La construction sociale des synergies dans les fusions et ...
35 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

La construction sociale des synergies dans les fusions et ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
35 pages
Français

Description

La construction sociale des synergies dans les fusions et ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 93
Langue Français

Exrait

N U ME R O 2005/02 La construction sociale des synergies dans les fusions et acquisitions : lorsque Biomérieux et Pierre Fabre inventent le "théranostique" pour justifier leur fusion  Philippe MONIN Professeur Unité Pédagogique et de Recherche Stratégie et Organisation EMLYON   Eero VAARA Professeur Unité Pédagogique et de Recherche Stratégie et Organisation EMLYON  Février 2005  
 
 Résumé Les fusions et acquisitions (F&A) sont souvent motivées par des effets synergiques. Il est d’ailleurs difficile de concevoir une F&A qui n’aurait pas comme objectif de créer des synergies, ou qui ne serait pas présentée comme telle. Les spécialistes des fusions et acquisitions, tant académiques que professionnels, admettent pourtant que les premières idées et justifications relatives aux synergies s’avèrent souvent irréalistes, voire illusoires : ils comprennent mal les processus à l’origine, et l’évolution dans le temps, de ces premières idées et justifications relatives aux synergies. Cet article répond à ces interrogations. Nous proposons une théorie de la construction sociale des synergies dans les fusions et acquisitions, et l’appliquons à un cas particulièrement révélateur : la fusion entre deux entreprises pharmaceutiques françaises, BioMérieux et Pierre Fabre, annoncée en septembre 2000, puis la séparation de ces mêmes entreprises en juin 2002. La justification principale de la fusion résidait dans la capacité à créer des synergies en combinant les compétences thérapeutiques de Pierre Fabre aux compétences diagnostiques de BioMérieux. BioMérieux et Pierre Fabre allèrent jusqu’à ‘inventer’ le concept de ‘théranostique’ pour nommer cette combinaison. L’analyse empirique permet d’identifier quatre phases dans le processus de construction sociale des synergies : (1) L’invention des premières idées de synergies dans l’enthousiasme initial lié à l’opération ; (2) La justification de la fusion en développant des conceptions à la mode et plausibles, dans ce cas pseudo-scientifiques ; (3) La révélation des l’ambiguïtés initiales et des attentes contradictoires au sujet des synergies, au cours des processus progressifs de signification organisationnelle ; (4) La désillusion par rapport aux synergies attendues. Bien que la nature exacte des processus de signification varie probablement d’un cas à un autre, nous suggérons que ces quatre phases sont caractéristiques des fusions et acquisitions contemporaines.  Mots-clés: Synergie ; Fusion & Acquisition ; Signification ; Illusion ; Justification.  Abstract Mergers and acquisitions (M&A) are often motivated by ‘synergistic benefits’. In fact, one could hardly expect to hear about a merger or acquisition that would not aim at the creation of ‘synergies’. However, it is well-known among both scholars and practitioners that first ideas and justifications for mergers and acquisitions often turn out to be unrealistic and even illusionary. However, we still lack knowledge of the social processes through which specific justifications are developed and how ideas about the potential benefits of particular mergers and acquisitions evolve over time. To partially bridge this gap, we concentrate in this paper on the social construction of synergy. We adopt a sense making perspective and focus on a particularly revealing case: the merger between the two French pharmaceutical firms - Pierre Fabre and BioMérieux - that was announced in September 2000 only to break-up in the summer of 2002. A primary justification for this deal was the ability to create synergy out of the combination oftherapy (Pierre Fabre) anddiagnostics (BioMérieux) knowledge and capabilities, coined in the term ‘theranostics
2
Based on our analysis, we distinguish four phases in the sense making processes around synergy: (1) Creation of first ideas about ‘synergy’ as part of the initial enthusiasm about the deal; (2) Justification of the merger by developing ‘fashionable’ and ‘plausible’ (pseudo-scientific) conceptions about ‘synergy’; (3) Revelation of the ambiguity and contradictory expectations around ‘synergy’ as part of  the post-merger organizational sense making; (4) Disillusionment around ‘synergy’ benefits. While the exact nature of these sense making processes is likely to vary from case to case, we argue that these four phases are likely to characterize most contemporary mergers and acquisitions.  Key words: Synergy; Merger & acquisition; Sense making; Illusion; Justification.                               
3