RUST ET RUFFIER AVAIENT ATTEINT LE POINT DE NON RETOUR
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

RUST ET RUFFIER AVAIENT ATTEINT LE POINT DE NON RETOUR

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français

Description

RUST ET RUFFIER AVAIENT ATTEINT LE POINT DE NON RETOUR Le poste était-il si mal taillé pour son profil d'ancien international et champion olympique, ancien entraîneur en chef de Niort, Clermont, Brest ou Créteil pour qu'il ne consente à s'en satisfaire ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 13 septembre 2012
Nombre de lectures 14
Langue Français

Exrait

RUST ET RUFFIER AVAIENT ATTEINT LE POINT DE NON RETOUR

Le poste était-il si mal taillé pour son profil d'ancien international et champion olympique, ancien entraîneur en chef de Niort, Clermont, Brest ou Créteil pour qu'il ne consente à s'en satisfaire ? A moins qu'il ne s'agisse de raisons purement privées, force est de constater qu'Albert Rust ne se sera jamais vraiment intégré sur le long terme au même niveau que les autres membres du staff de Christophe Galtier. En retrait, discret, voire distant, on ne sentait pas l'ancien gardien de Sochaux et Montpellier super à l'aise dans ses baskets. Malgré la satisfaction de travailler avec un des meilleurs gardiens de France, Stéphane Ruffier, dans un club aussi prestigieux que l'ASSE, dans une atmosphère pleine de ferveur, l'homme aux 503 matches de L1 ruminait certainement un mal être depuis sa signature en 2010 qui a fini par exploser après avoir pourtant prolongé son contrat de deux ans en novembre 2011. Il faut croire que les conditions ne lui convenaient pas, ou plus, au sein d'un staff qui est pourtant logé à la même enseigne au niveau de la rémunération. Peut-être aigri par le sentiment de ne pas être valorisé à sa juste valeur, en fonction de sa longue expérience (il a notamment son DEPF), Albert Rust donnait l'impression ces derniers temps, selon certains observateurs du quotidien de l'Etrat, de ne plus supporter certaines remarques ou critiques relatives à son travail et aux exercices qu'il proposait aux trois gardiens du club, Ruffier, Coulibaly et Moulin. La tension était palpable au coeur des gardiens du temple vert et l'inévitable s'est produit à l'issue des deux défaites inaugurales face à Lille et Toulouse où Ruffier n'a pas hésité à s'en prendre à ses défenseurs pendant et après les deux matches, n'hésitant pas non plus à se remettre en cause via les séances d'entraînement spécifiques qui ne lui conviendraient pas et qu'il ne trouvait plus à son goût. Vexé, Rust, au tempérament sanguin, aurait mal réagi et s'en serait pris directement à Ruffier. Sentant que les relations entre les deux hommes avaient atteint un point de non retour, Galtier aurait fait part à ses dirigeants de la situation et de sa volonté de remplacer immédiatement son adjoint... qui n'accompagna pas l'équipe à Bastia pour la troisième journée. Mis à pied la veille, le vendredi 31 août, Rust, que nous avons cherché à joindre, n'a pas souhaité s'exprimer sur ce sujet, attendant certainement la nature exacte de la faute qui lui sera imputée dans le cadre de la procédure de licenciement, avant de communiquer. "De toute façon, on ne peut pas envisager d'avoir un entraîneur des gardiens et le gardien numéro 1 qui ne s'apprécient pas, témoigne l'ancien vert Dominique Casagrande. Si la raison du départ de Rust est celle-là, elle est logique même si je ne porte aucun jugement sur son travail. Mais la relation est tellement étroite et importante qu'il faut que les deux s'entendent super biens. Je ne suis donc pas surpris que Galtier ait pris aussi rapidement cette décision. Il devait sentir venir le coup." Peut-être même n'attendait-il que ça pour appeler, dans la journée, Fabrice Grange, sous contrat avec le FC Nantes après avoir été adjoint de Bruno Martini avec l'équipe de France, pour lui demander de rejoindre l'Etrat en urgence. Les deux techniciens se connaissent bien pour avoir joué ensemble en Chine au Liaoning FC entre 1999 et 2000. Originaire de Sainte Foy lès Lyon, Grange a été formé à l'OL et revient donc dans une région qu'il connaît bien pour redonner un peu de sérénité chez les gardiens stéphanois qui, en perdant Janot, ont peut-être aussi perdu un élément stabilisateur, un médiateur qui avait peut-être permis au duo Rust-Ruffier de fonctionner malgré des inimités évidentes qui ont fini par ressortir et ont coûté sa tête au premier. N'est pas Jeannot Dees qui veut...

CASAGRANDE : "JE NE SUIS PAS SI SURPRIS..."