//img.uscri.be/pth/335129178efa3cf14f3cc4901635c8bbf8e67ce7

créateur d'entreprise un beau métier (je vais monter ma boîte)

-

Documents
105 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Créateur d’entreprise U N B E A U M E T I E R Les joies et les peines qui ne sont pas décrites dans les manuels et des idées pour l’avenir. Geneviève Bouché Octobre 2002 Ce manuscrit a servi de support au livre « je vais monter ma boîte » publié aux éditions Eyrolles en 200 qui n’est disponible que d’occasion. Ceux qui ne peuvent se le procurer peuvent télécharger cette version non corrigée. 2/105 Créateur d’entreprise U N B E A U M E T I E R Toute ressemblance … .................................................................... 5 Le salariat ......................................................................................... 8 1. La rupture technologique .......................................................................................... 8 2. La formation périmée ................................................................................................ 9 3. Des syndicats centrés sur leur survie ..................................................................... 11 4. Le départ ................................................................................................................. 11 5. A la maison.............................................................................................................. 13 Le chômage .................................................................................... 15 6. Les CV prospectus ...........................

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 02 avril 2013
Langue Français
Signaler un abus
Créateur d’entreprise
U N B E A U M E T I E R
L e s j o i e s e t l e s p e i n e s q u i n e s o n t p a s d é c r i t e s d a n s l e s m a n u e l s e t d e s i d é e s p o u r l ’ a v e n i r . Geneviève Bouché Octobre 2002 Ce manuscrit a servi de support au livre « je vais monter ma boîte » publié aux éditions Eyrolles en 200 qui n’est disponible que d’occasion. Ceux qui ne peuvent se le procurer peuvent télécharger cette version non corrigée.
Créateur d’entreprise
U N B E A U M E T I E R
2/105
Toute ressemblance ….................................................................... 5
Le salariat ......................................................................................... 81.La rupture technologique .......................................................................................... 82.La formation périmée ................................................................................................ 93.Des syndicats centrés sur leur survie ..................................................................... 114.Le départ ................................................................................................................. 115.A la maison.............................................................................................................. 13
Le chômage .................................................................................... 156................................................................................................... 15Les CV prospectus 7.Le marché caché..................................................................................................... 168.La création d’entreprise, un pis aller ....................................................................... 179.Mon modèle de créateur ......................................................................................... 1810.L’image laborieuse de chez nous ........................................................................... 1911.A la solde des États Unis ........................................................................................ 19
L’idée............................................................................................... 2212.De nouvelles règles pour un nouveau marché ....................................................... 2213.Transformer un handicap en atout .......................................................................... 2414.La solitude du demandeur d’emploi ........................................................................ 2515.L’assistance aux créateurs d’entreprise.................................................................. 2816.Ce que personne ne peut faire à ma place............................................................. 30
Les préparatifs ............................................................................... 3217.La sélection pour une formation dédiée à la création d’entreprise ......................... 3218.Ne pas toucher au développement de logiciel ........................................................ 3519.Pas de financement de R&D pour les jeunes pousses........................................... 3520.Les aides à la création ............................................................................................ 3721.La forme juridique ................................................................................................... 3922.La levée de capitaux privés..................................................................................... 4023.La peur d’assurer la gérance .................................................................................. 4124.Les actionnaires amicaux........................................................................................ 4325.Les premiers clients sans statut officiel .................................................................. 4426.L’école des entrepreneurs, école des héros ........................................................... 45
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2
3/105
La création ...................................................................................... 4827........................................................................................ 48Les formalités de création 28.La sélection d’un expert comptable ........................................................................ 4829.Le parcours du K-bis ............................................................................................... 4930.La banque et le créateur d’entreprise ..................................................................... 5031......................................................................................................... 51Le nom et l’Inpi
L’installation ................................................................................... 5332.Le respect des clients sans servilité ....................................................................... 5333.Le rapport qualité prix et les profiteurs.................................................................... 5334.Ma première paie .................................................................................................... 5335.Entre les textes et le pragmatisme.......................................................................... 5436.............................................................................. 55L’immobilier de bureau inadapté 37.L’accès à une pépinière .......................................................................................... 5538.La première embauche ........................................................................................... 5739.Le code du travail, chemin de croix des dirigeants et des autres ........................... 5840.Les chéquiers conseil.............................................................................................. 5941.les experts comptables et les outils de gestion....................................................... 6042.La paperasserie ...................................................................................................... 6143.Les chefs d’entreprise et la poste ........................................................................... 6244.Premiers bureaux, premiers progrès ...................................................................... 6345.Le chômeur longue durée et le brasier de la start-up ............................................. 6446.Premières paie des salariés.................................................................................... 6647................................................................. 66Le piège des bonnes recettes marketing 48.La construction d’une équipe .................................................................................. 6749.La justice ................................................................................................................. 6850.La proie des malfaisants ......................................................................................... 6851.Le PDG et le gérant ................................................................................................ 6952.Fin tragique dans le bureau à gauche .................................................................... 7053.Les marchés publics ............................................................................................... 7154........................................................................ 73Le poids de l’assistante du dirigeant 55.Une vrai adresse pour se lancer vraiment .............................................................. 73
Le développement ......................................................................... 7556.Du bourgeon à la fleur............................................................................................. 7557................................................................................... 76La vraie solitude du dirigeant 58.Investir pour une offre plus approfondie ................................................................. 7659.L’ouverture du capital.............................................................................................. 7860........................................................................... 79Solliciter un crédit pour de la R&D 61.79L’autofinancement ................................................................................................... 62.Les relations avec la presse.................................................................................... 8063.Le surinvestissement des salariés .......................................................................... 8164.................................................................................... 82Le petit patron et le politique 65.Les envieux de l’inconfort........................................................................................ 8466.Un métier toujours plus compliqué.......................................................................... 86
Les fous de la net-économie......................................................... 8767.Une nouvelle race de créateur d’entreprise ............................................................ 8768.Des success stories bien médiatisée ...................................................................... 8869.Incorporer la terre du minitel dans le grand cyber .................................................. 8870.............................................................................. 90Les créateurs de Web Agencies 71.Les start-up et les spin-off....................................................................................... 9272.Un mauvais modèle reste un mauvais modèle ....................................................... 9473.L’excès de court terme............................................................................................ 9574.La misère branchée ................................................................................................ 96
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2
4/105
Finalement ...................................................................................... 9875.............................................................................................. 98La décision de vendre 76.......................................................................................... 99Le gâchis du savoir-faire 77.Recyclage complet dans le Silicone Valley........................................................... 10078.Mon bénéfice, votre bénéfice ................................................................................ 10079.Repousser les limites du risque et de la complexité pour mieux créer................. 101
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2
Toute ressemblance …
5/105
Cette histoire pourrait être un jour la votre si vous avez entre 20 et 60 ans et si vous faites partie des 43 % de français qui ont envie de devenir un « créateur d’entreprise ». « Créateur d’entreprise » : deux mots qui sentent bon l’accomplissement individuel et collectif. Vous avez raison d’en avoir envie. Dans un salariat protégé qui vous donne droit à des revenus indexés pour acheter des produits standards, diffusés par de grands réseaux de distribution, vous finissez par devenir vous-même un personnage codifié dont la carrière suit une courbe comparable aux trois phases de la vie d’un produit. Seules quelques souffrances physiques ou familiales viennent infléchir le déroulé de cette courbe. Vos petits succès comme vos petites bisbilles seront oubliées par l’histoire parce qu’au niveau de votre entreprise leur dimension est infime. Il n’empêche que pour le moment, peu d’entre nous passent à l’acte. Actuellement, la France souffre d’un déficit de création d’entreprises. N’existant pas, ces entreprises ne créent pas d’emploi, ce qui est gênant sur le court terme et grave sur le moyen terme. Le tissu économique d’un pays doit se renouveler sans cesse faute de quoi il devient vulnérable. Il y a un affaiblissement progressif de la capacité d’innovation et la fuite de ses « cerveaux ». Les grandes entreprises ont pour vocation d’améliorer et de diversifier leur offre. Même si 3M est un brillant contre-exemple dans ce domaine, les grandes innovations sont généralement issues de structures crées par des précurseurs. Or ces précurseurs ne trouvent pas facilement leur place dans de grandes structures, mais plus naturellement dans des PME très réactives. En trente ans, un pays peut acquérir une hégémonie dans domaine, à condition de libérer les énergies créatives ad-hoc. C’est ainsi que la roue tourne toujours et en tous points de la planète. Toutes les belles réussites commencent par un petit groupe de fous qui y ont cru … Ce sont des créateurs !
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2
6/105
Personne ne conteste notre faiblesse en matière de création d’entreprise. Chacun y va de sa bonne recommandation : la simplification administrative, les allègements en tous genres, les mesures d’encouragement … Les politiques, les universitaires ou encore les journalistes parlent plus des solutions que des enjeux. Il s’en suit des mesures de surface qui n’atteignent pas le fond du problème. D’ailleurs ces mesures n’ont guère fait leurs preuves puisque cela fait plus de 10 ans que le sujet remonte à la surface régulièrement. Dans notre pays du privilège, de l’idéologie, de la technocratie et que sais-je encore, il n’est plus possible de continuer à bavarder sur le sujet. Il faut se montrer concret et pourtant visionnaire. Les folies financières et politiques de ces dernières années ont permis aux uns et aux autres de remettre en causes les idées reçues sur la grande entreprise créatrice de richesse et l’état pourvoyeur d’emplois. Il est logique de se tourner à présent vers la création d’entreprise. L’histoire que je vais vous conter, n’est l’histoire de personne en particulier. Toute ressemblance avec une aventure semblable ne pourrait être que fortuite. Il s’agit en fait d’un cas fabriqué à partir de témoignages convergents. Autrement dit, c’est un cas normal. L’héroïne va bâtir sa petite entreprise devant vous, à la suite d’un concours de circonstances, du moins, c’est ce qu’elle croit. Elle va dérouler toutes les 1 étapes en respectant les recommandations de l’Apce , mais bien entendu, la réalité n’est pas synchronisée avec le manuel ! Pour le moment, elle n’est pas très réceptive aux gémissements des patrons pour qui l’administration est trop paperassière, le fisc exagérément gourmand et les charges sociales galopantes. Il est vrai qu’il y a toute une série de questions qu’elle ne s’est jamais posée à propos du rôle du créateur d’entreprise dans le tissu économique d’un pays. Bien entendu, comme ses consœurs, elle a vu sa carrière de salariée stoppée par le « plafond de verre » qui fait qu’à mérite égal, un homme lui passe 1 Agence pour la création d’entreprise
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2
7/105
devant. Elle n’a pas aimé l’injustice qui lui a été faite. Cette alerte est un signe : elle ne montera pas beaucoup plus haut dans la hiérarchie de son entreprise. Comme vous et moi, elle a un carnet d’adresse normalement garni. Elle a prouvé qu’elle était relativement polyvalente dans les tâches de manager. Elle a une bonne santé qui lui confère une certaine joie de vivre. Elle aime son métier dans lequel elle a atterri par hasard. Elle travaille dans les nouveaux médias comme elle aurait pu travailler dans n’importe quel autre secteur d’activité. Cependant, ce secteur présente la particularité intéressante d’être fortement marqué par des enjeux à la fois technologiques et culturelles, de portée nationale et internationale. D’autre part, l’historique de ce secteur de l’économie est très récent. Ainsi notre héroïne ne sera pas embarrassée par un éventuel corporatisme. En revanche, sur son parcours, elle va croiser les fous de la Net-économie. Une bien instructive aventure. L’histoire ne retiendra pas les 24 ou 36 mois durant lesquels des jeunes gens de bonne famille ont vécu à 100 à l’heure, mais les tentatives, parfois cyniques, de planification d’une économie qui se veut nouvelle et qui amène à repenser notre visions de la création d’entreprise ! En dépit de son décor high tech, cette histoire pourrait être la votre, vous qui ème rêvez de vous réaliser autrement que dans un salariat façon XX siècle.
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2
Le salariat
8/105
Ce matin, je sais pourquoi je me lève : pour un désastre. Je me rends à un « entretien préalable », première étape de la procédure de mon licenciement. Nous allons effacer définitivement de la mémoire de mon entreprise 5 ans de savoir-faire, acquis dans la douleur et la passion. Le département dont j’ai la charge ne correspond plus aux activités du groupe. La décision a donc été prise de le fermer. Mes 40 collaborateurs sont déjà dispersés dans les ANPE ou recasés tant bien que mal dans l’entreprise. Aujourd’hui, c’est mon tour. C’est aussi ma délivrance. Comment vivre dans une ambiance aussi dégradée ? Comment s’adresser à un client que l’on n’est plus capable de servir correctement ? Comment se regarder en face quand les derniers collaborateurs font peser sur vous un regard qui en dit long sur leur sentiment d’abandon ? Cette délivrance n’est pas que morale, elle est aussi physique : les litres de café absorbés uniquement pour permettre à chacun de vider leur sac dans une ambiance qui se veut conviviale et les nuits blanches passées à préparer le juste mot qu’il faudra dire à l’un ou à l’autre ont fini par déclencher en moi toutes sortes de désordres. Je déteste cette sensation du corps qui part à volo. Il n’y a plus de protégés, désormais les cadres, même ceux qui sont basés en Ile de France sont licenciables. Je ne suis donc ni la première, ni la dernière à vivre ce genre de drame. Plus fort encore : les cadres dans les hautes technologies ne sont plus intouchables, j’en suis une preuve vivante.
1.
La rupture technologique
Je ne peux pas hurler à l’injustice. Je m’étais moi-même mise en garde après avoir acheté une étude qui racontait ce qui allait m’arriver. Le scénario est simple : pour développer son minitel, France Télécom a, durant 3 ans, persuadé les entreprises qu’elles devaient avoir un « 3615 » pour avoir des contacts privilégiés avec leurs clients et surtout leurs futurs clients. Le
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2
9/105
message est bien passé. Les succes-stories ont été mise en valeur dans la presse économique. Nombreuses sont les entreprises qui ont fondé de gros espoirs sur le minitel, mais, passé le temps de l’engouement, la réalité commence à se faire jour. En ce printemps de 1992, les données sont simples : le minitel a encore 10 ans devant lui, mais déjà tout le monde s’accorde à dire que ce média ne concerne que quelques domaines d’application précis comme la banque ou le loisir. Or il y a 420 prestataires qui ont une offre sur ce marché. Il n’y a de la place pour une vingtaine seulement dont trois leaders au maximum. La sélection se fait par l’argent. Mon entreprise ne manque pas d’argent, mais elle a fait de mauvais choix technologiques. Ses prestations ne sont pas performantes. Elle ne peut pas rester dans le petit cercle des survivants … Alors pour moi, la fille qui dirige cette activité, c’est la porte ! J’avais prévenu ma hiérarchie. Elle ne m’a pas écouté. Elle s’est mise dans une posture qui fait qu’elle n’a pu tenir compte de mes alertes. Les directeurs de l’entreprise étaient choyés par leur fournisseur d’ordinateur les a embarqués dans des investissements totalement inadaptés au minitel. Ils s’en sont aperçu avec le temps et n’ont pas voulu reconnaître leur erreur sur la place publique. Ils ont attendu le verdict du marché et cherché une opportunité pour effacer discrètement leur erreur en licenciant le personnel et en revendant ce qui pouvait l’être. Les subordonnés payent aujourd’hui cette situation. Les chefs payeront plus tard. Les licenciements se passent en silence. Il n’y a pas de sentiment de révolte. Il y a seulement un grand écœurement collectif. D’ailleurs, on n’a jamais vu un salarié du High tech faire grève et descendre dans la rue avec ses collègues. Les licenciements se font un par un et dans un processus humiliant.
2.
La formation périmée
Et pourtant, ils auraient pu se fâcher mes collaborateurs. Dans le monde des nouvelles technologies, l’entretien des connaissances est une nécessité absolue. Et pourtant, durant les 24 derniers mois où notre perte devenait inéluctable, mes collaborateurs ont été conviés à suivre des cours sur « la qualité totale » ce qui n’a guère de sens dans les nouveaux médias, ou mieux encore, à la PNL (programmation neurolinguistique), mais rien qui leur aurait
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2
10/105
permis d’évoluer dans leur métier. Aujourd’hui, ils sont sur le marché du travail avec une connaissance approfondie des STUM du minitel (la bible qui raconte très en détail comment ça marche). Ils ne sont pas ouverts aux technologies émergeantes des nouveaux environnements techniques tels que le monde Unix, la GED (gestion électronique de document) ou encore des « moteurs » qui vont faire le succès d’Internet. Maintenant qu’ils sont au chômage, qui va prendre en charge la remise à niveau de leurs formations ? Ils n’avaient pas à se battre sur leurs salaires mais sur l’entretient de leur patrimoine de connaissance professionnelle. Ils ne l’ont pas fait parce que ce n’est pas dans les mœurs. Ils sont piégés, mais leur employeur aussi puisque c’est bien un problème d’obsolescence technologique qui est à l’origine du drame. Il est vrai que le problème n’est pas simple. « C’est en forgeant que l’on devient forgerons » : le patron permet à ses salariés d’évoluer parce que lui-même fait en sorte que son entreprise suivre l’évolution de sons propre métier. Les choses doivent se faire naturellement. S’il n’en est pas ainsi, l’entreprise finit par avoir de gros problèmes vis à vis de ses concurrents … et il est déjà trop tard pour lui demander de réparer les dégâts qu’elle a fait sur la mise à niveau de ses collaborateurs. Le problème ne peut être résolu par « plus de protection sociale », mais idéalement par le coachnig des entreprises elle-même ! 2 Pour notre DRH , participer à une formation est un signe de reconnaissance de l’entreprise à l’égard de son collaborateur. Il ne s’agit pas directement d’une logique économique avec la notion de retour sur investissement. Du côté des collaborateurs, les formations trop technologiques ne sont pas perçues comme des cadeaux, mais comme un pensum imposé par un patron toujours à la recherche de son profit. De fait, ce sont des cours subits et donc pas très bien assimilés. Les formations reçues par mes équipiers, alors que la crise rôdait sous nos fenêtres, étaient donc des « cadeaux ». Il aurait mieux valu s’offrir un « décrassage » !
2 Directeur des ressources humaines
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2
3.
Des syndicats centrés sur leur survie
11/105
La semaine dernière, je suis passée voir les syndicats qui ont un bureau commun au rez de chaussé. Je leur ai demandé ce que l’on pouvait faire pour les cas les plus douloureux des membres de mon équipe. À la réflexion, je regrette ma démarche. Le néant que j’ai perçu dans leur réponse m’a donné le vertige : les « biens heureux » du monde des « nouvelles technologies » n’intéressent pas les syndicats qui, semble-t-il, préfèrent se concentrer sur la protection de salariés dont les « mouvement sociaux » sont capables de faire chanter les gouvernements. Car ce sont les gouvernement qui leur accordent leurs véritables moyens de fonctionnement. Mieux vaut travailler dans l’énergie, le livre, l’éducation ou encore le transport que dans le high tech. Il est vrai aussi que si ces syndicats comptaient sur les cotisations des salariés de mon secteur pour fonctionner, il faudrait qu’ils restreignent considérablement leur train de vie. Pas de chance, j’ai choisi le mauvais bon cheval, mais l’union fait la force. Forte de ce constat, mon équipe a fait une pétition. Malgré ses 60 signatures, elle a été entièrement dédaignée. Les signataires figuraient en majorité sur la liste des partants et surtout, cette action est beaucoup trop tardive. Mon équipe est amère parce qu’elle a le sentiment d’avoir vraiment fait progresser la connaissance des médias interactifs. Elle se compare parfois à l’équipe d’Abel Gance qui, en sont temps, avait exploré avant tout le monde le potentiel de fantastique que permet de cinéma. Dans son domaine, elle a imaginé et réalisé avec passion les services télématiques des grands noms de l’audiovisuel, de la radio, de la finance, du tourisme ou encore de la grande administration. A quoi ce savoir-faire va-t-il leur servir à présent ?
4.
Le départ
A défaut de me laisser envahir par ma douleur morale, je me fais belle pour aller écouter le message humiliant qui a été préparé à mon intention. C’est comme ça, un licenciement oblige les parties à se dire des choses désagréables car il faut que le motif du licenciement ne soit pas contestable. Pour ce qui me concerne, le message est : « plus personne ne veut travailler avec vous, d’ailleurs, nous avons demandé aux autres directeurs s’ils
C r é a t e u r d ’ e n t r e p r i s e – G e n e v i è v e B o u c h é – o c t o b r e 2 0 0 2