La lettre du syndicaliste de Mahle Behr à Macron
3 pages
Français

La lettre du syndicaliste de Mahle Behr à Macron

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Monsieur Denis PIECZYNSKI Délégué syndical UNSA MAHLE Behr France 5, Avenue de la Gare 68 250 ROUFFACH Objet: AME, Référendum, Accord de compétitivité et PSE chez Mahle Behr, Rouffach Monsieur le Président de la République, Monsieur le Président de la République Palais de l'Elysée 55, rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS Rouffach, le 4 septembre 2017 Je me permets de vous solliciter et surtout d’attirer votre attention sur le cas de l’entreprise Mahle Behr France, située à Rouffach dans le département du Haut-Rhin, filiale d’une maison mère allemande, au sein de laquelle un Accord de Maintien de l’Emploi (AME) a été conclu en 2013 (après un référendum occasionnant 162 départs) ainsi qu’un accord de compétitivité en 2016 (pour sauver 75 emplois) malheureusement suivi d’un PSE de 105 personnes. Dans un contexte de réforme du droit du travail, il serait intéressant pour les partenaires sociaux d’échanger et de partager avec les autorités leur expérience et faire un vrai bilan des différents outils sociaux disponibles mis en place par les gouvernements successifs. Ces différents outils ont été mis à profits avec un résultat très négatif pour ne pas dire catastrophique. C’est pourquoi je souhaiterai vous inviter à vous rendre ou vous faire représenter sur place afin de pouvoir échanger sur la situation particulière du site de Rouffach.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 septembre 2017
Nombre de lectures 2 549
Langue Français

Exrait

Monsieur Denis PIECZYNSKI
Délégué syndical
UNSA MAHLE Behr France
5, Avenue de la Gare
68 250 ROUFFACH
Objet: AME, Référendum, Accord de compétitivité et PSE chez Mahle Behr, Rouffach
Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Président de la République Palais de l'Elysée 55, rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS
Rouffach, le 4 septembre 2017
Je me permets de vous solliciter et surtout d’attirer votre attention sur le cas de l’entreprise Mahle Behr France, située à Rouffach dans le département du Haut-Rhin, filiale d’une maison mère allemande, au sein de laquelle un Accord de Maintien de l’Emploi (AME) a été conclu en 2013 (après un référendum occasionnant 162 départs) ainsi qu’un accord de compétitivité en 2016 (pour sauver 75 emplois) malheureusement suivi d’un PSE de 105 personnes.
Dans un contexte de réforme du droit du travail, il serait intéressant pour les partenaires sociaux d’échanger et de partager avec les autorités leur expérience et faire un vrai bilan des différents outils sociaux disponibles mis en place par les gouvernements successifs.
Ces différents outils ont été mis à profits avec un résultat très négatif pour ne pas dire catastrophique.
C’est pourquoi je souhaiterai vous inviter à vous rendre ou vous faire représenter sur place afin de pouvoir échanger sur la situation particulière du site de Rouffach.
L’exemple de notre entreprise démontre que la cause conjoncturelle n’est pas toujours dissociable de la cause structurelle ; étant en concurrence sur le plan de la
compétitivité avec un établissement situé en Tchéquie où le prix de revient est inférieur au site de production français malgré tous les différents accords signés. Un travail fin d’analyse devrait permettre de mettre en lumière toutes les raisons qui ont empêché Mahle Behr France d’obtenir les gros contrats que les dirigeants de l’entreprise faisaient miroiter au moment de la signature des différents accords et qui auraient permis une véritable sécurisation de l’emploi, en toute cohérence avec l’objectif affiché de ces différents accords. 1/2 J’ai l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance d’engager en urgence une mission d’évaluation de nos accords afin qu’un dispositif efficace de redressement puisse être mis en place et que surtout, les nouvelles dispositions législatives puissent tirer les leçons de cette mauvaise expérience. D’autres entreprises ont choisit la manière forte (GM&S) ou la médiatisation durant les dernières élections présidentielles (Whirpool) pour obtenir l’aide de l’état, Mahle Behr France quant à elle, fait office de bon élève et il serait bienvenue d’obtenir la reconnaissance du dialogue social et la démonstration de toute la volonté de sauver ce site ; Pour cela, il serait primordial d’être cité en exemple et surtout d’accompagner les salariés pour les années futures car le site n’est toujours pas en situation pérenne pour l’avenir.
Malgré une baisse réelle du coût de production ayant été activée grâce au volontarisme de certains salariés et syndicats, il est désormais indispensable de comprendre et de lever les autres freins qui empêchent l’entreprise de développer son activité sur le sol français, sous peine de fragiliser davantage et durablement le dialogue social au sein des entreprises qui connaissent des difficultés conjoncturelles ou autres.
Il serait regrettable que ces accords débouchent malgré tout sur la fermeture définitive du site (comme chez notre voisin Mahle Pistons à Colmar), ce qui marquerait l’échec d’une entreprise, mais aussi et surtout dans ce contexte, l’échec d’une politique qui vise à restaurer la compétitivité de notre économie et plus particulièrement la compétitivité industrielle.
Je pense qu’affronter ensemble et avec lucidité les difficultés nous permettra de vaincre le chômage et sa menace.
Je reste à votre disposition pour plus de renseignements en espérant obtenir une réponse constructive de votre part.
Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments respectueux.
2/2