La fracturation hydraulique, une technique délicate et polluante

La fracturation hydraulique, une technique délicate et polluante

Documents
1 page
Lire
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

La fracturation hydraulique, une technique délicate et polluante Dire que le gaz de schiste est une énergie plus propre car rejetant moins de C02

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 25 octobre 2011
Nombre de lectures 7
Langue Français
Signaler un problème
La fracturation hydraulique, une technique délicate et polluante

Dire que le gaz de schiste est une énergie plus propre car rejetant moins de C02 est une hérésie, dénonce une étude de l'université de Corneil qui affirme au contraire « que la technique de la fracturation hydraulique rend son impact sur le climat pire que le pétrole et au moins aussi mauvais que le charbon ». La technique pour amener le gaz à la surface paraît désastreuse sur le plan environnemental. La fracturation hydraulique horizontale se déroule en plusieurs phases. Une galerie, ou un réseau de galeries, est creusée dans le lit rocheux qu'on souhaite fracturer : la fracturation est initiée avec un fluide de faible viscosité (de manière à ne pas perdre trop d'énergie via les forces de friction qui deviennent d'autant plus importantes que le réseau s'agrandit); des fluides (ou gels) sont ensuite injectés dans le réseau de fentes. Ils contiennent un agent de soutènement qui doit éviter que ce réseau ne se referme. La répartition des agents de soutènement à l'intérieur de la fracture est un facteur essentiel dans la conception d'une fracture hydraulique; Les opérations de collecte peuvent ensuite être amorcées. Si le puits s'épuise ou semble se colmater, de nouvelles opérations de fragmentation peuvent se succéder.

Cette technologie exige trois ingrédients : des quantités phénoménales d'eau, des produits chimiques pour attaquer la roche et des microbilles pour maintenir ouvertes les failles.