Les incohérences de François Hollande sur le logement

Les incohérences de François Hollande sur le logement

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Argumentaire UMP sur les incohérences de François Hollande sur le logement

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 25 janvier 2012
Nombre de visites sur la page 367
Langue Français
Signaler un problème
>ARGU FLASH<  24Janvier 2012 LES MENSONGES ET LES APPROXIMATIONS DE FRANÇOIS HOLLANDE SUR LE LOGEMENT Lors de son meeting au Bourget le 22 janvier, François Hollande a multiplié les fausses promesses et les approximations sur le logement. Soit ses propositions sont marquées par le sceau de la démagogie soit par celui de l’amateurisme. La question du logement est cruciale pour les Français, notamment en cette période de crise. Elle mérite mieux que la légèreté avec laquelle le candidat socialiste l’a abordée. 1/ FrançoisHollande affirme que «l’Etat mettra à la disposition des collectivités locales tous ses terrains disponibles pour leur permettre de construire de nouveaux logements dans un délai de 5 ans.» Le Gouvernement l’a déjà fait !Le gouvernement a lancé un plan de cession de foncier de l’Etat pour mettre en chantier 70000 logements sur la période 2008-2012, contre 20 000 seulement entre 2006 et 2008. Les résultats sont très satisfaisants, puisque 80 % des mises en chantier devraient intervenir dans les délais prévus (soit 55 000 logements), alors que la crise a durement frappé le secteur de l’immobilier. La moitié de ces logements se concentrent en Ile-de-France. La proposition complémentaire du candidat socialiste de mettre gratuitement ces terrains à disposition des communes soulève des questions de principe : est-il légitime de donner sans contrôle à des collectivités des terrains qui appartiennent à tous les Français, alors que ces collectivités vendent les leurs, souvent très cher ? 2/François Hollande propose que «le Livret A […] voit son plafond doubler, afin que tous les Français, par leur épargne, puissent financer le logement social.» C’est unemesure coûteuseles intérêts versés aux titulaires de Livret A bénéficient : d’une défiscalisation. C’est surtout une fausse bonne mesure : en France, près de la moitié des détenteurs d’un livret A y ont déposé moins de 150 €. Cela veut dire que la très grande la majorité des Français n’apas atteint le plafond actuel du livret A(15.300 €). Doubler le plafond du livret A ne sert donc à rien, si ce n’est depermettre aux plus aisés de doubler la possibilité de défiscaliser une partie de leurs avoirs. C’est exactement à l’inverse des prises de position de François Hollande qui dénonce les plus riches. La mesure proposée n’entraînerait aucune construction de HLM supplémentaire car les dépôts actuels sur le Livret A couvrent déjà 150 % des demandes de prêts pour construire des logements sociaux. 3/François Hollande promet d’encadrer«les loyers là où ils sont manifestement excessifs.»Encadrer les loyers, cela signifie les baisser. Si on annonce aux propriétaires que l’on baisse les loyers, cela risque dedécourager les investisseurs qui construisent des www.u-m-p.org 1
logements locatifs et donc de raréfier l’offre. Le PS risque ainsi de tarir la construction de nouveaux logements et donc de faire encore monter les loyers ! Cette mesure soulève des problèmes pratiques: où s’appliquera-t-elle, qui décidera du pourcentage de baisse par rapport au marché, qui en contrôlera la mise en œuvre ? François Hollande s’y prend à l’envers : si les loyers sont élevés c’est qu’ilmanque encore des logements neufs face à une explosion de la démographie, or ce n’est pas en s’attaquant à la conséquence –le montant des loyers- qu’on règle la cause- la pénurie de logements locatifs. C’est une mauvaise idée comme le disait Gérard Colomb, maire PS de Lyon : «La pire période du logement en France, ça a été les lois de 1948 qui interdisaient l'augmentation des loyers et donc qui ont amené à une véritable pénurie de logements». La mesure se réclame du modèle allemand,mais la comparaison est abusive: le marché locatif n’est pas en crise en Allemagne et le mécanisme de régulation en place ne permet que de traiter les cas de loyers abusifs, en ramenant au niveau du marché des loyers qui lui sont supérieurs de 20%. L’Allemagne laisse jouer les mécanismes de marché mais traite les abus ; le PS propose au contraire de revenir à une économie administrée. Paradoxalement, quand la majorité met fin aux loyers abusifs dans les micros surfaces, le Parti socialiste s’y oppose au Sénat. Pour faire baisser les prix des loyers, il faut construire davantage de logements pour accroitre l’offre. C’est ce que fait notremajorité : 400 000 logements construits en France en 2011, et plus de 100 000 logements sociaux financés chaque année depuis 2007 (contre 40 000 en 2000).4/Hollande veut Françoismultiplier «par cinq les sanctions qui pèsent sur les communes qui bafouent la loi de solidarité urbaine (SRU)»La loi SRU fonctionne bien. Depuis 2002, le cumul des objectifs de construction pour atteindre les 20% de logements sociaux s'élevait à 200.000 logements, on en a fait 306.000, soit153% de l'objectif!Les communes qui n’ont pas encore atteint le taux minimal de logements sociaux fixé par la loi SRU mais qui font des efforts ne sont pas aujourd’hui sanctionnées. A Paris par exemple, il n’y a pas la place nécessaire pour atteindre rapidement le taux fixé par la loi SRU, mais la commune fait des efforts. La sanctionner automatiquement alors qu’elle fait des efforts, ce n’est ni la bonne solution ni le bon message à envoyer. En matière de logement, il ne faut pas aveuglement méconnaître la réalité des territoires.5/François Hollande souhaite qu’« unmillion de logements neufs et anciens bénéficient d’une isolation thermique de qualité ».François Hollande fait preuve là d’un grand amateurisme.La norme Bâtiment basse consommation (BBC) qu’il prône existe et sera obligatoire dès le 1er janvier 2013. En 2011 la moitié des permis de construire étaient BBC, et même les deux tiers pour les logements sociaux. Sur le parc ancien, le grand plan de travaux qu’il appelle de ses vœux est déjà en place, avec l’éco-prêt logement social qui permettra de rénover 800 000 logements sociaux énergivores d’ici 2020. Par ailleurs, le programme «Habiter Mieux» lancé par le Gouvernement va permettre la réhabilitation thermique de 300.000 logements d’ici 2017 pour les foyers les plus modestes. Enfin près de 6 millions de logements depuis 2005 ont déjà connu une rénovation thermique.
www.u-m-p.org
2