LA DÉROUTE DE L'ÉTAT EN AFGHANISTAN ET LES DÉFIS DU PAKISTAN EN ...

-

Documents
23 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

LA DÉROUTE DE L'ÉTAT EN AFGHANISTAN ET LES DÉFIS DU PAKISTAN EN ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 119
Langue Français
Signaler un problème
LA DÉROUTE DE L’ÉTAT EN AFGHANISTAN ET LES DÉFIS DU PAKISTAN EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ
Brigadier Raashid Wali Janjua, Cours sur les opérations de guerre des forces armées, psc, ptsc Les décideurs américains considèrent les pays défaillants et en déroute tels que l’Afghanistan, la Somalie et le Soudan comme des incubateurs suppurants du terrorisme. [traduction] — James A. Piazza Cette citation résume de façon très succincte la situation en Afghanistan. Le pays en déroute, qui est un signe avant-coureur de l’instabilité pour les pays voisins, se comporte comme un prédateur qui est enclin à la fois à importer l’instabilité et à l’exporter.
Ces pays souffrent d’une incapacité des points de vue de la coercition et de l’administration et ils ne sont pas à la hauteur de la définition de ce qui, pour Max Weber, est un État-nation moderne, c’est-à-dire « un État qui peut monopoliser la violence 1 ». Il a été empiriquement démontré que les pays dont le degré de défaillance est prononcé sont plus susceptibles d’être associés à des attaques terroristes transnationales 2 . L’Afghanistan est une victime malheureuse qui a reçu une dose généreuse de remèdes de charlatan alors qu’il lui fallait une panacée. Il a mérité le sobriquet de « pays commandité par les terroristes 3 à cause de ses faiblesses politico-économiques internes ». Il a historiquement constitué un trou noir transparent où l’atavisme xénophobe de ses habitants était en concurrence avec l’éthos socio-politique semi-républicain d’une société tribale. Malgré de très nombreuses études sociologiques (dont certaines sont de nature prédictive) et en raison de l’absence
Brigadier Raashid Wali Janjua, ‘ La déroute de l’état en afghanistan et les défis du pakistan en matière de sécurité ’ Le Journal de l’Armée du Canada Vol. 12.1 (printemps 2009) 09-31
9
10
de données fiables fondées sur des recensements, il est toutefois très difficile de prédire quelque changement fondamental que ce soit dans le paysage socio-politique afghan séculaire. Un pays privé de ressources et affaibli par près de trois décennies de troubles continus représente la quintessence du pays en déroute par excellence caractérisé par de vastes étendues de territoire dominées par des seigneurs de guerre et des acteurs non étatiques. Le gouvernement actuel de l’Afghanistan ne réussit pas à étendre son autorité au-delà de Kaboul et il dépend aussi pour la défense de Kaboul de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) / des forces de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Étant donné l’absence de contrôle central concret de l’État, la compétence fondée sur le droit devient vide de sens. Pour comprendre la nature et l’envergure des défis en matière de sécurité auxquels le Pakistan est confronté à cause de la déroute de l’État afghan et pour pouvoir recommander des contre-mesures viables, il est pertinent de postuler une thèse. La déroute de l’État en Afghanistan, qui est caractérisée par une gouvernance faible, une corruption omniprésente, l’anarchie, un effort inefficace en matière de contre-insurrection, un crime organisé / un trafic de la drogue échappant à tout contrôle et l’absence des services de base, représente un danger certain et immédiat pour la sécurité et la stabilité du Pakistan. Les provinces du Pakistan qui touchent géographiquement l’Afghanistan, comme la province frontalière du Nord-Ouest (PFNO) et le Baluchistan, sont aux prises avec d’importants défis en matière de sécurité tels que l’insurrection dans les territoires tribaux administrés par le gouvernement fédéral (territoire tribal administré) / le district de Swat, l’instabilité socio-économique, la prolifération des drogues, l’afflux de réfugiés et une souche très virulente de terrorisme d’inspiration religieuse. Le Pakistan peut lutter contre ces défis en recourant à une combinaison intelligente de stratégie politico-économique et militaire soutenue par un consensus politique national qui est en harmonie avec les efforts internationaux de contre-terrorisme / de contre-insurrection. La définition et l’analyse des raisons qui expliquent la déroute de l’État en Afghanistan sont jugées essentielles pour comprendre l’envergure de la déroute de l’État et les retombées qu’elle a sur le Pakistan. Les domaines sur lesquels il faut se concentrer sont les raisons qui expliquent la faiblesse de la gouvernance, les mesures inefficaces de contre-insurrection, la corruption dans les institutions de l’État (police, appareil judiciaire et fonction publique), un crime organisé / un trafic de la drogue échappant à tout contrôle et des efforts inefficaces de reconstruction / de développement. Il faut mettre en évidence l’effet produit sur le Pakistan et la réaction conséquente de celui-ci en se concentrant sur les dimensions politiques, sociales, économiques et militaires des défis en matière de sécurité en vue de présenter des solutions durables et complètes. Avant d’entreprendre une analyse des facteurs qui jouent un rôle dans la déroute de l’État et de l’effet qu’ils ont sur la situation sur le plan de la sécurité au Pakistan, un tour d’horizon historique de la situation afghane semble pertinent. Puisse Dieu vous sauver des griffes du tigre, du venin du cobra et de la vengeance de lAfghan. [traduction]
ancienne prière pachtoune
Contexte : la période antérieure au 9 septembre 2001 L’Afghanistan a pendant plusieurs siècles été le lieu de résidence de certaines des tribus les plus brutales et les plus iconoclastes du monde. Il a fait partie de l’empire moghol dans le sous-continent et a pendant un certain temps été sous l’emprise de dirigeants sikhs du Pendjab. Après la défaite des Sikhs et l’annexion du Pendjab par la puissance coloniale britannique, l’Afghanistan a été envahi trois fois par les Britanniques. La première campagne militaire britannique visant à soumettre l’Afghanistan s’est terminée par une défaite humiliante pour les Britanniques; un seul membre du contingent britannique, de 4 500 personnes, un médecin militaire, a survécu pour raconter ce qui s’était passé après la première guerre anglo-afghane en 1842 4 . Afin de protéger leur empire anglo-indien des déprédations des Afghans et des ambitions expansionnistes de la Russie tsariste,
Le Journal de l’Armée du Canada Vol. 12.1 printemps 2009