ARGU FLASH
CHÔMAGE 6 MILLIONS DE PERSONNES INSCRITES À PÔLE EMPLOI
À RETENIR Le chômage a fortement augmenté au mois de janvier. agitnosudguoevrnement,énédselérglaMla France n’a jamais compté autant de demandeurs d’emploi. C’est la conséquence de la politique inefficace de François Hollande alors que le chômage baisse ailleurs en Europe. tuotregnahctufalIeteituqpolideuitedesbaisser, en urgence, les impôts, les charges, les dépenses, les normes, les contrôles qui étouffent l’économie et mieux former les Français tout au long de leur vie.
CHIFFRE CLÉ 952 C’est le nombre de demandeurs d’emplois supplémentaires inscrits chaquejour à Pôle emploi depuis l’élection de François Hollande (en catégories A, B, C).
2014 commence aussi mal que 2013 avait terminé : le chômage a encore fortement augmenté au mois de janvier
2personnes supplémentaires se sont inscrites à Pôle emploi en catégories3 600A, B, C% sur 1 an).(+ 5,3 En catégorie A, B, C, depuis l’élection de François Hollande,il y a eu 952,5 chômeurs en plus chaque jour, 608000 personnes supplémentaires se sont inscrites à Pôle emploi. Toutes catégories confondues, sur l’ensemble de la France (Métropole + Outremer),il y a désor-mais plus de 6 millions de personnes inscrites à Pôle emploi.C’est un triste record dans toute notre histoire.
Aucune « stabilisation » du chômage n’est en vue
La gauche prétend que cela va mieux.Au contraire, la situation s’aggrave : Le chômage augmente de +11,6 % sur 1 an pour les plus de 50 ans (catégorie A) !  Lesdemandeurs d’emploi pouvant bénéficier du RSA sont en hausse de 10,9 % sur 1 an encatégorie A, ce qui témoigne d’un fort appauvrissement des demandeurs d’emploi.
www.u-m-p.org
© Éditions de l’Union
27 février 2014
ARGU FLASH
 Encatégorie A, B, C lenombre des nouveaux entrantsdes personnes qui (c’est-à-dire n’avaient jamais été inscrites à Pôle emploi auparavant)est en progression de 54,3 % sur 1 an. Le chômage touche de plus en plus des populations qui étaient jusqu’ici épargnées.
Encore plus inquiétant,les offres d’emploi collectées par Pôle emploi sont en baisse de 4,8 % en janvier,ce qui montre qu’il n’y a pas de reprise du marché du travail.
La politique du gouvernement est en cause
La Commission européenne a souligné le 25février que le taux de chômage allait augmenter jusqu’en 2015 atteignant 11 %.Signe que personne ne croit dans les effets ni de l’improbable pacte de responsabilité ni des 50000 emplois aidés supplémentaires que François Hollande a promis. Le fait que le chômage baisse ailleurs en Europe (Italie, Allemagne, Angleterre) montre que ce n’est pas une question de conjoncture internationale,mais bien un problème de la politique menée en France par la gauche.Partout la croissance et l’emploi repartent, mais la France reste à quai.
Il faut changer de politique, tout de suite !
Les Français ne peuvent accepter que la seule réaction du gouvernement soit de promettre encore une fois une inversion de la courbe du chômage d’ici la fin de l’année, comme cela avait déjà été promis pour 2013.Michel Sapin a encore fait de la méthode Coué :« Il doit y avoir moins de chômeurs à la fin de l’année qu’au début. Il faut faire reculer le chômage ».C’est d’un total mépris à l’égard des Français, et surtout des millions de personnes concernées. Manifes-tement le gouvernement n’a donc aucune intention de changer en 2014 la politique qui a échoué en 2013. Pour dire stop à cette politique qui détruit des emplois, il n’y a qu’un er seul moyen : voter pour les candidats de l’UMP dès le 1tour des élections municipales. Ilfaut arrêter de se payer de mots etfaire des réformes de structure courageuses et ambi-tieuses, toute de suite. L’UMP propose de : Travailler plus ensortant définitivement des 35 heures par la négociation.  Réformerl’assurance chômage avec la dégressivité des allocations chômage pour inciter à la reprise d’activité et l’obligation d’accepter un emploi correspondant à la formation suivie en contrepartie d’une création de l’Agence pour le travail, avec un taux d’encadrement renforcé pour mieux accompagner les chercheurs d’emploi. Simplifier la vie de ceux qui embauchent et de ceux qui travaillent, en créant un seul contrat de travail, fusionnant le CDD et le CDI, avec des droits progressifs ;en réécrivant le code du travail pour l’alléger drastiquement ; en doublant les seuils sociaux pour les entreprises ; en instaurer la règle d’or de la simplification : choisir toujours la norme la moins contraignante lors d’une transposition de directive européenne ; en allégeant les contrôles travail sur les PME. Baisser les impôts et les charges qui pèsent sur le travail.En 5 ans, le taux de dépenses publiques doit revenir à 50 % du PIB. Soit 130 milliards d’euros d’économies dont 65 milliards affectés au remboursement de la dette, et 65 milliards de réductions des impôts et des charges notamment la suppression des cotisations « famille ».
www.u-m-p.org
© Éditions de l’Union
27 février 2014