"TERMINER DANS LES 5 PREMIERS"
3 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

"TERMINER DANS LES 5 PREMIERS" Alors que Toulouse souhaitait vous recruter, vous avez choisi de suivre Francis Gillot, qui était votre entraîneur à Sochaux. Pour quelles raisons ? Cela fait trois ans que je travaille avec le coach. On a toujours eu de très bonnes relations. Il m'a fait énormément progresser. Et Bordeaux, cela ne se refuse pas. Vous quittez un club qui était qualifié pour l'Europa League... Vous êtes un peu déçu de ne pas avoir poursuivi l'aventure ? Un petit peu. Sur les quatre années à Sochaux, les premières nous jouions le maintien en Ligue 1. La Coupe d'Europe cette saison, je n'y ai pas participé, mais je suis content d'avoir contribué à décrocher une qualification pour cette saison (Sochaux a été éliminé dès le 1er tour, ndlr). Sochaux a essayé de vous faire prolonger ? Oui, les dirigeants ont essayé. Cela ne correspondait pas à mes attentes. Je suis content d'avoir rejoint Bordeaux et surtout d'avoir un club. Beaucoup de joueurs ne sont pas dans la même situation. Je ne peux qu'avancer. "LES GENS OUBLIENT QUE JE SUIS MILIEU OFFENSIF ET NON ATTAQUANT" Parlez nous de votre relation avec Francis Gillot ? C'est vrai que cela fait trois ans et demi que je travaille avec lui. On a joué le maintien durant trois ans. Et on a vécu la cinquième place l'an dernier. Le fait qu'il ait voulu retravailler avec moi, cela m'a fait plaisir. Et j'avais envie de continuer de travailler sous ses ordres. Comment s'est passé votre intégration au sein du club ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 septembre 2011
Nombre de lectures 8
Langue Français
"TERMINER DANS LES 5 PREMIERS"

Alors que Toulouse souhaitait vous recruter, vous avez choisi de suivre Francis Gillot, qui était votre entraîneur à Sochaux. Pour quelles raisons ?

Cela fait trois ans que je travaille avec le coach. On a toujours eu de très bonnes relations. Il m'a fait énormément progresser. Et Bordeaux, cela ne se refuse pas.

Vous quittez un club qui était qualifié pour l'Europa League... Vous êtes un peu déçu de ne pas avoir poursuivi l'aventure ?

Un petit peu. Sur les quatre années à Sochaux, les premières nous jouions le maintien en Ligue 1. La Coupe d'Europe cette saison, je n'y ai pas participé, mais je suis content d'avoir contribué à décrocher une qualification pour cette saison (Sochaux a été éliminé dès le 1er tour, ndlr).

Sochaux a essayé de vous faire prolonger ?

Oui, les dirigeants ont essayé. Cela ne correspondait pas à mes attentes. Je suis content d'avoir rejoint Bordeaux et surtout d'avoir un club. Beaucoup de joueurs ne sont pas dans la même situation. Je ne peux qu'avancer.

"LES GENS OUBLIENT QUE JE SUIS MILIEU OFFENSIF ET NON ATTAQUANT"

Parlez nous de votre relation avec Francis Gillot ?

C'est vrai que cela fait trois ans et demi que je travaille avec lui. On a joué le maintien durant trois ans. Et on a vécu la cinquième place l'an dernier. Le fait qu'il ait voulu retravailler avec moi, cela m'a fait plaisir. Et j'avais envie de continuer de travailler sous ses ordres.

Comment s'est passé votre intégration au sein du club ?

Cela c'est très bien passé. J'ai été très bien accueilli. C'est super agréable de la part du staff. Enormément de personnes font tout pour que l'on soit le mieux possible.

L'an dernier le club a vécu une saison compliqué. Dans quel état d'esprit sont vos partenaires ?

Ce sont des gens ambitieux. Je ne sais pas s'il y a de la revanche dans l'air. Ils sont là pour gagner. Mes coéquipiers ont une mentalité de vainqueur.

Quels éléments vont permettre à Bordeaux de retrouver le haut du tableau ?

Il faut que l'on est une cohésion collective. On commence à l'acquérir. Surtout au niveau de l'agressivité, comme le dit le coach. Nous en manquons. C'est cela qui fait basculer le match. Il faut aller au combat et pas le contraire.

Quels sont les objectifs affichés par Francis Gillot ?

Il fait les choses petit à petit. On ne doit pas griller les étapes. On a lu dans les journaux qu'il voulait être dans les cinq premiers. C'est vrai que l'on est à Bordeaux. On ne peut pas être 11e ou 12e. Petit à petit, il veut redonner la confiance à un groupe qui a été fragilisé la saison dernière. Au fur et mesure des résultats nous pourrons envisager un rôle qui sera à l'image du club.

Sur le plan personnel, on vous a souvent reproché votre manque de réalisme et d'efficacité devant le but. Comment avez-vous vécu ces critiques depuis vos débuts ?

Les critiques ont été très dures. Au départ, pendant ma formation, j'étais focalisé dessus. On me l'a fait remarquer. Donc je compensais par autre chose. C'était devenu obsessionnel. Les gens oublient que je suis milieu offensif et non attaquant.

Justement comment définiriez-vous votre jeu ?

Je suis quelqu'un qui aime provoquer les un contre un, percuter. J'aime la vitesse. Après ce que je veux apporter, ce sont mes dribbles, mes décalages, ma vitesse. Il faut mettre cela au niveau du collectif. Tout cela se passera bien.

Comment voyez-vous votre saison et votre avenir ?

J'attends de faire une grande saison avec Bordeaux et effectuer la meilleure carrière possible.

Vous pensez à jouer en Bleu un jour ?

Tout va très vite dans le football, je me focalise pour le moment sur mon club. Si tout se passe bien, on ne sait jamais. Même au niveau des Bleus, il n'y a pas de place acquise pour personne. Cela peut changer très vite.

Plus jeune vous avez été champion de France des moins 15 ans avec l'INF Clairefontaine. Vous en gardez quels souvenirs ?

C'était magnifique. J'avais un coach super, André Mérelle, qui nous a inculqué du très bon football pour arriver au plus haut niveau. Surtout quand on travaille avec la même équipe pendant trois ans et avec qui l'on a remporté le titre en championnat. C'était notre objectif avant de partir en centre de formation. Réussir ce que l'on avait envie, c'est formidable.