24 pages
Français

LE MONDE ILLUSTRE N° 1783 du 30 mai 1891

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Découvrez avec ce journal intégral de l'édition du magazine "MONDE ILLUSTRE (LE) N° 1783" et relisez des dizaines d'années après les grandes actualités sérieuses de ce jour du 30 mai 1891.
En exclusivité venez découvrir en une de cette chronique datant de 1891, les sujets clés des grands titres de cette époque :
-OUVERTURE DE L'EXPOSITION FRANCAISE DE MOSCOU
-MAROLD ET DICE.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 30 mai 1891
Nombre de lectures 15
EAN13 3607910053828
Langue Français
Poids de l'ouvrage 16 Mo

LE MONDE ILLUSTRÉ
JOURNA L HEBDOMADAIR E
eABONNEMEN T POU R PARI S E T LE S DEPARTEMENT S DIRECTIO N E T ADMINISTRATION , 13 , QUA I VOLTAIR E 35 Année — N° 1783 — 30 Mai 1891 Un an, 24 fr. ; — Sis mois, 13fr. ; — Trois mois, 7 IV. ; - l'n numéro, 50 c. Toute demande d abonnement non accompagnée d'un bon sur Pari s
Le volume semestriel, 12 fr. broché. — 17 fr. relié et dore sur tranche. ou sur la poste, toute demande de numéro a laquelle no ser a pa s joint lo
montant en timbres-poste, seront considérées comme non avenues . ÉTRANGER (Coioa postale) : L'n an, 27 fr.; — Six mois, 14 fr. ; — Trois mois, 7 fr. 50. Directeur : M . ÉDOUAR D HUBER T
On ne répond pas des manuscrits et des dessins envoyés.
m.. •'
M i |
il l
« •
; ,V IËËM
s
n i
•i l 1 mm i I I WiiSSIi w : ! •RH W m S I mm â
£ » f a y •m m ,
Ë.
tm m 1
S
— ; -
.
• t ; i
i
mm mm
•M B
1
m *
m
OUVERTUR E D E L'EXPOSITIO N FRANÇAIS E D E MOSCOU . - L A BÉNÉDICTION DES GALERIES.
(Dessin de M. MAROLD, d après le croquis de M. DICK, notre envoyé spécial.) 4x 8 L E MOND E ILLUSTR É
vag e célébr é pa r Ibsen . O n doi t regrette r qu e rie n comprendre , le pauvr e ! Il y voit , pa r
SOMMAIR E cett e sauvageri e ait tent é troi s o u quatr e foi s d e exemple , qu e M . X... , a u premie r tour , parais -
se laisse r apprivoise r officiellement . C e fu t bie n sait flamboyant en têt e d e liste , ave c six o u hui t
d u temp s perd u dan s un e carrièr e tro p courte , voix . Puis , tou t à coup , M . X.. . a dispar u dan s
TEXT E : Courrier de Paris, par Pierre Vëron. — et ce temp s perd u nou s a privé s san s dout e u n pio n g : o n subit . Plu s d e trac e d e M . X.. . !
Nos gravures. — Variété, par G. Lenôlre. — Mon- d'un e séri e d'œuvre s remarquables , ca r c'étai t
Commen t l a chos e advint-elle ? C'es t d un e di -dains et Mondaines, par Étincelle. — A travers les
lin maîtr e écrivai n a u s i incontestablemen t qu'i l plomati e tout e spéciale . M . X.. . n'avai t aucun e champs, par Emile Desbeaux. —Bibliographie.
fu t u n simpl e élèv e en politique . chanc e d e réussite , et pu s plu s d e litre s qu e d e J.e Moulin de Lamb res, nouvelle, par Pontsevrez.
Ell e nou s aains i pris , celt e politiqu e maudite , Théâtres, par Hippolyte Lemaire. — Chronique chances ; seulement , comm e il étai i recommand e
plu s d'u n gran d espri t pou r le rapetisser . musicale, par A. Boisard. - Chronique du Sport, par pa r d e notable s personnes , le s six o u hui t vo -
Archiduc. — Serge, par Abel Hermant. — Echecs, 11 v avai t e n M . Weis s u n critiqu e d'un e sa-lant s provisoire s lu i on t promi s leur s suffrages ,
par S . Rosenthal. — Récréations. — Rébus. gacit é bie n personnelle , u n humorist e pince -ave c cett e restrictio n mental e :
sans-rire , u n philosoph e érudit . Que l besoi n GRAVURE S : L'exposition de Moscou. — Nécrologie : — J e lu i fais l a politess e a u premie r lour , o ù
MM. J.-J. Weiss; Becquerel; Roumanille; Menu de avait-i l d'être , ave c tou t cela , conseille r d'Eta t il n e ser a certain e aien t pa s élu . Aprè s quoi , je
Saint-Mesmin ; Deck. — Belgrade : Le départ de la o u personnag e accessoir e d'u n ministèr e titu -pourra i le lâche r san s cérémoni e et m e rallie r à
reine Nathalie. — Le voyage du président de la Ré- bant ? C'es t comm e pou r Edmon d About , hélas ! u n plu s méritan t o u à u n plu s roublard .
publique dans le Midi. — Le mois de Marie à Vc- c'es t comm e pou r Prévost-Paradol . L a politi -Ains i dit , ains i fait. E t voil à comm e o n es t
Francfort-sur-le-Mein : Inauguration de nise. — qu e a ét é particulièremen t funest e au x Norma -étonn é d'abor d d e voi r surgi r u n no m inattend u
l'exposition internationale d'électricité. — Course
et d e le voi r disparaîtr e plu s brusquemen t en - liens . internationale de vélocipèdes. — La grève des
omnibus. — Les travaux couverts de la rue Montmartre. core .
U n amateu r d e transition s violente s au -4 1 y a à l'Académi e u n certai n nombr e d e — Serge, par Tofani. — Echecs.
rait termin é le paragraph e ci-dessu s pa r la bénisseurs , don t la missio n spécial e consist e à
citation latine : Non licet omnibus... Et il se s e crée r de s ami s en votan t successivemen t pou r
serai t hât é d'ajoute r : A propo s d'omnibus.. . troi s o u quatr e candi d is , d e faço n à pouvoi r COURRIE R DE PARI S
L e fait es t qu e le véhicul e populair e es t e n ensuit e insinue r à chacu n d'eu x :
vedett e su r l'affich e d e l'actualité . — Vou s le voyez , j'ai fait tou t c e qu e je pou -
L a grève , aujourd'hu i finie, a jeté dan s la vai s pou r vous . EXPOSITIO N de s chiens , Expositio n de s
populatio n parisienn e un e perturbatio n pro -Si la conscienc e académiqu e étai t un e vérité , 7^- fleurs... Chien s dan s leu r fleur, fleurs
quan d il se produi t un e électio n comm e cell e d e fond e — ei curieuse . A telle s enseigne s qu e ceu x
qu i on t d u chien , .• erai t capabl e d e dir e
qu i se placen t a u simpl e poin t d e vu e d e leu r ba -l'autr e jour , jamai s o n n e devrai t e n sortir . Car , le jol i argo t d e noir e époque .
enfin , si vou s trouvez , à un e heur e dix , qu e dauderi e on t e u là u n réga l d e deu x jours . Mai s qu e trouve r d e neu f su r ce s pério -
M . A.. . a de s tilre s beaucou p plu s sérieu x qu e O n eu t e n peti t u n échantillo n d e c e specta -dique s réjouissances , don t la monotoni e paraî t
M . B... , il n' y a pa s un e seul e raiso n honnêt e cle là à l'heur e d u siège , quand , tou s les che -douc e a u cœu r d u Parisien , le plu s routinie r
pou r qu' à un e heur e trente-cinq , vou s votie z en vau x étan t mangés , il n' y eu t plu s dan s les rue s de s routiniers , malgr é ses prétention s à l a nou -
faveu r d e M . B.. . a u détrimen t d e M . A... , qu e les voiture s d'ambulance . Mais , à c e mo -
veaut é perpétuell e ?
votr e préfér é d e tou t à l'heure . Mai s l'intrigu e ment-là , o n vivai t a u milie u d'u n tel boulever -
A u fond , il n e voi t dan s tou t cel a qu e d e
professionnell e le veu t ainsi . C'es t à l'Académi e semen t d e toute s chose s qu e ce détai l s e perdi t simple s prétexte s à déplacements , à rencontre s
surtou t qu'o n admir e le ver s : dan s le désastreu x ensemble . e t à spectacles . Pou r les femmes , occasio n
A u contraire , aujourd'hui , Pari s san s omnibu s d'exhibe r de s toilette s à variantes . L e mar i éco - L'homme absurde est celui qui ne change jamais.
i-.vait pri s un e physionomi e tou t à fai t étrang e nom e regimberai t peut-être , s'il s'agissai t d'un e
L'illogism e y es t un e second e nature . et frappante . Notr e indolenc e s'es t tan t soit pe u simpl e promenad e a u Boi s o u au x Champs -
San s compte r les petite s raison s personnelles , ankylosé e depui s quelque s années . Le s plu s Elysées , e t protesterai t :
qu i exercen t un e influenc e beaucou p plu s déci - humble s on t désappri s la marche , surtou t de -— Comment ! tu étai s encor e e n conférenc e
sive qu'o n n e ie suppos e e n général . 1 el im - pui s l'impérial e à troi s sous ; o n grimp e là-hau t ave c t a couturièr e il y a hui t jour s !
mortel , pa r exemple , qu e le déplorabl e éta t d e pou r fair e u n kilomètre . Tandi s qu'o n lu i clô t la bouch e ave c ce s
ses gencive s oblig e à répare r de s an s l'irrépara - Remette z au x main s d'u n commissionnair e simple s mot s :
bl e outrage , a rendez-vou s ave c so n dentist e à — Mo n ami , t u n e voudrai s pa s qu'o n m e un e lettr e à porter . Hui t foi s su r dix , vou s le
deu x heure s et demie . Saprist i ! pa s d e bêiir es. vî t à la premièr e d e l'Hor.icultur e ave c un e verre z prendr e tranquillemen t so n peti t omni -
Si les scrutin s allaien t s e prolonger , so n nou - bu s Il n' y aurai t jamai s song é autrefois . vieilleri e !
vea u râtelie r n e serai t pa s prê t pou r lundi , jou r L a vieilleri e a été mis e deu x fois . Qu'im - L'employ é lui-même , qu i devrai t saisi r tou s les
o ù il a u n gran d diner . M a foi , tan t pi s Dési - prétexte s des e dégourdi r les jambes , a contract é port e !
reu x d'abrége r avan t tout , il voter a pou r l'autre , Comm e compensatio n pou r le sex e fort , ce s la déplorabl e habitud e d e s e fair e roule r mati n
celu i qu'i l estim e médiocrement , mai s qu i pa -périodicité s multiplien t les chance s d e flirtage. e t soir , quan d un e violent e promenad e sérai l
raî t avoi r le ven t e n poupe . E t alle z don c ! Vou s comprene z bie n qu'o n n e v a pa s su r la indispensabl e pou r décongestionne r so n cer -
Qu e serait-ce . si , entran t plu s encor e dan s le veau , alourd i pa r l'atmosphèr e bureaucratiqu e terrass e d u bor d d e l'eau , pou r le plaisi r d e
vif , j'entreprenai s d e fair e le dépar t entr e les savoure r les monotone s cuivrerie s de s son - e t l'immobilit é obligatoire .
meneur s et les menés , deu x catégorie s bie n dis -neur s d e cor . Il y a la musiqu e de s dou x propo s A c e poin t d e vue , peut-êtr e serait-o n en
tinctes ? Le s mené s son t trente , les meneur s bie n autremen t captivante . grèv e de s omnibus , l'hy -droi t d e dir e : A la
son t cin q o u six qu i tiennen t les ficelles. Pui s surtou t il y a l'habitude , cett e scélérat e gièn e reconnaissante .
Mai s ce ser a pou r un e autr e fois . J e m e de -d'habitude , qu i vou s coup e la vie e n petite s
mand e seulement , en terminant , commen t les tranches , comm e o n coup e le pai n au x enfants .
vv w J e m e plai s à croir e qu'elle s supprime -
candidat s futur s s' y prendron t pou r rendr e la 11 semblerai t à u n cockne y d e Pari s qu'i l lu i
ron t ce s mœur s amollissantes , les génération s
visit e obligaioir e à M . Loti , si celui-c i es t e n manqu e quelqu e chose , s'il n'avai t pa s à dat e
qu'o n es t e n tra'.n de fabrique r dan s no s lycées ,
tourné e maritime . 11 serai t u n pe u du r tou t d e fixe so n Vernissag e de s (leur s comm e il a so n
o ù l'o n fait si énergiquemen t le lendit . même , pou r les gen s qu i n'e n on t pa s l'habi -
Vernissag e de s tableaux .
E n revanche , quan d défilen t sou s me s yeu x tude , d'êtr e forcé s d'alle r lu i présente r leur s Et , d e fait , il y en a beaucoup , parm i ce s
les compte s rendu s de s interminable s épreuve s hommage s préventif s à Sydne y o u a u Sénégal . fleurs soi-disan t perfectionnées , qu i semblen t
bicepstiles , o ù la box e succèd e à la balle , le vé -
être , comm e disai t Philoxèn e Boyer ,
locipèd e au canotage , le trapèz e à la course , je Il n'avai t pa s franch i le seui l d u Palai s
m e demand e combie n il ptu i bie n reste r d e mi -Le produit vernissé d'un marchand de joujoux. Mazarin , M . J.-J . Weiss , qu'o n a enterr é ave c
nute s pa r a n au x jeune s élève s d u présen t pou r un e grand e pomp e littéraire .
Affluenc e quan d même . Tou t le mond e es t
apprendr e l'orthographe . Un e destiné e tan t soi t pe u ironiqu e le vou a
content . Pourquo i troublerais-j e cett e unanim e O n a récrimin é contr e les surmené s d e jadis !
au x déception s successives .
satisfactio n ? Gagnera-i-o n beaucou p a u chang e ave c le s dé -A pein e avait-i l attein t u n bu t convoit é qu'un e
mené s d'aujourd'hu i ? catastroph e survenait , le laissan t homm e d e ta -w w II doi t êtr e conten t aussi , M . Pierr e
Un e simpl e parti e d e barre s u n pe u mou -
len t comm e devant , mai s fonctionnair e désa -Loti , et bie n qu' à mo n avis , la plac e revîn t à d e
vementé e a u cour s d'un e récréatio n suffisait , e n
busé . Bornier , je n e chicaneia i pa s la victoir e d e so n
noir e temps , à détourne r le s cerveau x d u travai l 11 occup a ains i de s poste s cruellemen t éphé -concurrent .
pou r un e bonn e heure . Oui , il fallai t bie n cela , mère s dan s deu x ministère s et a u Consei l Mai s quell e drôl e d'opératio n qu'un e électio n
quan d o n rentrai t e n étude , pou r redeveni r res -d'Etat . Seule , un e modest e plac e d e bibliothé -académiqu e ! Que l inextricabl e chassé-crois é
pectueu x enver s Cicéro n o u extrair e ave c ré-cair e provincia l rest a fidèl e à ses dernière s d'intrigues , d e vote s contradictoires , d e pro -
flexion un e racin e carrée . journées , c'est-à-dir e à ses dernière s souffrances . messe s fallacieuses , d e lâchage s subreptice s !
Maintenan t que , d'un, bou t d e l'anné e à l'autre , O n n e peu t cependan t tro p s'e n prendr e à Fécon d suje t d'observatio n pou r celu i qu i re -
on es t en liess e athlétique , corrmen t peut-i l y
l'ingratitud e de s homme s en cett e affaire . gard e d u rivag e ce s évolution s e t ce s manœuvres .
avoi r plac e dan s ce» petite s têies-l à pou r autr e M . Weis s choisi t toujour s ma l so n heur e pou r Comm e les dessou s son t suggestif s !
chos e qu e pou r le sau t de s barrières , la doubl e
entre r dan s le s gouvernements . L e naï f qu i lit simplemen t dan s so n journa l
culbute , les régate s et le reste ? Il y avai t e n lu i d e la natur e d u canar d sau -les chiffre s de s diver s scrutin s es t incapabl e d' y