" Je devais repartir sur un nouveau challenge"
3 pages
Français

" Je devais repartir sur un nouveau challenge"

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

" Je devais repartir sur un nouveau challenge" Pouvez-vous revenir sur votre signature au BO ? J'attendais une proposition de l'ASM qui tardait à venir. J'ai fait le choix de me lancer dans une nouvelle aventure. Je sentais que je devais repartir sur un nouveau challenge et la proposition du BO est arrivée.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 juillet 2011
Nombre de lectures 6
Langue Français
" Je devais repartir sur un nouveau challenge"

"Si je suis performant en club, j'espère que je reverrai l'équipe de France."

Pouvez-vous revenir sur votre signature au BO ? J'attendais une proposition de l'ASM qui tardait à venir. J'ai fait le choix de me lancer dans une nouvelle aventure. Je sentais que je devais repartir sur un nouveau challenge et la proposition du BO est arrivée.

Quittez-vous Clermont avec des regrets ? Il ne faut rien regretter. J'ai fait le choix de partir. J'ai vécu quatre belles saisons avec Clermont. J'ai rencontré des personnes attachantes. On sait qu'il y a des joueurs qui changent de club chaque année. D'autres restent dans le même club toute leur carrière. Chaque cas est différent. Je suis convaincu qu'à un moment donné il faut bouger pour être performant.

Quelle est votre ambition personnelle avec le BO ? Je veux prendre part à un maximum de matches en privilégiant le plaisir. Avec ce désir, bien entendu, d'être performant au plus haut niveau.

Comment définissez-vous la place du BO dans l'échiquier français par rapport à Clermont ? Biarritz est un club qui s'est restructuré après des années difficiles. Le BO a beaucoup progressé. De bons choix ont été faits pour grandir. Biarritz se structure pour le plus haut niveau. Clermont, de son côté, a franchi un cap ces cinq ou six dernières années. Au BO de suivre le même chemin.

"Je ne revendique rien, mais c'est au centre où je me sens le mieux"

Vous étiez surtout utilisé à l'arrière à Clermont. Revendiquez-vous une place au centre au BO ? Je ne revendique rien. Mais il est vrai que le poste où je me sens le mieux c'est au centre. J'y ai mes repères. C'est là où je sens que je peux apporter le plus à une équipe. J'ai pris du plaisir à jouer à l'arrière, mais ce n'est pas la zone qui me correspond le plus. J'en discuterai avec les coachs. On essaiera de faire au mieux pour le groupe. Car le plus important, c'est l'équipe.

Le BO a relativement peu recruté contrairement à d'autres clubs du Top 14. Cela vous inquiète-t-il ? Le groupe est en place, c'est important. Avec un quart de finale de championnat et de Coupe d'Europe, ce n'est déjà pas rien. Un recrutement a été opéré en fonction des besoins. Il y a de la cohérence dans ce qui a été fait. Ce n'est pas nécessaire de recruter 18 000 personnes si les résultats ne sont pas au bout. Il faut aussi noter l'arrivée d'entraîneurs compétents. Il y a vraiment de la qualité dans ce club. Le BO est en bonne voie pour grandir.

A l'approche de la Coupe du monde, vous devez avoir un pincement au coeur ? J'aurais aimé faire partie du groupe. Mais au fond de moi, je savais que quand on ne joue pas avec son club, c'est compliqué. Cela faisait partie des attentes de Marc Lièvremont à mon endroit pour que je puisse prétendre à une place en équipe de France. Si je suis performant en club, j'espère que je reverrai l'équipe de France. Je ne suis pas frustré pour autant. Cela fait partie de la vie. Il y a des hauts et des bas. Je vis une passe difficile en Bleu, mais je sais que cela peut revenir à tout moment.

Benoît Baby Né le 7 septembre 1983 à Lavelanet (France) 1m78 - 86 kg - Centre Clubs successifs : Toulouse (2002-2007), Clermont (2007-2011), Biarritz (depuis juillet 2011) Palmarès : Champion d'Europe (2005, finaliste en 2004), champion de France (2010, finaliste en 2008 et 2009) International français (9 sélections, 1 essai)