Note de conjoncture - Projet de conjoncture 1-07-08
2 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Note de conjoncture - Projet de conjoncture 1-07-08

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
2 pages
Français

Description

Note de conjoncture - Projet de conjoncture 1-07-08

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 101
Langue Français

Exrait

Monde - Europe
Décideurs, retrouvez
chaque trimestre une synthèse des sources les plus fiables en matière de conjoncture et prospective économique.
Survolez lesgrandes tendances dans le monde, la France, la région… Allez à l’essentiel en trois clics !
Note conjonct3èmue trimerstre 2e008
Monde - EuropeFrance Désordre Conjoncturiste et ralentissement économique.cherche boule de cristal… Alors que la croissance économique mondiale a flirtéUn chiffre est certain : le taux de croissance 2007 a été de avec les 5% l’année dernière, celle-ci devrait redes-2.2% (soit la même progression qu’en 2006). Par contre, cendre en 2008 et 2009 aux alentours de 3.7% selonles prévisions pour 2008 sont plutôt hasardeuses ! Entre (1) (3) les prévisions du FMI, datées d’avril. Cette vision estle pessimisme du FMI(+ 1.4% en 2008 et +1.2% en (2) (4) corroborée par le cabinet françaisCOE-REXECODE2009) etla prudence de l’INSEE(moins de 2%), une avec des estimations à peine supérieures (3.9% enfourchette réaliste s’établit entre 1.5% et 1.9%. 2008 et 3.8% en 2009). Dans la zone Euro, après une croissance de 2.6% en 2007, on s’attend à un ralentissement significatif (croissance prévisible entre 1.4% et 1.6% en 2008, entre 1.2% et 1.5% en 2009). La situation est-elle pour autant alarmante ? Oui et non. Non, car ralentissement de croissance dit malgré tout croissance et, en dehors des pays développés, quel dynamisme économique ! La croissance chinoise s’établit à plus de 9% actuellement et celle de l’Inde aux alentours de 8%. Oui, car le système économiqueLe ralentissement de l’économie française est donc une mondial connaît actuellement de profonds boulever-réalité mais les indicateurs sont parfois contradictoires. sements et pas seulement conjoncturels. Si la criseD’un coté, le moral des Français n’a jamais été aussi bas américaine (qui compte pour beaucoup dans la situa-depuis le début de la décennie. L’inflation ajoutée à tion actuelle) est un phénomène qu’on peut espérerune mauvaise appréciation (justifiée ou non) des poli-temporaire, d’autres changements sont davantagetiques engagées par l’Etat induisent un manque de d’ordre structurel.confiance en l’avenir qui finit par peser sur la consom-Des exemples ? La hausse des coûts des matières pre-mation : le volume des ventes du commerce de détail mières. Par le passé, quand un tel phénomène se pro-a diminué de 0.6% en février et de 1% en mars. duisait, il s’ensuivait un ralentissement de la demandeDe l’autre, l’activité industrielle demeure étonnamment des pays développés avec, pour conséquence, unetonique. Selon les chefs d’entreprises interrogés par la (5) régulation naturelle des tarifs. Aujourd’hui, ce phéno-Banque de France, on ressent bien un léger ralentis-mène de régulation n’a plus court. Les pays occiden-sement depuis le début de l’année mais les carnets de taux subissent de plein fouet la hausse du prix ducommandes demeurent assez bien remplis et les pré-pétrole et des céréales et tentent de ralentir leurvisions d’activité pour les prochains mois sont orien-consommation ? Qu’à cela ne tienne, l’Inde et la Chinetées à la hausse dans tous les secteurs. Quant aux ser-(et d’autres pays en forte croissance) ont aujourd’huivices marchands, la croissance est encore réelle et les des besoins énormes qui prennent le relais.perspectives sont toujours positives. (6) Autre exemple, les tensions inflationnistes dans leLes chiffres du marché du travailne nous apportent monde amènent les autorités monétaires à maintenirpas plus de certitudes. Entre mars 2007 et mars 2008, des taux d’intérêts élevés. Or, du fait de la crise desle nombre de demandeurs d’emploi a nettement dimi-subprimes, les marchés financiers souhaitent unenué (-6.5%) mais les tendances récentes tempèrent les bouffée d’oxygène, autrement dit des taux d’intérêtsplus optimistes. La dernière évolution mensuelle (mars) plus bas.fait état d’une hausse des demandeurs de +0.4% et Actuellement, une seule chose semble acquise : lad’une baisse de -5.7% des offres d’emploi. Il est donc croissance économique mondiale devrait encore êtreencore trop tôt pour dire si 2008 infligera un fort élevée dans les mois qui viennent mais à un rythmeralentissement économique. moins soutenu qu’auparavant.(3) http://www.imf.org/External/french/np/sec/pr/2008/pr0889f.htm (4) http://www.insee.fr/fr/indicateur/analys_conj/conj_resume.htm (1) http://www.imf.org/external/french/pubs/ft/weo/2008/01/pdf/sumf.pdf(5) http://www.banque-france.fr/fr/stat_conjoncture/conjonc/pagemc.htm (2) http://www.coe-rexecode.fr/fr/authentification.jsv(6) http://www.npdc.travail.gouv.fr/drtefp_ddtefp/id-2468/Etudes_et_statistiques
Etudes Projets Marketing / Observation économique
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents