L
2 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

L'EUROPE DANS UN COIN DE LA TÊTE?

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
2 pages
Français

Description

L'EUROPE DANS UN COIN DE LA TÊTE? La décompression est un risque que les Verts ne peuvent pas se permettre, après deux saisons désastreuses. Les Stéphanois, dans un championnat très resserré, ont vraisemblablement assuré leur maintien. Le "Ouf !" de soulagement et la déconcentration qui pourrait s'en suivre ne devront pas durer plus d'un match car Saint-Etienne peut se fixer des objectifs élevés. Les coupes nationales pourraient allonger la liste de places qualificatives pour l'Europe en championnat. Soit en clair : si Marseille reste dans le top 4 et bat Montpellier en finale de la Coupe de la Ligue, la 5ème place du championnat deviendrait qualificative pour l'Europa League. Si, dans le même temps, la finale de la Coupe de France voit s'opposer Lille et le PSG, et que ces deux équipes restent dans le top 5, alors la 6ème place offrirait elle aussi un ticket pour la C3. Les Verts, un peu loin du top 5, ne sont qu'à quelques encablures de la 6ème place. Certes, personne ne veut entendre parler d'Europe cette saison à Saint-Etienne, mais ce discours avait un sens tant que le maintien n'était pas acquis ; aujourd'hui, les Verts se doivent de viser haut. Comme le dit le pro verbe : "Mieux vaut viser la lune et n'arriver qu'à mi-chemin que de viser la médiocrité et être sûr d'y arriver." L'objectif principal est acquis et les éliminations en coupes sont d'autant plus amères aujourd'hui que les objectifs peuvent se fixer seulement en championnat.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 avril 2011
Nombre de lectures 3
Langue Français

Exrait

L'EUROPE DANS UN COIN DE LA TÊTE?

La décompression est un risque que les Verts ne peuvent pas se permettre, après deux saisons désastreuses. Les Stéphanois, dans un championnat très resserré, ont vraisemblablement assuré leur maintien. Le "Ouf !" de soulagement et la déconcentration qui pourrait s'en suivre ne devront pas durer plus d'un match car Saint-Etienne peut se fixer des objectifs élevés. Les coupes nationales pourraient allonger la liste de places qualificatives pour l'Europe en championnat.

Soit en clair : si Marseille reste dans le top 4 et bat Montpellier en finale de la Coupe de la Ligue, la 5ème place du championnat deviendrait qualificative pour l'Europa League. Si, dans le même temps, la finale de la Coupe de France voit s'opposer Lille et le PSG, et que ces deux équipes restent dans le top 5, alors la 6ème place offrirait elle aussi un ticket pour la C3. Les Verts, un peu loin du top 5, ne sont qu'à quelques encablures de la 6ème place. Certes, personne ne veut entendre parler d'Europe cette saison à Saint-Etienne, mais ce discours avait un sens tant que le maintien n'était pas acquis ; aujourd'hui, les Verts se doivent de viser haut. Comme le dit le pro verbe : "Mieux vaut viser la lune et n'arriver qu'à mi-chemin que de viser la médiocrité et être sûr d'y arriver." L'objectif principal est acquis et les éliminations en coupes sont d'autant plus amères aujourd'hui que les objectifs peuvent se fixer seulement en championnat.

Saint-Etienne ne peut peut-être pas miser sur l'Europe, mais les Verts doivent en rêver. La première partie de saison, enthousiasmante, doit permettre aux Stéphanois de s'appuyer sur le capital points et le capital confiance pour tenter un finish exceptionnel. L'exemple de 2007/2008 n'est pas si loin, les Verts, pourtant bien moins bien engagés à la mi-saison, avaient fini en trombe pour décrocher l'Europe. Le coach des Verts, lui, fixe ses objectifs en interne et ne veut pas dévoiler ses ambitions. En revanche, dans le jeu, les ambitions sont portées disparues. A Lorient par exemple, le coach stéphanois était venu chercher le match nul et cela s'est vu dans le dispositif mis en place vraisemblablement échafaudé pour défendre. On dit souvent que quand une équipe est maintenue, elle joue plus et de façon plus libérée. Saint-Etienne, avec 38 points avant le début du match en Bretagne, était une équipe maintenue ou presque et pourtant les Verts ont joué comme une équipe en mal de points cherchant à limiter la casse. Entre intelligence et manque d'ambition, il est difficile de faire la part des choses, car rien ne dit qu'en jouant, les Verts auraient pris un ou trois points. Pour autant l'ASSE devrait être, elle aussi, une équipe qui fait peur, car après tout, les Verts ont été dans la première partie de classement tout au long de l'année ! Cependant, comme paralysée par une réminiscence négative des dures années passées, l'ASSE continue de se comporter comme une formation de seconde zone. Les Verts devraient pouvoir se lâcher et essayer de développer le jeu qu'ils ont fourni en début de saison, quand la pression des résultats n'était pas encore là. Saint-Etienne mériterait aujourd'hui de se comporter comme une équipe qui vise de gagner chaque match jusqu'à la fin de la saison, qui ne calcule pas et qui ne vise pas le match nul en déplacement. La pression de l'objectif maintien étant derrière eux, les Verts devraient se lâcher pour offrir un jeu offensif et prendre des risques. Cette analyse est celle d'un observateur ; en interne, l'explication se base sur le contre-exemple. En effet, chez les Verts, le discours est le suivant : en jouant contre Lorient, peutêtre que les Verts auraient été débordés et n'auraient rien ramené de Bretagne ; or, peut-être que ce point permettra de gagner une petite place en fin de saison... Il est vrai qu'avec la distribution des droits télévisuels en fonction du classement, une place de plus peut valoir jusqu'à un million et demi d'euros. Cet aspect financier est sûrement, aujourd'hui, dans le football, plus important que le plaisir des spectateurs.

OFFRIR UN JEU OFFENSIF ET PRENDRE DES RISQUES