ET S
2 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

ET S'IL FINISSAIT À L'ASSE ?

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
2 pages
Français

Description

ET S'IL FINISSAIT À L'ASSE ? Peu de personnalités du monde du football présentent un cv comme le sien, riche d'expériences variées dans à peu près tous les domaines du football.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 09 février 2012
Nombre de lectures 3
Langue Français

Exrait

ET S'IL FINISSAIT À L'ASSE ?

Peu de personnalités du monde du football présentent un cv comme le sien, riche d'expériences variées dans à peu près tous les domaines du football. Joueur, entraîneur, numéro 1 ou adjoint, coordinateur sportif et administratif de sélections nationales, vice-président de l'UNECATF, Pierre Repellini a touché à tout. A 61 ans passés, n'est-ce pas le moment de revenir au bercail ? "Revenir dans un club est toujours envisageable même si à 61 ans il est évident que ce ne serait pas pour être sur le terrain. Dans un rôle de directeur administratif ou dans le management pourquoi pas, ose-t-il. Mon expérience ne date pas d'hier. En quarante ans de pratique, je commence à connaître le football. Mon parcours n'a pas été idéal mais il m'a permis de toujours faire des choses et de toujours avancer." Aujourd'hui au contact d'un football féminin en plein développement, ne rêve-t-il pas de mettre son savoir-faire au service de son club de toujours ? "J'habite encore à côté de Saint-Etienne, je ne suis jamais parti donc évidemment que la perspective de retravailler un jour pour mon club de coeur serait intéressante. Car même si je ne suis pas d'accord avec tout ce qui s'y passe, même s'il peut m'arriver de critiquer avec d'autres anciens certaines décisions, je reste et je resterai à vie un supporter du club." Membre forcément influent de l'association des Anciens Verts présidée par Georges Bereta, Repellini est resté au contact des frères Revelli, Merchadier, Bathenay (avant son départ pour le Qatar), Janvion (revu dernièrement lors de la tournée des Bleues aux Antilles), Synaeghel ou Piazza et Curkovic dès qu'ils passent par la France. Longtemps accusée de tirer les ficelles en coulisses et de savonner la planche des dirigeants qui se sont succédés depuis vingt ans, la confrérie des Anciens Verts a semble-t-il mis pas mal d'eau dans son vin depuis quelques années, consciente que son impact n'était pas bon pour le club. "Je me suis toujours écarté de ces débats internes entre anciens et modernes, une guerre qui a longtemps été néfaste à l'ASSE, souligne Repellini. Le rôle des anciens n'est pas de critiquer tout le temps mais d'être constructif. Mais cela ne m'empêche pas de dire ce que je pense. Par exemple, j'ai regretté lors des célébrations des trente ans de la finale de Glasgow que nous n'ayons pas été consultés, d'où le clash qui en a résulté. Si l'ASSE a eu de tels résultats pendant si longtemps, c'est grâce aux caractères pas toujours commodes de ses joueurs. Et en vieillissant, généralement, les caractères ne s'arrangent pas ! Donc il faut faire preuve de diplomatie, y aller avec des pincettes parfois. Tous les anciens sont prêts à jouer le jeu pour peu qu'on les sollicite de temps en temps, qu'on leur demande leur avis, surtout quand ça les concerne comme pour cet anniversaire. Je m'en étais expliqué ave Roland Romeyer..." Depuis, le malentendu a été dissipé et c'est avec plaisir que les héros de 76 se sont revus pour l'ouverture des travaux à Geoffroy-Guichard et la candidature de Saint-Etienne pour l'Euro 2016. Tous, ou presque, sont désormais solidaires des Verts d'aujourd'hui, "prêt à revenir au stade comme supporter pour revoir le Chaudron un soir de Coupe d'Europe" !

UN CLASH POUR LES TRENTE ANS DE GLASGOW