Trous de mémoire : Quand faut-il s

Trous de mémoire : Quand faut-il s'inquiéter ?

Documents
5 pages

Description

Trous de mémoire : Quand faut-il s'inquiéter ? Ne pas retenir un prénom ou un nom, reconnaître un visage mais ne plus se souvenir où on l'a vu, perdre sans arrêt ses clés, oublier une casserole sur le feu, autant de désagréments relativement courants, qui ne sont pas inquiétants pour autant. Nous nous rassurons rapidement en nous disant que cela arrive à tout le monde. Et en effet, la moitié des gens de plus de cinquante ans se plaignent d'avoir des trous de mémoire, rarement graves. L'origine des trous de mémoire Premier signe qui devrait nous rassurer : nous sommes conscients d'avoir des trous de mémoire. Car en réalité, la plupart des personnes qui ont des atteintes du cerveau ne se rendent pas compte de leurs oublis. L'image du trou formé dans notre mémoire n'est pas tout à fait exacte à vrai dire, car l'information que nous cherchons est bel et bien présente dans notre cerveau. La preuve en est qu'en cherchant vraiment nous parvenons à faire remonter à la surface le nom de la personne recherchée en commençant par la première lettre, une sonorité, ou l'endroit où nous avons laissé nos clés sans y prêter attention. Et si cela ne revient pas instantanément, ce n'est que partie remise. Lorsqu'il s'agit d'une maladie, la situation est en effet différente, car c'est bel et bien l'information qui n'est pas « imprimée » dans le cerveau, car il y a non pas défaut d'attention mais difficulté à retenir.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 06 septembre 2011
Nombre de lectures 20
Langue Français
Signaler un problème
Trous de mémoire : Quand faut-il s'inquiéter ?

Ne pas retenir un prénom ou un nom, reconnaître un visage mais ne plus se souvenir où on l'a vu, perdre sans arrêt ses clés, oublier une casserole sur le feu, autant de désagréments relativement courants, qui ne sont pas inquiétants pour autant. Nous nous rassurons rapidement en nous disant que cela arrive à tout le monde. Et en effet, la moitié des gens de plus de cinquante ans se plaignent d'avoir des trous de mémoire, rarement graves.

L'origine des trous de mémoire

Premier signe qui devrait nous rassurer : nous sommes conscients d'avoir des trous de mémoire. Car en réalité, la plupart des personnes qui ont des atteintes du cerveau ne se rendent pas compte de leurs oublis.

L'image du trou formé dans notre mémoire n'est pas tout à fait exacte à vrai dire, car l'information que nous cherchons est bel et bien présente dans notre cerveau. La preuve en est qu'en cherchant vraiment nous parvenons à faire remonter à la surface le nom de la personne recherchée en commençant par la première lettre, une sonorité, ou l'endroit où nous avons laissé nos clés sans y prêter attention. Et si cela ne revient pas instantanément, ce n'est que partie remise.

Lorsqu'il s'agit d'une maladie, la situation est en effet différente, car c'est bel et bien l'information qui n'est pas « imprimée » dans le cerveau, car il y a non pas défaut d'attention mais difficulté à retenir.

Les spécialistes mettent en avant pour la plupart de ces trous de mémoire un défaut d'apprentissage. En effet, les oublis sont surtout liés au fait qu'il s'agit d'actes routiniers qui ne demandent quasiment plus de concentration. Dans le cas des clés par exemple, il peut s'agir d'un événement inattendu qui est intervenu au moment où l'on devait les ranger. En rentrant chez soi, si l'on entend les pleurs d'un enfant, ou qu'il se précipite sur vous, il peut arriver que l'on dépose les clés machinalement dans un endroit totalement inhabituel. Il faut alors ensuite revenir sur ses faits et gestes pour les retrouver.

Idem pour une casserole sur le feu, ce qui n'est pas sans conséquence. En reprenant les faits, il est fréquent de constater qu'après avoir commencé à faire bouillir de l'eau par exemple, la personne a commencé une autre tâche (répondre à un appel téléphonique par exemple) demandant une vraie concentration et a complètement « zappé » le fait qu'elle devait garder une certaine vigilance sur autre chose.