"JOUER À SAINT-ETIENNE, C
3 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

"JOUER À SAINT-ETIENNE, C'EST MAGIQUE"

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
3 pages
Français

Description

"JOUER À SAINT-ETIENNE, C'EST MAGIQUE" Vous avez commencé, comme un certain Marouane Chamakh, à Marmande, un club du Lot-et-Garonne qui vient d'accéder en CFA 2. Avez-vous encore des copains là- bas ? Bien sûr et quand je redescends sur Marmande, je vais voir les potes qui jouent toujours là-bas. Cela fait"C'est le père de Laurent Batlles qui m'a recruté à Sochaux." toujours du bien de revoir tous ceux que j'ai connus durant mon enfance. Vous êtes ensuite parti à Sochaux où vous avez remporté la Coupe Gam-bardella en 2007, avant de découvrir la Ligue 1 quelques mois plus tard lors d'un match contre Bordeaux. Quel regard portez-vous sur votre carrière qui ne fait que débuter ? Cela se passe plutôt bien pour le moment. Mais je ne cache pas que j'ai travaillé très dur pour atteindre le niveau où je suis aujourd'hui. J'ai passé des moments difficiles, mais je dois maintenant rester constant après la saison que je viens de réaliser avec Clermont. Je dois absolument bonifier la saison qui vient de s'achever. Mais attention, je ne suis pas du genre à m'enflammer. Je sais d'où je viens et je viens de très loin ! Je sais qu'en foot, on peut se retrouver très rapidement au haut niveau, mais aussi très vite à... aucun niveau ! Qu'avez-vous appris en Ligue 2 sous le maillot de Clermont où vous avez été prêté par Sochaux ? J'ai appris à avoir confiance en moi. C'est ce que l'on me reprochait auparavant.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 30 juin 2011
Nombre de lectures 4
Langue Français

Exrait

"JOUER À SAINT-ETIENNE, C'EST MAGIQUE"

"C'est le père de Laurent Batlles qui m'a recruté à Sochaux."

Vous avez commencé, comme un certain Marouane Chamakh, à Marmande, un club du Lot-et-Garonne qui vient d'accéder en CFA 2. Avez-vous encore des copains là-bas ? Bien sûr et quand je redescends sur Marmande, je vais voir les potes qui jouent toujours là-bas. Cela fait toujours du bien de revoir tous ceux que j'ai connus durant mon enfance.

Vous êtes ensuite parti à Sochaux où vous avez remporté la Coupe Gam-bardella en 2007, avant de découvrir la Ligue 1 quelques mois plus tard lors d'un match contre Bordeaux. Quel regard portez-vous sur votre carrière qui ne fait que débuter ? Cela se passe plutôt bien pour le moment. Mais je ne cache pas que j'ai travaillé très dur pour atteindre le niveau où je suis aujourd'hui. J'ai passé des moments difficiles, mais je dois maintenant rester constant après la saison que je viens de réaliser avec Clermont. Je dois absolument bonifier la saison qui vient de s'achever. Mais attention, je ne suis pas du genre à m'enflammer. Je sais d'où je viens et je viens de très loin ! Je sais qu'en foot, on peut se retrouver très rapidement au haut niveau, mais aussi très vite à... aucun niveau !

Qu'avez-vous appris en Ligue 2 sous le maillot de Clermont où vous avez été prêté par Sochaux ? J'ai appris à avoir confiance en moi. C'est ce que l'on me reprochait auparavant. Le coach Der Zakarian et tous mes coéquipiers m'ont mis en confiance et m'ont placé dans les meilleures conditions. De mon côté, j'ai tout fait pour leur rendre cette confiance.

Lors de la 36ème journée de Ligue 2 à l'occasion du match de Clermont contre Reims, Saint-Etienne est venu vous superviser. Qu'est-ce que cela vous inspire ? Savoir que j'ai été supervisé par un club de la dimension de Saint-Etienne est intéressant et flatteur. Maintenant, je dois continuer à travailler pour essayer de voir autre chose.

Vous retrouver sur les tablettes de Saint-Etienne peut-il accélérer votre réflexion sur votre avenir proche qui pourrait vous amener à franchir une nouvelle étape ? Je sors d'une bonne saison en Ligue 2 et je dois absolument continuer à grandir et montrer ce que je sais faire en Ligue 1 cette fois.

Que représente pour vous l'AS Saint-Etienne ? C'est un club qui a une histoire, qui a un grand vécu et qui est médiatisé. C'est l'un des grands clubs de France avec un super public. Jouer à Saint-Etienne, c'est magique ! Quand on est allé avec Clermont à Geoffroy-Guichard en Coupe de France, l'ambiance était exceptionnelle. J'en avais des frissons. Je pense que cette ambiance peut transformer un joueur, mais cela dépend, bien sûr, de la façon dont ça se passe quand on se retrouve sur le terrain.

Le fait que Francis Gillot ne soit plus l'entraîneur de Sochaux peut-il changer la donne pour vous et vous inciter à revenir en Franche-Comté ? Je ne le pense pas. A Sochaux, il y a deux attaquants (Modibo Maïga et Ideye Brown, Ndlr) qui ont marqué 30 buts à eux deux. Revenir là-bas pour avoir moins de temps de jeu ou même ne pas jouer du tout est quelque chose de difficile à envisager. A Clermont, j'ai pratiquement tout le temps joué. Bien sûr, je ne demande pas à être titulaire à Sochaux ou être assuré d'avoir un minimum de temps de jeu. Cela n'est pas possible, mais je dois tout considérer. Je vais reprendre à Sochaux et on verra ce qui va se passer.

Mais vous n'avez plus qu'un an de contrat avec Sochaux... Tout à fait et Sochaux me propose de le prolonger de deux saisons. Mais en ce moment, je réfléchis parce que franchement, si je reviens et que je ne joue pas, cela voudra dire que ma saison réussie en Ligue 2 n'aura servi à rien. Je vais reprendre l'entraînement à Sochaux, mais je ne sais pas du tout comment les choses vont se dérouler.

Quelle pourrait être votre attitude si un club comme Saint-Etienne se positionnait fermement ? Mais ce n'est pas moi qui décide. Si Sochaux ne veut pas me laisser partir...

Une attitude tout de même risquée quand le contrat du joueur concerné prend fin en juin 2012 ? Je le répète, si le club ne veut pas me lâcher... Maintenant, Brown et Maïga sont toujours à Sochaux et il est normal qu'ils jouent après la saison qu'ils viennent de réaliser. Moi, ce que je recherche, c'est avant tout l'aspect sportif. Il faut que je joue pour continuer à progresser. J'ai 22 ans et j'ai besoin de jouer pour évoluer.

Connaissez-vous certains joueurs stéphanois ? Oui, je connais Josuha Guilavogui et Rivière qui sont de la même génération que moi. Je connais aussi Laurent Batlles car c'est son père Gérard qui m'a recruté à Sochaux.

Quels sont les progrès que vous devez encore accomplir ? J'ai besoin de progresser dans tous les domaines. Je me sens le plus à l'aise dans la surface et j'aime jouer dos au but. Cette saison, je me suis surpris moimême en marquant des buts en partant tout seul ou en essayant de loin. J'ai beaucoup plus tenté grâce au coach et à mes partenaires. A Clermont, je me suis découvert de nouvelles facettes dans mon jeu.

La porte est donc ouverte et vous avez envie de jouer... Tout cela demande réflexion. Je vais reprendre avec Sochaux. Il faudra voir avec l'entraîneur (Bazdarevic, Ndlr), mais c'est vrai que je suis ouvert à tout.

"CONTINUER À GRANDIR ET MONTRER CE QUE JE SAIS FAIRE EN LIGUE 1"