Conférence sociale : le fiasco de François Hollande
2 pages
Français

Conférence sociale : le fiasco de François Hollande

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Argumentaire UMP - Conférence sociale : le fiasco de François Hollande

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 11 juillet 2014
Nombre de lectures 10
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification
Langue Français

Extrait

ARGU FLASH
CONFÉRENCE SOCIALE
LE FIASCO DE FRANÇOIS HOLLANDE
À RETENIR La moitié des syndicats ont boycotté la conférence sociale, dont la CGT, FO, la FSU. La conférence sociale n’a été ni le lieu, ni le moment du dialogue, contrairement au souhait de François Hollande. Elle n’a pas été non plus le lieu des décisions : deux depuis ans le gouvernement définit des feuilles de route pour relancer la sans jamais passer à l’action. croissance et l’emploiFrançois Hollande et Manuel Valls se sont contentés de programmer de nouvelles négociations à la rentrée « pour discuter des grands chantiers qui ont été précisés » à la conférence sociale. dntmeneeruvgoegruetuotedtioxtraireenceseLedl’attentisme et prendre des décisions pour sortir la France de l’ornière.
CHIFFRE CLÉ 350 millions d’euros Ce sont les aides d’État qui manquent aux entreprises pour relancer l’apprentissage.
La conférence sociale : ni le lieu, ni le moment du dialogue et de l’échange
4 syndicats Lors de cette troisième édition de la conférence sociale organisée par le gouvernement, sur 8 ont claqué la porte, boycottant les 7 tables rondes présidées par 9 ministres et le discours de M. Valls. jamais connu depuis plus de 40 ans : C’est un boycott refusent tout dialogue Ces syndicatsavec le gouvernement à cette occasion. remettent en cause la méthode  Ilsmême du dialogue social où la feuille de route est déjà préétablie. ras-le-bol face à la politique menée par la gauche Ils expriment leurdepuis 2 ans. 50 % des salariés syndiqués n’ont pas été représentés  dansles négociations. Le président de l’Association des régions de France a lui-même quitté la table ronde Où est le dialogue dont parle à laquelle il participait parce qu’on ne lui donnait pas la parole. M. Hollande ?
www.u-m-p.org
© Éditions de l’Union
11 juillet 2014
ARGU FLASH
Une énième feuille de route, à quand des décisions gouvernementales ?
reflet de l’inaction du gouvernement. La conférence sociale est leLa feuille de route définie à sa suite n’est que la énième expression de l’attentisme gouvernemental avec : propositions extrêmement vagues : DesM. Valls annonce une baisse de l’impôt sur le revenu ainsi qu’un allégement des cotisations salariales. Ni le montant, ni la durée, ni le mode de finan-cement de ces mesures n’ont été précisés. Pour l’heure, les seules certitudes concernent les près de 50 milliards d’euros de prélèvements supplémentaires votés depuis 2012 ! nouvelles négociations en vue : Debien loin d’être un « accélérateur de décisions » comme le soutient F. Rebsamen, F. Hollande y annonce de nouvelles négociations pour la rentrée, mais aucune décision. Face à la situation économique et financière actuelle, l’heure n’est plus aux négocia-tions sociales mais aux décisions gouvernementales ! La seule mesure concrète présentée est totalement déconnectée des besoins réels : Le gouvernement annonce un apport de 200 millions d’euros d’aides à l’apprentissage par l’État (avec une aide de 1000 euros par apprenti).  ilfaudrait 350 millions d’euros supplémentaires pour compenser la réduction  Mais d’aides de 550 millions d’euros et l’effondrement de l’apprentissage, conséquences des réformes de la gauche depuis 2 ans. La seule action directe qui découle de cette conférence sociale est la division. Après avoir divisé la Les gauche sur le vote des collectifs budgétaires, aujourd’hui le gouvernement divise le syndicalisme. difficultés de dialogue, une faiblesse de plus de ce gouvernement !
Le gouvernement fait du surplace alors qu’il faut agir de toute urgence
échec total. La conférence sociale est un  Reprenonsla justification de l’existence de cette conférence énoncée par F. Hollande le 20juin 2013 :« L’idéequi nous réunit, c’est de faire de la conférence sociale un moment d’échange, de dialogue, et même parfois de confrontation. C’est de faire de la conférence sociale le cadre, le lieu et le moment au terme duquel une feuille de route est présentée pour mener à bien les réformes qui doivent conduire notre pays à avancer et à réussir. » C’est bien simple, aucun point n’est respecté : il n’y a eu ni échange, ni dialogue, et la feuille de route présentée ne mène en rien aux réformes attendues pour sortir la France de l’ornière. Le gouvernement fait du surplace. Il faut de toute urgence que le gouvernement passe à l’action et prenne des décisions, décisions qui doivent être adaptées aux besoins de notre pays et de nos concitoyens.
www.u-m-p.org
© Éditions de l’Union
11 juillet 2014
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents