Pourquoi le Qatar a jeté son dévolu sur Paris
1 page
Français

Pourquoi le Qatar a jeté son dévolu sur Paris

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Description

Pourquoi le Qatar a jeté son dévolu sur Paris Aider les banlieues françaises à créer des entreprises en contribuant à un fonds franco-qatari d'au moins 100 millions d'euros n'est pas

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 30 novembre 2012
Nombre de lectures 25
Langue Français

Exrait

Pourquoi le Qatar a jeté son dévolu sur Paris
Aider les banlieues françaises à créer des entreprises en contribuant à un fonds franco-qatari d'au moins 100 millions d'euros n'est pas seulement un geste désintéressé. Cette offre du Qatar, reprenant un projet lancé sous Nicolas Sarkozy, n'a fait que mettre en évidence l'importance dans l'économie française de ce petit émirat du Golfe qui, d'une amitié politique à l'autre, a dépensé des milliards pour acquérir, via des fonds souverains, des parts dans les fleurons nationaux Lagardère, Vivendi, Vinci, Veolia, Total ou LVMH, et possède de multiples hôtels de luxe, dont le Royal Monceau.
Derrière ces achats, la Qatar Investment Authority, un fonds de 100 milliards de dollars créé en 2003. Aux commandes, l'émir du Qatar, Hamad bin Khalifa al-Thani (HBK) et l'opulent premier ministre, Hamad bin Jassem al-Thani («HBJ»). Ce même fonds, qui collectionne les hôtels particuliers de la capitale, s'est offert, l'été dernier, l'immeuble Virgin des Champs-élysées, pour un montant de 500 millions d'euros. Il a aussi lancé en France les chaînes beINsport et a racheté le Prix de l'Arc de Triomphe et le PSG, présidé par le multimillionnaire Nasser El Khelaifi, proche de la famille souveraine. L'amitié entre la France et le Qatar date de 30 ans, mais elle n'a jamais été aussi affichée que sous l'ère Sarkozy. 15 jours après son investiture, un contrat de 16 milliards de dollars portant sur l'achat de 80 Airbus avait été signé. En échange, des avantages fiscaux sont accordés pour l'investissement immobilier. Grâce à la France, ce petit pays de 2 millions d'habitants se fait entendre sur la scène internationale. Et puis les Qataris savent que leurs ressources gazières ne seront pas éternelles. Dès 2030, les revenus des placements à l'étranger de l'émirat devraient d'ailleurs dépasser les rentes gazière et pétrolière.