29 pages
Français

60e Forum d'Iéna - jeudi 7 février 2008

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

60e Forum d'Iéna - jeudi 7 février 2008

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 247
Langue Français
Le Microcrédit : quels espoirs ? quelles limites ?
60eForum d’Iéna  Jeudi 7 février 2008    Le microcrédit : quels espoirs ? quelles limites ?   OUVERTURE par Jean-Michel Reynaud,président de la section des Finances du Conseil économique et social Martin Hirsch,haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté  MICROCRÉDIT ET SYSTÈME BANCAIRE : QUELLE COEXISTENCE ?  François Drouin,président directeur général d'OSEO AII  Patricia Levalois, chef d'entreprise, A façon Olivier Pastré,économiste, auteur avec le cercle des économistes de « La guerre mondiale des banques » Christian Sautter,ancien ministre, président de France Active   QUELLE PLACE POUR LE MICROCRÉDIT EN FRANCE ?  Pierrette Crosemarie,rapporteur du rapport sur le surendettement des particuliers du Conseil économique et social Marie-Thérèse Le Roch,présidente de la Fondation Le Roch - Les Mousquetaires Maria Nowak,présidente de l’ADIE   Présentation des propositions de la Fondation le Roch-Les Mousquetairespar Edouard Salustro,ancien président de section du Conseil économique et social  CONCLUSION Michel Camdessus,ancien directeur général du FMI   Avec la participation deGérard Labrune, président du Groupe de la CFE-CGC et rapporteur des travaux futurs sur le thème du « micro-crédit entrepreneurial ».  Animation :Sylvain Allemand« La microfinance n’est plus une utopie »., journaliste, auteur de
60èmeForum d’Iéna – Jeudi 7 février 2008 1
Le Microcrédit : quels espoirs ? quelles limites ?
  OUVERTURE   Jean-Michel Reynaud,président de la section des Finances du Conseil économique et social Bienvenue à ce 60eforum d’Iéna consacré au microcrédit, à ses espoirs mais aussi ses limites. Je tiens avant toute chose à vous présenter les excuses de Jacques Dermagne, Président du Conseil économique et social, qui ne peut être présent aujourd’hui et regrette beaucoup de ne pas être parmi vous. Le Conseil économique et social, troisième assemblée constitutionnelle de la République, est connu pour les rapports et avis qu’il remet au gouvernement et à la représentation nationale, et qui sont votés à la suite de saisines gouvernementales ou d’autosaisines de notre assemblée. Ces avis, accessibles à tous, sont la base et la pierre angulaire de nombreux projets de lois, travaux et réflexions. La répercussion de ces travaux et l’irrigation dans la société qui en découle se font parce qu’ils sont publiés au Journal officiel, mais aussi parce que, fort de la représentativité de chacun de ses membres, le Conseil économique et social voit la diffusion de ses travaux portée, multipliée et soutenue dans diverses instances socioprofessionnelles. Le président du Conseil économique et social, Jacques Dermagne, a coutume de répéter que le Conseil économique et social est l’assemblée du premier mot, ce qui rappelle que le dernier mot appartient au Parlement. Nous sommes une assemblée qui capte les évolutions économiques et sociales, qui perçoit les changements qui affecteront l’avenir, qui décode les signaux forts et les signaux faibles en provenance des acteurs économiques et sociaux pour mettre en lumière des propositions de solutions, pour tendre à l’amélioration de la société et au mieux-être des hommes et des femmes qui la composent. C’est aussi une assemblée qui travaille sur les sujets d’actualité, dont le traitement mérite une réflexion de fond pour déboucher sur des réalités tangibles et éviter que le côté médiatique de l’instant ne les fasse retomber dans les limbes. C’est la raison pour laquelle la section des finances du Conseil économique et social que j’ai l’honneur de présider a souhaité travailler sur la question du microcrédit, opportunité économique et sociale, juste après avoir écrit un chapitre sur le microcrédit social dans le rapport de Pierrette Crosemarie consacré au surendettement des particuliers1Le rapporteur de notre section, Gérard Labrune, est ici pour intervenir  . autant que de besoin puisque cette réunion sera pour nous une sorte de grande audition, qui devrait permettre d’enrichir la thématique que nous avons choisie. Je voudrais saluer avec amitié et respect celui qui a initié les réflexions de cet après midi, mon prédécesseur à la présidence de la section des finances, Edouard Salustro, qui apporte dorénavant tout son temps et son talent à la Fondation Le Roch-les Mousquetaires dont je salue la présidente, Mme Le Roch, sans qui cette séance n’aurait pu avoir lieu. Je passe la parole à M. Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté.  Martin Hirsch,haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté Je suis très heureux de m’exprimer à l’ouverture de ce temps d’audition et d’échanges destiné à produire du changement, et que, par les travées pleines, se manifeste l’intérêt porté à ce sujet. Cela permet tout de suite de répondre à la question : le microcrédit est-il une opportunité ? La réponse est oui. Ils sont quelques centaines de milliers pour lesquels nous savons que cela peut être une opportunité. Je suis heureux de m’exprimer dans l’enceinte d’une institution dont les avis ont du poids, de l’importance, compte tenu de la manière dont ils sont conçus, générés, débattus, défendus. Les avis du Conseil économique et social, porté par une institution forte sont souvent des avis qui lorsqu’ils ne font pas mouche au premier coup, font mouche au deuxième ou troisième coup. Je le dis d’autant plus que j’étais très heureux de venir il y a quelques mois au moment de l’adoption de votre avis sur le surendettement concernant le rapport de Mme Crosemarie. Les deux sujets ne se superposent pas complètement mais ont des liens directs. L’un des objectifs du microcrédit est d’éviter le surendettement. Il existe beaucoup d’autres moyens d’éviter le surendettement et les pistes évoquées par le rapport étaient très intéressantes, mais le microcrédit est l’un des moyens d’obtenir un crédit qui ne soit pas malsain et, au contraire, porteur d’un projet et porteur d’une espérance.
                                                 1e-et-social.fr/ces dat2/ En ligne : http://www.conseil-economiqu _ 2-3based/base.htm 60èmeForum d’Iéna – Jeudi 7 février 2008 2