//img.uscri.be/pth/3cdd7cb7d9670dd06fdeddcf9aefe6816ee19546
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

JM Fourgous : «Changeons de cap, misons sur la baisse des impôts»

1 page

JM Fourgous : «Changeons de cap, misons sur la baisse des impôts» Jean-Michel Fourgous, 58 ans, est le délégué général de Génération entreprise - Entrepreneurs associé (GE-EA), association de 80 députés issus du secteur marchand, qu'il a créé en

Publié par :
Ajouté le : 30 novembre 2012
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
JM Fourgous :Changeons de cap,
misons sur la baisse des impts
Jean-Michel Fourgous, 58 ans, est le dlgu gnral de Gnration entreprise -Entrepreneurs associassociation de 80 d (GE-EA), puts issus du secteur marchand, qu'il a cr��en 2002 avec Olivier Dassault. Maire d'lancourt depuis 1996, dputentre 1993 et 2012, il agalementtcrateur et dirigeant d'une entreprise de logiciels. Pour lui, le rpit accord notre pays par les marchs financiers ne saurait durer :Franois Hollande ne peut pas gagner la confiance des marchs financiers sur le long terme aprs leur avoir autant dclarla guerre et les avoir dsigncomme l'ennemi public numro 1. La France ne pourra pas continuer emprunterdes taux attractifs en faisant l'inverse de ce qu'exigent ses prteurs. Les marchs financiers finiront par sanctionner l'immobilisme et l'incomptenceconomique du gouvernement. Pour l'ancien dput, c'est en effet l'attentisme du gouvernement qui pose problme :L'Espagne de Mariano Rajoy et l'Italie de Mario Monti prennent des dcisions courageuses, font des rformes, ralisent desconomies, rduisent le primtre public. Tout est fait pour rtablir la comptitivitde leurs entreprises et la confiance des marchs financiers. En faisant porter 2/3 de l'effort budgtaire sur une hausse des impts et seulement 1/3 sur une baisse des dpenses publiques, la France fait exactement l'inverse de ses voisins europens !.
Le salut par les entrepreneurs Dfendre le rleconomique des entrepreneurs, l'un des rles majeurs de GE-EA, qui prend toute son importance dans le contexte :En mettant en place des mesures fiscales punitives, voire confiscatoires, la France est en train de se vider de son sang entrepreneurial. Pourtant, pour sortir de la crise et financer son modle social, elle n'a pas besoin d'une dcroissance mais d'une hyper-croissance que seuls ses entrepreneurs pourront crer ! Nous demandons de mettre en place une fiscalithostile aux entrepreneurs, en ramenant moins notamment l'IS au niveau de la moyenne europenne (23,5% contre 34,4%). Il faut, au plus vite, baisser de 30 milliards d'euros les cotisations sociales qui psent sur les salaires et qui freinent l'emploi. Enfin, nous proposons la cration d'un outil fiscal, ''PEA-PME'' ou ''ISF-PME'', qui oriente les capitaux vers nos entreprises et anticipe l'asschement des crdits bancaires dont elles commencentsouffrir.... Des mesures que l'on sera, selon lui, obligde prendre.