La petite frappe
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Malheureusement pour le ministre Macron, ses exploits de Civaux sont éclipsés par la dramatique et violente actualité. Pourtant, à lui seul, il a affronté une horde de cégétistes vociférant. Avec sang froid, il leur a donné la réplique, voire une bonne leçon selon ces zélateurs journalistes admiratifs.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 25 mars 2016
Nombre de lectures 13
Langue Français

Exrait

CGT Consulting Group fustige un ministre sans classe…
La petite frappe
…. bien représentatif de la sienne
Malheureusement pour le ministre Macron, ses exploits de Civaux sont éclipsés par la dramatique et violente actualité. Pourtant, à lui seul, il a affronté une horde de cégétistes vociférant. Avec sang froid, il leur a donné la réplique, voire une bonne leçon selon ces zélateurs journalistes admiratifs. Nous connaissons la capacité de nos camarades à user d’un vert langage, mais, dans le fond, nous nous demandons laquelle des deux parties fut la plus grossière. A l’instar de Sarkozy en campagne à Fessenheim en 2012, nous nous demandons aussi si le ministreMacron n’a pas commencé la siennesur le terrain à Civaux.N’atil pas fait la couverture d’un magazine hebdomadaire sous le titre évocateur de « Ce que je veux pour 2017 ». En tout cas, il a donné un vague aperçu dece qu’il veut déjà pour nous et cela n’est pas très encourageant. En plus, il veut nous faire un cadeau, empoisonné
Le ministre Macron avait préparé sa visite à la centrale nucléaire de Civaux avec des déclarations bien senties devant les parlementaires au sujet de la scandaleuse primauté accordée, selon lui, aux intérêts des agents EDFsur l’intérêt général. Sa volonté manifeste était d’ouvrir les yeux aux agents dorlotés, convaincus justement de le servir,l’intérêt général, notamment avec des augmentations de salaires assez limitées. Si EDF ne va pas aussi bien, n’estce pas à cause du régime d’exceptiondes salariésd’EDF?C’est une bonne question, merci de l’avoir posée. D’ailleurs, le patron d’EDF n’a rien eu à redire à ces graves réflexions, c’est dire si on est bien défendus.
Evidemment, on serait agacé à moins. Aussi, des agents EDF ont tenu à saluer la visite du ministre avec quelques banderoles et lazzis. Les services de sécurité ont certainement proposé au ministreune entrée lui évitant le désagrément de ces affronts, d’autant qu’il auraittout loisir dans le site même de rencontrer des représentants syndicaux des mécontents du dehors. Que nenni ! Le ministre voulait passer devant les mécontents et a tenu à leur répondre. Il est donc descendu de la voiture pour aller vers eux. C’est bon pour l’image! Et pour reprendre les termes de la presse propre sur elle, le ministre a tenu « un langage de vérité » aux agents venus le conspuer.
«C'est à se demander si le principal but de cette visite n'était pas précisément ce face à face avec les salariés d'EDF» s’interrogela Nouvelle République du Centremars). (18 Oui, en effet, c’est à se demander.
Une fois le cirque terminé, le ministre, qui n’hésite donc pas à affronter le populo età mouiller sa chemise sans se la faire arracher, a joué le patron moderne devant son ami et présentement patron d’EDF, sans doute ravi. Ainsi, les augmentations de salaires de ces deux dernières décennies, c’est fini? On peut faire encore moins ? Les! Ah bon salariés ne peuvent plus bénéficier d’un compromis social favorable. Bonne nouvelle pour les syndicats qui prônent un compromis social moins favorables, ils auront à leur grande satisfaction moins de grains à moudre. Nous devons changer le modèle EDF dans lequel on s’est habitué à vivre. Sans doute de très mauvaises habitudes. Pour le ministre, il faut développer un nouvel EDF et oublier celui d’hier,has been de chezhas been. Un nouveau modèle, certes, mais apparemment « semble direnouveau » « meilleur ». Meilleur à quoi ? Ici se situe toute la question et le débat.
En tout cas, une indication sur le nouveau modèle : les agents EDF doivent revenir à la vraie vie. Ah, la « vraie vie » ! Concept que notre ministre, philosophe, élève de Paul Ricoeur,n’a malheure»usement pas développé. Estce le contraire de la « fausse mort donc une vie végétative ? De la « fausse vie », donc une vie de mensonges ? Dans cette hypothèse, nous mentonsnous à nousmêmes ou aux autres ? Le ministre Macron faitil luimême parti de la « vraie vie» bien qu’il mente plus souvent que raison? Enfin bref,
nul n’est besoin d’être philosophe pour comprendre la violence de la chargedu ministre qui conjugue arrogance et mépris avec un rare bonheur. Cette foisci, il a trouvé une autre manière de marquer son mépris et les agents d’EDF ont échappé à la qualification «d’illettrés» (contrairement aux salariéesdes abattoirs bretons de l’entreprise GAD, placé en liquidation judiciaire en 2014)
Attention ! Hormis la philosophie, le ministre y connaît aussi un rayon en matière industrielle.Ainsi, EDF doit apprendre à vivre avec un prix de marché à 26 €/MWh. Nous ignorons comment.D’autant que leministrevisionnaire a décidé qu’EDF devait construire des EPR en France et investir 15 milliards par an sans faiblir. Ayant travaillé dans une banque, il sait comment faire des ronds à partir de rien. Il va sans doute donner la recette à son ami nommé par ses soinsà la tête d’EDF.
Sans surprise, nous apprenons que l’EPR au RoyaumeUni, c’est épatant. D’ailleurs l’Etat va nous aider.Voilà qui va enchanter les contribuables français, autorisés ainsi à faire montre de solidarité avec les contribuables britanniques. Le ministre ne peut attendre davantage, ni reporter ce chantier. Et on apprend que le gouvernement français va entrer dans une phase de négociation avec la Commission européenne.
Ces échanges sont d’autant plus urgents que l’Etat aurait décidé d’augmenter le capital d’EDF. Evidemment, il ne faut pas que cela paraisse une aide d’Etat au regard des sourcilleux gardiens de la concurrence européenne. Ils ont notamment retoqué une manœuvre similaire de l’Estonie qui tentait de sauver sa compagnie aérienne nationale du bouillon final. Mais comme la compagnie battait de l’aile depuis quelques années et n’avait fait aucun effort de restructuration(peutêtre payaitelle encore ses salariés, allez savoir !), la Commission a dit « niet ».
EDF n’est point une vulgaire entreprise balte et se porte comme un charme, c’est bien connu. La Commission ne devrait donc demander que quelques contreparties (cession de RTE, des barrages hydrauliques, fin tarifs publics aux particuliers, etc. nous avons l’embarras du choix) Cela devrait aider EDF à changer de modèle. Tout le monde va donc y trouver son compte, surtout les agents EDF qui feront un grand bond en avant vers la vraie vie !
Dans le fond, si Hinkley Point rapporte 9% sur 35 ans comme l’indique le patron d’EDF, pourquoi l’Etat français n’investit pas directement dans la société projet avec le montage qui va bien? Il suffit qu’ilen prenne déjà une part suffisante pour que la dette liée au projet de lacentrale n’apparaisse plus dans lebilan d’EDF comme prévu initialement (avant la reprise d’Areva). En effet, pourquoi ne procèdetil pas ainsi, puisque manifestement Hinkley Point est davantage un projet de l’Etat français que celui d’EDF ?
Apparemment, le gouvernement a plutôt un projet pour EDF dont la Présidence nous rebat les oreillesaussi  elle au sujet d’un changement nécessaire. Un changement, certes, mais sur lequel les agents n’ont aucune information précise hormis les billevesées sur les nouvelles manières de travailler avec les techniques digitalisées.
Avec le courage qui caractérise nos élites, le levier de la Commission européenne va être encore une fois utilisé comme frappe tactique pour en finir avec ce qui reste du modèle EDF comme le souhaite publiquement le ministre Macron.
Au moins, nous sommes prévenus.
CGT Ufict des Services Centraux EDF et Organismes sociaux
Paris, le 22 mars 2016
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents