TOUS LES ESPOIRS SONT PERMIS POUR GUILAVOGUI
1 page
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

TOUS LES ESPOIRS SONT PERMIS POUR GUILAVOGUI

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
1 page
Français

Description

TOUS LES ESPOIRS SONT PERMIS POUR GUILAVOGUI Il y a moins d'un an, Joshua Guilavogui signait, à 19 ans, son premier contrat professionnel avec son club formateur. "C'est l'objectif de tout jeune qui intègre un centre de formation. Aujourd'hui, même si je viens de signer mon premier contrat pro, j'ai encore beaucoup de travail à accomplir car ce n'est pas un aboutissement.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 avril 2011
Nombre de lectures 6
Langue Français

Exrait

TOUS LES ESPOIRS SONT PERMIS POUR GUILAVOGUI

Il y a moins d'un an, Joshua Guilavogui signait, à 19 ans, son premier contrat professionnel avec son club formateur. "C'est l'objectif de tout jeune qui intègre un centre de formation. Aujourd'hui, même si je viens de signer mon premier contrat pro, j'ai encore beaucoup de travail à accomplir car ce n'est pas un aboutissement. C'est une étape supplémentaire" expliquait sagement celui qui avait fait deux apparitions en Ligue 1. Depuis, le longiligne milieu de terrain n'a pas brûlé les étapes, mais il a déjà disputé 15 matches (dont 10 titularisations) et aurait même pu jouer davantage s'il n'avait pas été éloigné des terrains après une entorse à la cheville contractée à l'automne contre Lyon sur un tacle de Jérémy Toulalan (qui avait suscité une réaction de Christophe Galtier regrettant que ce geste soit "passé un peu trop inaperçu auprès de la Commission de discipline de la LFP"). Récemment, il a été appelé parmi les 24 sélectionnés en équipe de France Espoirs et a été aligné à Reims contre l'Espagne, avant d'entrer à l'heure de jeu face à la République Tchèque. Deux capes qui vont lui donner confiance pour la fin de saison. Alors que son équipe restait sur plusieurs revers, l'intéressé était sorti de sa réserve avant la réception des Brestois. "Je comprends les supporters qui veulent voir leur équipe gagner. Quatre défaites consécutives, c'est lourd (...) C'est également douloureux pour eux. Lors des matches à domicile, il faut trouver le bon dosage, le bon équilibre. Nous sommes souvent tiraillés par l'envie d'aller vers l'avant car le public nous pousse, mais également conscients du danger d'être pris au piège en contre par notre adversaire. On apprend des défaites et on se remet en questions. Quand on ne peut pas gagner un match, il faut savoir ne pas le perdre ! (...) La mauvaise série ne doit pas nous faire perdre confiance. Ni nous faire perdre de vue notre priorité qui est d'assurer le maintien le plus rapidement possible". Saint-Etienne a finalement réussi à battre les joueurs d'Alex Dupont (2-0) et depuis, les Verts ont redressé la tête. Christophe Galtier a, quant à lui, confirmé tout l'intérêt qu'il porte à un jeune joueur prometteur.

"CE QUE JE RETIENS, C'EST LA CONFIANCE DU COACH QUI N'A PAS HÉSITÉ À ME METTRE DANS L'ÉQUIPE"

Joshua Guilavogui a donc su prendre ses responsabilités et gagner du temps de jeu. Sa marge de progression est encore importante, notamment dans ses relances et au niveau de la récupération, mais il a déjà étoffé son registre et se tient prêt à répondre aux sollicitations de son entraîneur quand le besoin s'en fait ressentir dans un secteur où la concurrence est rude. "Je veux continuer de progresser le plus rapidement possible. Mais je ne brûle pas les étapes. Mon objectif est d'être, avant tout, performant aux entraînements, puis d'être à la hauteur quand le coach fera appel à moi" annonçait-il il y a quelques mois. L'intéressé y est parvenu. "Il est très important pour moi de jouer. Ce que je retiens, c'est la confiance du coach qui n'a pas hésité à me mettre dans l'équipe (...) Ça veut dire que je travaille bien et qu'il faut que je continue dans ce sens-là" avait-il observé. "Il y a des joueurs comme Laurent Batlles, Blaise Matuidi, Christophe Landrin, Loïc Perrin au milieu. Ils connaissent le football et j'essaie de les regarder à l'entraînement. Avec ce genre de joueurs, on apprend beaucoup. Notamment avec Blaise qui est devenu international et qui essaie de nous apporter ce vécu. Il a un gros volume, énormément de facilité à récupérer le ballon. Il faut s'en imprégner pour pouvoir aider l'équipe. J'essaie de repérer son jeu pour m'en servir dans mon travail défensif" confiait-il au Progrès. Au cas où Blaise Matuidi, courtisé par de nombreux clubs français et européens, décidait de quitter le Forez à la fin de la saison, Joshua Guilavogui devra savoir saisir sa chance.