenance de Spezia, modeste club de Série b italienne, avait plutôt prévu la suite de sa carrière du côté de la belgique (fC bruges) ou de l'espagne (bétis Séville, en Segunda division). Mais les quatre premiers mois de 2011 pourraient bien avoir changé tous ses plans. A force de continuer de marquer but sur but (10 en 2011), le natif de Montevideo a transformé Dijon en énorme surprise de la saison. Voilà cinq ans que l'on n'avait plus vu les Dijonnais dans le haut du classement. 4ème en 2005 (la saison qui a suivi le retour en Ligue 2), 5ème en 2006, le club a dû se contenter ensuite du ventre mou, quand ce n'était pas la lutte pour le maintien. eric Carrière, recrue vedette de la saison 2008/2009 ayant mis un terme à sa carrière, Mickael Isabey et ses 36 ans jouant de moins en moins, le club entrainé par Patrice Carteron depuis l'été 2009, et son jeune effectif, fait figure de petit poucet parmi les prétendants à la montée à l'heure du sprint final. 14ème budget de Ligue 2 avec 8,3 millions d'euros, soit pratiquement trois fois moins que celui du Mans (23 M€, plus gros budget de Ligue 2), Dijon renverse les pronostics en pratiquant un jeu tourné vers l'offensive.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 04 mai 2011
Nombre de lectures 35
Langue Français
Dijon, la Ligue 1 lui monte au nez

Au mois de décembre dernier, il était entendu que Sébastien Ribas ne prolongera pas son bail avec Dijon. en fin de contrat au mois de juin, le buteur uruguayen arrivé en 2008 en provenance de Spezia, modeste club de Série b italienne, avait plutôt prévu la suite de sa carrière du côté de la belgique (fC bruges) ou de l'espagne (bétis Séville, en Segunda division). Mais les quatre premiers mois de 2011 pourraient bien avoir changé tous ses plans. A force de continuer de marquer but sur but (10 en 2011), le natif de Montevideo a transformé Dijon en énorme surprise de la saison. Voilà cinq ans que l'on n'avait plus vu les Dijonnais dans le haut du classement. 4ème en 2005 (la saison qui a suivi le retour en Ligue 2), 5ème en 2006, le club a dû se contenter ensuite du ventre mou, quand ce n'était pas la lutte pour le maintien. eric Carrière, recrue vedette de la saison 2008/2009 ayant mis un terme à sa carrière, Mickael Isabey et ses 36 ans jouant de moins en moins, le club entrainé par Patrice Carteron depuis l'été 2009, et son jeune effectif, fait figure de petit poucet parmi les prétendants à la montée à l'heure du sprint final. 14ème budget de Ligue 2 avec 8,3 millions d'euros, soit pratiquement trois fois moins que celui du Mans (23 M€, plus gros budget de Ligue 2), Dijon renverse les pronostics en pratiquant un jeu tourné vers l'offensive. Rarement muette, la deuxième attaque de Ligue 2 s'appuie sur Ribas bien sûr, mais aussi une multitude de jeunes aux qualités certaines, comme bauthéac, Caceres (6 buts chacun) et l'ancien Parisien Sankharé (5 buts), auteur d'une saison très complète. Alors que Carteron s'inquiétait sur la faculté de son jeune groupe à supporter la pression, Dijon est allé gagner à Reims le week-end dernier, s'assurant une place sur le podium jusqu'à la réception de Chateauroux vendredi. Après avoir passé les deux tiers de la saison dans le ventre mou du championnat, les Dijonnais n'ont désormais plus qu'un objectif : la Ligue 1. "on va jouer à fond le projet Ligue 1, explique le président Gnecchi. Ce serait vraiment bête et on décevrait les supporters si on ne s'investissait pas dans cette direction. Soyons mesurés mais croyons en nos qualités. Si nous avons la chance d'y aller, il faudra vivre cette saison avec sagesse et en fournissant encore plus de travail".

Contrairement à des équipes comme Le Mans, Ajaccio, Sedan, boulogne ou Le havre, qui ont déjà toutes connu la Ligue 1, Dijon aborde le sprint final sans aucune pression. "on ne va pas gâcher notre plaisir d'être là car c'est un club jeune avec une petite histoire", souligne simplement Patrice Carteron qui a désiré s'inscrire dans la long terme en prolongeant son contrat de 4 ans avec le club de la Côte d'or ! Seul Claude Puel à Lyon avait fait mieux avant lui. "Avec Patrice Carteron, je retrouve les mêmes valeurs et le même investissement que j'avais avec Rudi (ndlr : Rudi Garcia fut l'entraîneur emblématique du DfCo, de 2002 à 2007, avant de rejoindre Le Mans puis Lille), expliquait début avril bernard Gnecchi. Si Rudi nous a fait découvrir le professionnalisme, Patrice l'augmente et nous avons aujourd'hui une grande probabilité de transformer notre ambition Ligue 1". Ce serait un véritable coup de tonnerre.

3 matchs à la maison sur 5 Si Dijon a l'avantage de recevoir 3 fois au cours des 5 derniers matchs, son programme n'est pas des plus faciles. Après la réception de Châteauroux vendredi, les hommes de Patrice Carteron se déplaceront à tours, recevront Grenoble et boulogne avant de terminer la saison à Angers. Seulement 8ème équipe de Ligue 2 à domicile, avec déjà 5 nuls et 3 défaites, Dijon n'a plus le droit à l'erreur au Stade des Poussots s'il veut conserver une chance de monter en fin de saison.

Chaque semaine jusqu'à la fin de saison, nous passons en revue les prétendants à la montée en Ligue 1. Après Le Mans la semaine dernière, c'est au tour de Dijon, surprenant prétendant, bien campé sur le podium. > En page 22, vous retrouvez tous les résultats de la 33ème journée ainsi que le classement complet de la Ligue 2.