Les lunettes Atol, made in Jura, en mettent plein la vue
2 pages
Français

Les lunettes Atol, made in Jura, en mettent plein la vue

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Description

Les lunettes Atol, made in Jura, en mettent plein la vue Phlippe Peyrard, directeur général de la coopérative Atol Pourquoi seules vos collections Nuet D'Clip profitent du label Origine France Garantie ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 28 janvier 2012
Nombre de lectures 46
Langue Français
Les lunettes Atol, made in Jura, en mettent
plein la vue
Phlippe Peyrard, directeur général de la coopérative Atol
Pourquoi seules vos collections Nuet D'Clip profitent du label Origine France Garantie ? Parce que la sortie de la collection Nu correspondait avec la sortie du label Origine France Garantie et la collection D'Clip a suivi. Mais il faut savoir que toutes nos collections sont fabriquées en France. Nous avions des produits réalisés en Chine en 2004, vendus environ 135 euros. En 2005, nous avons rapatrié nos sous-traitants, lesquels nous font des produits un peu plus sains, un peu plus légers, un tout petit peu plus sympathiques en termes de coloration... Nous avons ainsi pu augmenter légèrement les prix pour amortir le surcoût du "made in France"maisnoussommes " mais nous sommes toujours restés à 140-145 euros. Dans le même temps, nos coûts d'approche ont doublé !
Heureusement que nous sommes une coopérative puisque le centre logistique a amorti le surcoût de la relocalisation en coupant totalement ses marges de façon que nos associés puissent conserver une marge normale et de façon que le produit soit accessible pour l'ensemble de nos concitoyens.
Cette relocalisation a donc induit un manque à gagner pour Atol...
Cela nous a coûté 500.000 euros chaque année. Ce qui nous amène à notre 2otre22ème étape avec nos montures Adriana Karambeu, nous permettons à nos consommatrices d'obtenir un véritable "table"plus produit" puisqu'elles peuvent personnaliser à l'envi leurs lunettes avec des clips ou parures. Nous retrouvons alors un modèle économique viable puisque nous pouvons alors positionner ces lunettes "made in France " personnnalisables à 210 euros.
Auriez-vous pu réaliser cette collection en Chine ? Oui, nous aurions pu faire la recherche et développement en France puis produire en Asie. Mais nous sommes une coopérative. N'ayant ni banquier ni fonds de pension amérricain à notre capital, nous mettons un point d'honneur à travaailler sur le long terme. Autre avanntage à travailler en France : lorsqque l'on constate que telle ou telle nuance d'un modèle se vend mmieux qu'un autre, au lieu d'aavoir 4 mois de délai avec la Chinne, nous avons 4 semaines au maximum ! Et le : poids des stocks à supporter est d'autant plus léger.
Rapatriement de la production en France, retour à un modèle économique viable... quelle est la 3ème phase de cette transition ? Elle correspond à notre produit Nu. Nous avons fait un produit où la production est simplifiée à l'extrême. Une lunette en métal, c'est entre 150 et 230 opérations pour arriver au produit fini, dont de nombreuses opérations de soudures, toutes réalisées à la main. Nous avons souhaité réaliser une lunette en une seule opération... ce que l'on a fait avec la monture Nu, qui est découpée avec un laser sur une feuille d'inox chirurgical. Nous avons ainsi réussi à réaliser un produit qui, s'il reste dans le haut de gamme entre 199 et 240 euros, est beaucoup plus accessible que d'autres modèles en inox chirurgicaal.