«La finance est l
1 page
Français

«La finance est l'alliée des entrepreneurs»

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Description

«La finance est l'alliée des entrepreneurs» Dans le contexte économique actuel, êtes-vous d'accord sur le fait que les entrepreneurs doivent contribuer à l'effort collectif, une contribution qui passe par la fiscalité ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 octobre 2012
Nombre de lectures 4
Langue Français

Exrait

«La finance est l'alliée des entrepreneurs»
Dans le contexte économique actuel, êtes-vous d'accord sur le fait que les entrepreneurs doivent contribuer à l'effort collectif, une contribution qui passe par la fiscalité ? Les entrepreneurs sont prêts à participer à l'effort national pour un retour à l'équilibre budgétaire. Mais la participation doit être équitable entre les citoyens, les entreprises et l'état. Et sur ce point, l'état ne joue pas franc-jeu. Sa priorité devrait être d'engager une baisse drastique des dépenses publiques sur les 5 prochaines années afin de nous rapprocher de la moyenne européenne et d'éviter une pression fiscale qui étouffe notre économie. Nous comprenons la nécessité d'augmenter temporairement la fiscalité face l'urgence de la situation. Mais avec la décision d'aligner la fiscalité du capital sur celle du travail, il n'est plus question d'effort partagé, mais d'une ponction contre-productive pour notre économie tant elle affaiblit notre potentiel de croissance.
Vous considérez que ces mesures sont même dangereuses pour la France. Pourquoi ? Quel entrepreneur peut accepter de risquer ses économies, de consacrer tout son temps et toute son énergie au développement d'une entreprise qui créera emplois et richesses, si la valeur créée devait in fine être ponctionnée par l'état ? Il n'est plus question d'encourager la prise de risque, mais de décourager la création. Il ne s'agit plus de récompenser le succès, mais de tuer l'esprit d'entreprise. Et sans entrepreneurs, il n'y aura ni croissance, ni création d'emplois, et ce sont tous nos concitoyens qui en subiront les conséquences.
L'opposition des entrepreneurs a-t-elle toujours une raison d'être alors que l'Assemblée Nationale a amendé l'Article 6 du projet de Loi de finances pour 2013 ? Les entrepreneurs vont poursuivre leur combat pour défendre l'écosystème entrepreneurial car les aménagements du gouvernement sont certes importants mais encore insuffisants. Nous avions demandé le retrait de l'Article 6. Le gouvernement a refusé afin de ne pas afficher un recul fort en début de mandat. Les entrepreneurs de Croissance Plus ont toutefois été entendus sur la gravité de la rétroactivité de la mesure sur la taxation des plus-values de cessions et le gouvernement l'a retirée. Les entrepreneurs sont épargnés dans certains cas, mais un projet entrepreneurial se construit aussi avec des salariés et des investisseurs. Les investisseurs en capital se désintéresseront de nos entreprises pour se concentrer sur les investissements rémunérant le risque à sa juste valeur. La participation de nos salariés au capital de leur entreprise sera également remise en cause. Les cessions, fusions et acquisitions nécessaires pour que nos PME deviennent des ETI, dont notre pays a tant besoin, sont aussi menacées. Les dirigeants d'entreprise préféreront remettre ces opérations à des «jours fiscaux» meilleurs.