qui suis-je ?

qui suis-je ?

Documents
2 pages
Lire
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

qui suis-je ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 28 août 2010
Nombre de lectures 11
Langue Français
Signaler un problème
qui suis-je ?

Indices :

Sphère, de 2,70 mètres de hauteur pour un diamètre de 1,70 mètre

Poids : 2,4 tonnes

Calciné sur une partie de sa surface

Fait partie des sept premiers exemplaires d'une série, qui furent lancés entre 1985 et 1991

Permet d'effectuer des expériences de biotechnologie

Prix estimé : entre 30.000 et 35.000 €

Une somme astronomique Ce module de descente d'un satellite russe "Photon" (ou Foton : orthographe anglaise) était estimé entre 30 000 et 35 000 €. Le transporteur de la capsule a obtenu sa saisie et sa mise en vente pour se faire payer. A la veille de l'ouverture du salon du Bourget, l'opération n'était pas sans rappeler « l'affaire Noga ». Lors de l'édition 2001 du salon de l'aéronautique et de l'espace, cette société suisse d'import-export avait tenté de faire saisir des avions MiG et Sukhoï pour obtenir remboursement d'une dette russe.

Réponse : Une capsule « Photon » Ce module spatial russe a été mis en vente aux enchères à l'hôtel Drouot, vente organisée par la société Ader, le 16 juin 2007 à Paris. La capsule « Photon » ayant volé dans l'espace pendant deux semaines entre 1985 et 1992 (lot n°430), a été adjugée 86 400 € (72 000 € sans frais) à un particulier français. Ce module est un rare témoin de l'aventure spatiale russe.

Merci à l'hôtel Drouot pour la découverte de cet objet.

Le rare témoin d'une aventure spatiale Le Photon, dérivé de la cabine Vostok dans laquelle a volé en 1961 le premier homme dans l'espace, Iouri Gagarine, est utilisé depuis 1985 pour effectuer des expériences de biotechnologie et de technologie spatiales automatiques. Il a entre autres servi pour des expériences françaises et européennes. Les vaisseaux Photon, lancés par les fusées Soyouz depuis le centre spatial russe de Plessetsk, sont composés de 3 modules, d'une masse de 6,5 tonnes au départ : un module d'alimentation électrique, un module de service et un module de descente de 1,70 m de diamètre (notre objet insolite).

Cette vente a eu lieu à l'occasion du Salon du Bourget et pour fêter les 50 ans du premier vol de Spoutnik en 1957. Très peu d'objets spatiaux sont récupérés après leur mission : seuls les vaisseaux embarquant des équipages ou ramenant des échantillons sont équipés de systèmes de récupération, coûteux et complexes à mettre en oeuvre.