Galopin sergent bucaille

-

Documents
254 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de lectures 85
Langue Français
Signaler un problème
Arnould Galopin LE SERGENT BUCAILLE Albin Michel, 1930 Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits » Table des matières PREMIÈRE PARTIE.................................................................4 I .....................................................................................................5 II.................................................................................................. 12 III ............................................................................................... 20 IV.................................................................................................28 V34 VI42 VII ............................................................................................... 51 VIII ..............................................................................................59 IX70 X ..................................................................................................78 XI.................................................................................................85 XII ...............................................................................................93 XIII............................................................................................100 DEUXIÈME PARTIE ............................................................109 I 110 II117 III ..............................................................................................126 IV...............................................................................................132 V ................................................................................................139 VI 147 VII ............................................................................................. 154 VIII ............................................................................................166 IX 175 X182 XI...............................................................................................190 XII .............................................................................................198 XIII........................................................................................... 206 XIV ............................................................................................214 XV..............................................................................................224 XVI233 XVII241 XVIII .........................................................................................249 À propos de cette édition électronique.................................254 – 3 – PREMIÈRE PARTIE – 4 – I C’était au début de l’année 1812… J’avais, comme beaucoup d’autres, par peur des gendarmes qui parcouraient la campagne, obéi à la conscription, périlleux devoir auquel échappaient gé- néralement les fils de la bourgeoisie, soit par des rachats, soit par mille ruses et mille complicités. Je dois avouer que je n’avais aucun goût pour le métier mi- litaire. J’avais toujours mené une existence paisible entre mon père et ma mère, deux braves paysans que je faisais vivre de mon travail, et mon départ les eût laissés dans le plus complet dénuement si l’un de mes oncles qui était herbager aux environs de Beaumont n’avait promis de leur venir en aide. Cet oncle, que nous appelions familièrement « Cadet », était un fervent admirateur de Napoléon ; aussi me félicita-t-il avec chaleur, quand il apprit que je partais pour l’armée. Il prit pour une vraie vocation ce qui n’était de ma part que simple crainte d’être arrêté un beau matin, et conduit comme réfrac- taire à la prison de Cherbourg, ainsi que cela était arrivé à deux de nos voisins que la gloire des armes ne tentait guère. Il me donna quelque argent et promit de subvenir aux besoins de mes parents, ce qu’il fit d’ailleurs jusqu’au jour où je pus enfin reve- nir au pays, après le désastre de Waterloo. – Va, mon garçon, me dit l’oncle Cadet… va rejoindre les défenseurs de la France et n’oublie pas qu’aujourd’hui le moin- dre soldat a peut-être un bâton de maréchal dans sa giberne. Mon ambition n’allait pas si loin. J’accomplissais mon de- voir par nécessité, comme beaucoup de citoyens, et j’espérais – 5 – que l’Empereur, après tant de victoires retentissantes, renonce- rait bientôt à faire la guerre à l’Europe. Si j’avais pu prévoir que les batailles allaient, pendant trois années, se succéder presque sans interruption, j’eusse été moins confiant et peut-être aurais-je fait comme certains jeunes gens qui, pour éviter la conscription, s’étaient réfugiés dans les îles. J’aurais emmené mes parents avec moi, et nous aurions vécu soit à Aurigny, soit à Guernesey, jusqu’à la fin des hostilités. Mais tout le monde était persuadé que lorsque l’Empereur au- rait réduit l’Angleterre, ce qui ne pouvait tarder, la paix régne- rait de nouveau sur le monde. Ce ne fut point sans regret que je quittai mes parents pour suivre un sergent recruteur, sorte de soudard toujours ivre, aux façons grossières et brutales, qui arborait avec orgueil un uni- forme tout rapiécé, rempli de taches, un bicorne cabossé et des bottes éculées. Malgré l’état sordide de ses vêtements, il ne manquait cependant pas d’allure avec son grand nez busqué, ses sourcils broussailleux et sa longue moustache jaune toujours humide de vin. Il s’appelait Rossignol et était originaire de l’Anjou. Il avait combattu à Savenay, à Quiberon, pendant la guerre de Vendée, avait fait Jemmapes, Fleurus, Wœrth et Co- blentz… puis, après le 18 Brumaire, Marengo, Hohenlinden, Ulm, Austerlitz, Eylau. Blessé quatre fois, il eût pu prendre une retraite bien gagnée, mais, soldat de carrière, n’ayant pas de métier, il avait refusé de redevenir un « affreux péquin » comme il disait et s’était fait recruteur. 1Il visitait les campagnes dans une maringote et, avec l’aide des gendarmes, levait des conscrits, besogne qui n’était guère pénible et lui permettait de faire de longues stations dans les cabarets. Comme il supportait fort bien la boisson, il grisait ceux qu’il voulait enrôler, et quand ils étaient ivres, leur faisait signer 1 Voiture de paysan. – 6 – un engagement, car il avait toujours sur lui des feuilles toutes prêtes où il suffisait d’apposer un paraphe… Quant aux récalci- trants, il les faisait empoigner par la maréchaussée. Il touchait, paraît-il, une prime pour chaque « levée », ce qui lui permettait d’être toujours entre deux vins. Deux garçons du pays devaient partir en même temps que moi. Bien que nous ne fussions que trois conscrits, Rossignol, qui menait tout militairement, fit battre la caisse par le garde- champêtre à l’heure du rassemblement. Jusqu’alors, il s’était montré bon diable, mais une fois que nous fûmes sous ses ordres, il changea d’attitude et se mit à nous injurier en sacrant comme un damné. Nous devions nous rendre à Cherbourg par étapes. Il nous fit mettre en ligne de trois et exigea que nous mar- chions au pas. Quand la cadence ralentissait, il nous traitait de clampins, de coïons ou de veaux et hurlait de son affreuse voix enrouée : « une… deusse ! une… deusse !… » Dans les villages où nous passions, il s’arrêtait toujours pour s’humecter le gosier (à nos frais, bien entendu) et vers le soir, nous logions dans quelque grange pour repartir le lende- main au lever du soleil. Bien qu’il y eût des pompes et des citer- nes dans les endroits où nous campions, le sergent ne songeait jamais à se laver le visage ni les mains, car, disait-il pour son excuse, il avait l’eau en horreur. En nous voyant faire nos ablutions, il nous décochait des plaisanteries stupides : « Vous allez vous user la peau. » « Pas besoin de tant vous bichonner, mes agneaux, l’Empereur ne donne pas de bal, ce soir. » « Allons, assez d’eau comme ça, lais- sez-en un peu à l’habitant. » – 7 – Mes deux camarades riaient de ces réflexions ineptes, mais moi je n’avais pas le cœur à la joie. Je me représentais sans cesse les mines éplorées de mes pauvres parents que mon départ navrait, et qui me voyaient dé- jà sur un champ de bataille, parmi les boulets et les balles. Je songeais aussi à ma pauvre Cécile, la fille du père Heurteloup, une adorable créature que je m’apprêtais à demander en ma- riage. Nous nous connaissions depuis notre enfance et nous avions vécu jusqu’alors avec l’idée que nous serions un jour ma- ri et femme… Notre séparation avait été navrante, et je puis dire que ce fut la première grande douleur de ma vie. Nous nous étions promis de nous écrire, car je croyais alors que les corres- pondances parvenaient régulièrement aux armées !… On se représente sans peine ma détresse… Parfois, j’avais les larmes aux yeux en pensant à ma Cécile, et j’étais sûr que la pauvre fille souffrait autant que moi. À cette heure, je l’avoue, je détestais ce Napoléon qui enle- vait ainsi les jeunes hommes à leurs fiancées pour les lancer à la conquête du monde. Je me le représentais comme un bourreau ivre de sang, foulant sans pitié, monté sur son cheval, des mon- ceaux de cadavres, dans des plaines ravagées par les charges de cavalerie, la mitraille et l’incendie. Si jamais j’ai maudit la guerre, ce fut bien pendant les du- res étapes que je fis avec mes deux compagnons, sous la conduite de ce sergent recruteur qui nous traitait comme des animaux. Il ne comprenait rien aux peines de cœur, celui-là ! Pour lui, la vie consistait à manger, boire, dormir et se battre. J’étais vite devenu le point de mire de ses plaisanteries. Il m’avait baptisé « la Tristesse », et ne cessait de me harceler. Mes deux compagnons, au lieu de me plaindre, semblaient – 8 – prendre plaisir à faire chorus avec lui, sans doute pour se mettre dans ses bonnes grâces. J’ai remarqué d’ailleurs que les soldats n’ont aucune pitié pour un camarade malheureux. Dès qu’on a revêtu l’uniforme, si l’on ne change pas aussitôt de caractère, si l’on ne devient pas grossier, gouailleur, impertinent, agressif, on est aussitôt la tête de Turc des autres, et le jour où l’on veut ré- agir, se rebeller, il est trop tard, le pli est pris, on est classé par- mi les « geignards »… Il n’y a guère qu’une action d’éclat qui puisse vous réhabiliter, mais on ne devient pas un héros à son gré… il faut pour cela un hasard, une circonstance, et j’ai appris par la suite que le courage n’est pas toujours une question de volonté. Nous arrivâmes enfin à Cherbourg. Là, nous fûmes conduits dans un bâtiment situé près de la mer et où une quarantaine de conscrits étaient déjà rassemblés. C’étaient pour la plupart des Normands comme moi, parmi lesquels il y avait fort peu de volontaires. Presque tous avaient été levés par les gendarmes, mais faisaient contre mauvaise for- tune bon cœur. Ils étaient là depuis huit jours, et se croyaient déjà des « anciens », ce qui les autorisait, paraît-il, à brimer les nouveaux. Ils nous bousculaient, nous appelaient blancs-becs et nous donnaient à entendre que si nous voulions être traités en égaux, nous devions payer notre bienvenue. Nous nous exécutâmes, et on nous laissa tranquilles ; d’ailleurs, d’autres recrues ne tardèrent pas à arriver. Mes deux compagnons et moi fûmes de cette façon promus au rang d’anciens et eûmes, à notre tour, le droit d’exercer des représail- les sur les nouveaux venus. Le sergent Rossignol nous avait quittés pour aller repren- dre ses tournées dans la campagne, car l’Empereur avait, paraît- il, besoin de beaucoup d’hommes. – 9 – On disait que la Russie faisait, depuis quelque temps, de grands préparatifs et qu’elle concentrait une immense quantité de troupes sur les frontières de la Pologne. Elle ouvrait ses ports aux marchandises anglaises et foulait aux pieds le traité de Til- sitt. Les Russes avaient bien choisi leur moment pour nous at- taquer, car nous avions alors de nombreuses troupes occupées en Espagne, ce qui diminuait de beaucoup les ressources dont Napoléon aurait pu disposer pour soutenir la guerre dans le nord. Certains prétendaient que l’on nous exercerait très vite et que nous ne tarderions pas à entendre siffler les balles. Il y avait parmi nous beaucoup de fanfarons qui se disaient impatients d’aller au feu, mais je crois qu’ils eussent préféré, comme moi, demeurer dans leurs foyers. On devait nous conduire à Paris où s’opérait la concentra- tion et je n’envisageais pas sans inquiétude les dures étapes qu’il nous faudrait fournir avant d’arriver au terme de ce long voyage. Un matin, nous nous mîmes en route. Nous étions environ une centaine. On nous fit placer par quatre. Deux sergents et trois caporaux marchaient en serre-file. Tout alla bien d’abord. Plusieurs d’entre nous avaient arboré à leurs revers des co- cardes multicolores achetées à Cherbourg sur lesquelles se déta- chaient en lettres dorées les mots : « Honneur et Patrie ». – 10 –