//img.uscri.be/pth/8c9aa1ebab01f98ad8de4f5f92dcf117d47265a4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Rugby, c'est vraiment tendance !

5 pages
Rugby, c'est vraiment tendance ! Le Racing, c'est Paris fashion ! A sa boutique boulevard St Germain, avec l'inauguration de son nouveau stade prévue en novembre 2014, le Racing Metro 92 sera le 2ème club de rugby français à «louer» le nom de son enceinte à une entreprise (après le club lyonnais). Franck Boucher, conseiller du président du Racing Metro 92 en charge du projet, nous en dit plus. près t ard S 2 ème Estimé à 10 millions d'euros annuels pendant 5 ans, comment évalue-t-on le coût du « naming » ? Après un benchmark de ce qui se fait ailleurs en Europe (l'Alliance Arena à Munich, le Fly Emirates à Londres...), et compte tenu du fait que c'est le seul équipement de ce type disponible dans la région parisienne. Comment assurer la rentabilité du stade, qui devrait coûter 320 millions d'euros ? Grâce au "naming" justement mais aussi aux entrées lors des événements sportifs (indoor et outdoor), aux spectacles, aux conventions d'entreprise et à la location de 30.000 m2 de bureaux. " naming n 2 m Quels sont vos objectifs ? Faire entrer le Racing dans l'économie moderne du sport en le dotant d'un équipement pérenne. Et puis, il y a aussi le mécénat... les clubs ne peuvent pas vivre aujourd'hui sans l'arrivée d'un mécène. Pourquoi avoir choisi ce quartier ? Il s'agit d'un emplacement exceptionnel, un quartier d'affaires en plein renouveau. La Défense, c'est 250.
Voir plus Voir moins
Rugby, c'est vraiment tendance !
Le Racing, c'est Paris fashion !
A sa boutique boulevard St Germain, avec l'inauguration de son nouveau stade prévue en novembre 2014, le Racing Metro 92 sera le 2ème club de rugby français à «louer» le nom de son enceinte à une entreprise (après le club lyonnais). Franck Boucher, conseiller du président du Racing Metro 92 en charge du projet, nous en dit plus. près t ard S 2 ème Estimé à 10 millions d'euros annuels pendant 5 ans, comment évalue-t-on le coût du « naming » ? Après un benchmark de ce qui se fait ailleurs en Europe (l'Alliance Arena à Munich, le Fly Emirates à Londres...), et compte tenu du fait que c'est le seul équipement de ce type disponible dans la région parisienne. Comment assurer la rentabilité du stade, qui devrait coûter 320 millions d'euros ? Grâce au "naming" justement mais aussi aux entrées lors des événements sportifs (indoor et outdoor), aux spectacles, aux conventions d'entreprise et à la location de 30.000 m2 de bureaux. " naming n 2 m Quels sont vos objectifs ? Faire entrer le Racing dans l'économie moderne du sport en le dotant d'un équipement pérenne. Et puis, il y a aussi le mécénat... les clubs ne peuvent pas vivre aujourd'hui sans l'arrivée d'un mécène. Pourquoi avoir choisi ce quartier ?
Il s'agit d'un emplacement exceptionnel, un quartier d'affaires en plein renouveau. La Défense, c'est 250.000 personnes potentielles par jour qui pourraient assister à un match ou à un spectacle après les heures de bureau... Pour un financement 100% privé, il était important que la desserte en transports en commun soit optimale. Or, avec le hub de La Défense, 5 millions de personnes sont en connexion directe !
La planète devient de plus en plus «rugby». La 7ème Coupe du monde en Nouvelle-Zélande n'a pas dérogé à la règle : si les audiences cumulées fluctuent (notamment en raison du décalage horaire qui complique la tâche des spectateurs européens), l'IRB (Fédération internationale de rugby) augmente à chaque fois les droits télé et marketing. Un peu plus de 220 millions d'euros pour l'édition 2011, contre 190 en 2007 pour une compétition alors accueillie par la France et qui, avec 4,3 milliards de téléspectateurs cumulés, était devenue le 3ème événement sportif le plus vu dans le monde.
Cette progression constante illustre la mutation d'un sport qui intéresse de plus en plus le grand