Le CJD souhaite une fiscalité «juste et progressive»
1 page
Français

Le CJD souhaite une fiscalité «juste et progressive»

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Description

Le CJD souhaite une fiscalité «juste et progressive» Quelle est votre position sur la question de la taxation des plus-values ? Clairement, cette mesure est inadaptée.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 octobre 2012
Nombre de lectures 2
Langue Français
Le CJD souhaite une fiscalité «juste et
progressive»
Quelle est votre position sur la question de la taxation des plus-values ? Clairement, cette mesure est inadaptée. Il ne s'agit pas de dédouaner les entrepreneurs de leur responsabilité fiscale, contributive au bon fonctionnement de notre pays. Le principe d'alignement fiscal du capital sur celui du travail serait plus acceptable si ce dernier n'était pas aussi élevé dans notre pays. Et surtout, il n'y a pas de distinction entre des plus-values spéculatives et celles contribuant à la croissance et à l'emploi.
Pourquoi ne vous êtes-vous pas joint au collectif des mouvements d'entrepreneurs mobilisés contre le projet de loi de finances 2013 ? J'ai pu dire que notre mouvement comptait des gazelles, des souris, des éléphants... et même des pigeons ! Sur le fond, nous soutenons la mobilisation des entrepreneurs, une première en France, et nous sommes en désaccord avec le contenu du projet. Pour autant, depuis 74 ans, nous ne sommes jamais opposés à une décision du gouvernement sans avancer de solutions. C'est la raison pour laquelle nous n'avons pas signé les différentes pétitions. En revanche, nous avons joué notre rôle en suggérant quatre amendements (en 24 heures seulement, une véritable gageure). Celui qui a été retenu représente une avancée importante sur la définition fiscale du créateur d'entreprise.
Avez-vous le sentiment d'être écouté ? Les dernières semaines ont illustré l'absence de réflexion dans la durée et de concertation avec l'ensemble des parties prenantes. Pour nous, la page de l'Article 6 doit être tournée, d'autant qu'il s'agit d'un aspect relativement secondaire et très technique. En revanche, avec l'ouverture des grands chantiers sur le coût du travail ou le renforcement de la compétitivité des entreprises, il est important que les entrepreneurs soient plus écoutés par le gouvernement. Si la récente mobilisation permet cela, ce sera une très bonne chose.