LES VERTS À LA CONQUÊTE DU MONDE !
3 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

LES VERTS À LA CONQUÊTE DU MONDE !

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
3 pages
Français

Description

LES VERTS À LA CONQUÊTE DU MONDE ! Un missionnaire. C'est de la sorte que nous pourrions rapidement déterminer la nature d'une partie du travail effectué par Stéphane Tessier depuis son arrivée à la direction générale de l'ASSE. Appelé par Roland Romeyer pour diriger le développement économique général du club, ce spécialiste de la finance (fondateur d'ABL finances et de Sports Management) a rapidement diagnostiqué les secteurs dans lesquels son "club de coeur" avait tout intérêt à se positionner, les domaines où sa marge de progression était la plus forte. Sans être une priorité, une présence renforcée des Verts à l'étranger est rapidement devenue à ses yeux une nécessité à plus ou moins long terme car jamais une réelle politique digne du prestige du club n'a été sérieusement entamée depuis l'émergence du phénomène stéphanois dans les années 70. "La problématique est claire, nous dit-il, qui s'intègre dans un projet global d'internationalisation de l'ASSE et la possibilité d'avoir des axes de développement sportivo-économiques sur les différents continents pour préparer l'avenir". Déjà bien présents en Afrique où des partenariats sportifs existent avec des académies ou des centres de formation, les Stéphanois entendent partir désormais à la conquête des autres continents. "On essaie de trouver les meilleures solutions pour nous implanter ailleurs tant au niveau sportif qu'économique...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 avril 2011
Nombre de lectures 8
Langue Français

Exrait

LES VERTS À LA CONQUÊTE DU MONDE !

Un missionnaire. C'est de la sorte que nous pourrions rapidement déterminer la nature d'une partie du travail effectué par Stéphane Tessier depuis son arrivée à la direction générale de l'ASSE. Appelé par Roland Romeyer pour diriger le développement économique général du club, ce spécialiste de la finance (fondateur d'ABL finances et de Sports Management) a rapidement diagnostiqué les secteurs dans lesquels son "club de coeur" avait tout intérêt à se positionner, les domaines où sa marge de progression était la plus forte. Sans être une priorité, une présence renforcée des Verts à l'étranger est rapidement devenue à ses yeux une nécessité à plus ou moins long terme car jamais une réelle politique digne du prestige du club n'a été sérieusement entamée depuis l'émergence du phénomène stéphanois dans les années 70. "La problématique est claire, nous dit-il, qui s'intègre dans un projet global d'internationalisation de l'ASSE et la possibilité d'avoir des axes de développement sportivo-économiques sur les différents continents pour préparer l'avenir". Déjà bien présents en Afrique où des partenariats sportifs existent avec des académies ou des centres de formation, les Stéphanois entendent partir désormais à la conquête des autres continents. "On essaie de trouver les meilleures solutions pour nous implanter ailleurs tant au niveau sportif qu'économique..." poursuit Stéphane Tessier qui insiste sur la relation entre les deux domaines étroitement liés mais qui entend dépasser le seul cadre du ballon pour rebondir le plus vite possible vers celui du business. "On veut passer la vitesse supérieure !" Après l'Afrique, déjà appréhendée depuis longtemps, mais où les intérêts et enjeux économiques sont moins importants, c'est le continent nordaméricain qui est dans le collimateur des dirigeants stéphanois. Aux Etats-Unis d'abord où "ça passe par notre capacité à structurer une académie, à véhiculer l'image du club et donc à trouver des leviers économiques et des partenariats. Nous sommes dans une période de démarchage et d'analyse mais nous avons déjà des très bonnes pistes", précise le DG stéphanois sans vouloir les révéler. Dans cette quête de contacts à trouver, de bases de développement à mettre en place, tous les réseaux sont activités, ceux de Bernard Caïazzo notamment qui sont importants aux Etats-Unis où il fut très présent dans la mouvance de sa société Quali-Phone, précurseur sur le secteur des centres d'appel dans les années 80, puis de Cali Center Alliance à partir des années 90. Des entreprises locales américaines, ou françaises implantées aux USA sont ainsi démarchées au même titre que certaines académies ou universités susceptibles de devenir des têtes de pont pour une implantation plus profonde dans les années à venir. Evidemment, la présence de Carlos Bocanegra dans l'effectif de Christophe Galtier est une opportunité que compte exploiter le club. "Bien sûr, avoir le capitaine de la sélection américaine, ça compte, se réjouit Tessier. Sans trop l'impliquer dans cette démarche car il est joueur avant tout et doit se consacrer à sa préparation, il essaye de s'intéresser à ce qui pourrait se faire, au rôle qu'il pourrait jouer dans le futur. Disons que pour le moment, il agit en éclaireur, en ouvreur de voie, à terme il pourrait devenir un bel ambassadeur !" Avec le renouveau du football US à travers la Major League Soccer et la multiplication des franchises ambitieuses qui font appel à de plus en plus d'Européens, de Français, pour développer l'intérêt des Américains et des Américaines pour le plus universel des sports, la présence du plus populaire des clubs français paraît être une nécessité. Son absence une incongruité. Reste à savoir sous quelle forme et à quel niveau d'investissement. Tout l'enjeu des prochaines saisons sera de déterminer la stratégie à mettre en place... quand bien même l'AS St-Etienne n'est pas le seul club français ou européen à vouloir un balcon sur le marché US.

BOCANEGRA EN ÉCLAIREUR DE CETTE CONQUÊTE DE L'OUEST !

"La concurrence est aussi féroce, confirme Tessier. Dans ce contexte, je ne vous cache pas que la présence de Carlos (Bocanégra) est un plus pour nous". Si, grâce à leur défenseur latéral, les Verts ont un léger avantage, ils savent que la course ne fait que débuter et que la ligne d'arrivée n'est pas envisagée avant plusieurs saisons, trois ou quatre selon Stéphane Tessier. Les Verts ont également un petit avantage au niveau du football féminin, très prisé par les Américaines du nord, et bien connu par l'ancien président du RC St-Etienne Féminin... les deux ayant intégré depuis l'ASSE. "Je connais bien le foot féminin effectivement et avoir une équipe en D1 nous donne là encore une longueur d'avance par rapport à d'autres qui auraient la même volonté que nous sans posséder de support sportif aussi crédible. Mais ça ne peut être qu'un plus qui viendrait se greffer au projet général". La cerise sur un gâteau que lorgnent de plus en plus de clubs européens. Outre les USA, d'autres pistes seront exploitées, étudiées, testées, en Amérique du Nord, "un continent où le football est en plein développement et où le pouvoir économique est important". Avec les Etats-Unis, le Canada est la seconde cible, peut-être plus facile à atteindre du fait de sa forte culture francophile. Là-bas, un premier partenariat a déjà été conclu avec la prestigieuse université de Laval, au Québec, une des références dans le milieu universitaire sportif. "Nous avons été référencés comme club recherche, se félicite Tessier, ce qui signifie que des étudiants et des chercheurs travaillent actuellement sur les pistes de croissance et de développement de l'ASSE dans le secteur". Un bon début qui pourrait rapidement déboucher sur des échanges sportifs et commerciaux... ailleurs dans le monde car les dirigeants stéphanois ne veulent pas se limiter à un continent au détriment d'un autre. "On travaille vraiment sur l'ensemble de la planète, nous confirme Tessier. Les dossiers avancent sur toutes les orientations même si on passe plus de temps, c'est vrai, sur les USA". C'est pourtant en Afrique, du fait de l'historique présence française sur le continent, que les Verts sont le plus présents pour le moment du côté du Sénégal et du Burkina Faso où des liaisons informelles existent avec des académies et des clubs locaux.

AU CANADA, L'UNIVERSITÉ DE LAVAL TRAVAILLE DÉJÀ POUR L'ASSE...

Ailleurs, tout reste à faire... sans en attendre de retours concrets avant deux ou trois saisons. "Nous travaillons sur le long terme et nous sommes comme beaucoup de clubs aujourd'hui touchés par la récession économique. Cela nous oblige à envisager ce développement uniquement à travers un retour sur investissement dans une forte logique économique". L'aspect sportif n'étant évidemment pas à négliger qui devrait permettre de faciliter les échanges donc le futur recrutement sur des marchés aujourd'hui peu exploités mais au potentiel humain très fort. Le chantier s'annonce tout de même difficile, d'autant plus qu'aucune démarche structurée n'avait jusqu'à présent été entreprise. "On part de zéro, reconnaît Tessier. Les équipes précédentes avaient réalisé des choses mais pas dans le même esprit". En ne tardant pas à se positionner sur ce secteur qu'ils espèrent porteur, les dirigeants stéphanois veulent se donner les moyens d'exister bien au-delà des limites de l'Hexagone qui, économiquement, sont depuis longtemps dépassées. Alors que la popularité des Verts en France n'est plus à démontrer, "nous voulons créer à terme un engouement autour de structures que nous implanterons à l'étranger".

Rocheteau va rameuter les troupes ! DES AMBASSADEURS PRESTIGIEUX

A l'image de Carlos Bocanegra qui devrait rapidement endosser le rôle d'ambassadeur du club aux USA et qui a déjà commencé à propager la parole verte, tous les anciens Verts seront mobilisés et approchés pour aider au développement de leur ancien club en dehors de nos frontières. En Amérique du Sud, le club espère capitaliser sur la présence d'Osvaldo Piazza (ici en photo aux côtés de Bernard Caiazzo et Carlos Bianchi) en Argentine, ou d'Omar Da Fonseca, un proche de Caïazzo, qui n'hésite jamais à donner de bons tuyaux à un président de conseil de surveillance qui se tourne aussi régulièrement vers Carlos Bianchi, autre Argentin célèbre, qui est aussi dans la mouvance verte. Partout ailleurs, le but est de rebondir sur le prestige des glorieux anciens : Alex ou Aloiso au Brésil, Curkovic, Dimitrov ou Moravcik dans les pays de l'Est, Rep, Witschge ou Sivabaeck en Europe du Nord, Bell, Milla ou Titi Camara en Afrique. "L'ASSE existe aussi de par son prestigieux passé, confirme Stéphane Tessier. Et comme ce travail est effectué en interne par l'ensemble des structures opérationnelles du club, dans un esprit d'équipe assumé, nous comptons évidemment aussi sur les anciens joueurs. On veut associer tout le monde à ce projet". Dans cette quête, l'un des rôles principaux de Dominique Rocheteau sera, est déjà, de rameuter les troupes, de contacter ses anciens coéquipiers, de fédérer les énergies. "Nous avons la chance d'avoir à Sainté les meilleurs ambassadeurs qui peuvent exister. A nous de leur donner les moyens de faire passer notre message !" Pour faciliter la communication et entretenir ou amicaux et des stages de préparation ou des séjours seront mis en place qui devraient amener le groupe de Galtier aux quatre coins de la planète dans un proche avenir. "Pas en 2011, car c'est trop frais et trop proche du lancement de l'opération" conclue Stéphane Tessier comme pour encadrer une démarche ouvertement économique mais qui restera toujours respectueuse des contraintes et des réalités sportives... F. D.