Regard des Français sur Gérard Collomb

Regard des Français sur Gérard Collomb

-

Documents
25 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Regard des Français sur Gérard Collomb Sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et le Figaro LEVÉE D’EMBARGO JEUDI 7 JUIN 2018 À 21H00 etSondage réalisé avec pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par internet les 6 et 7 juin 2018. Echantillon Echantillon de 1 009 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles 84 sympathisants de la France Insoumise, 59 du Parti Socialiste, 135 sympathisants de la République En Marche, 99 sympathisants Les Républicains et 164 du Rassemblement national (nouveau nom du FN). La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Précisions sur les marges d’erreur Chaque sondage présente une incertitude statistique que l’on appelle marge d’erreur. Cette marge d’erreur signifie que le résultat d’un sondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part et d’autre de la valeur observée. La marge d’erreur dépend de la taille de l’échantillon ainsi que du pourcentage observé.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 07 juin 2018
Nombre de lectures 66 101
Langue Français
Signaler un abus

Regard des Français sur Gérard Collomb
Sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et le Figaro
LEVÉE D’EMBARGO JEUDI 7 JUIN 2018 À 21H00
etSondage réalisé avec pourMéthodologie
Recueil
Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par internet les 6 et 7 juin
2018.
Echantillon
Echantillon de 1 009 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et
plus, parmi lesquelles 84 sympathisants de la France Insoumise, 59 du Parti Socialiste, 135
sympathisants de la République En Marche, 99 sympathisants Les Républicains et 164 du
Rassemblement national (nouveau nom du FN).
La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe,
âge, niveau de diplôme et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.Précisions sur les marges d’erreur
Chaque sondage présente une incertitude statistique que l’on appelle marge d’erreur. Cette marge d’erreur signifie que le résultat
d’un sondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part et d’autre de la valeur observée. La marge d’erreur dépend de la
taille de l’échantillon ainsi que du pourcentage observé.
Si le pourcentage observé est de …
Taille de l’Echantillon 5% ou 95% 10% ou 90% 20% ou 80% 30% ou 70% 40% ou 60% 50%
200 3,1 4,2 5,7 6,5 6,9 7,1
300 2,5 3,5 4,6 5,3 5,7 5,8
400 2,2 3,0 4,0 4,6 4,9 5,0
500 1,9 2,7 3,6 4,1 4,4 4,5
600 1,8 2,4 3,3 3,7 4,0 4,1
800 1,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5
900 1,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3
1 000 1,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1
2 000 1,0 1,3 1,8 2,1 2,2 2,2
3000 0,8 1,1 1,4 1,6 1,8 1,8
Lecture du tableau : Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20% la marge d ’ er r e u r est égale à 2,5% : le pourcentage réel est donc
compris dans l ’ i n ter v a l l e [17,5 ; 22,5]. Dans un échantillon de près de 200 personnes (tels que les sous-échantillons de sympathisants présentés dans ce rapport), si le
pourcentage observé est de 20% la marge d ’ er r eu r est égale à 5,7% : le pourcentage réel est donc compris dans l ’ i n ter v a l l e [14,3 ; 25,7].L’œil du sondeur :
Gaël Sliman, Président d’Odoxa
G. Collomb n’a pas de problème de fond dans l’opinion, mais un très gros problème de forme
Oui, il y a bien dans l’opinion un problème Collomb, mais il n’est pas DU TOUT celui que l’on entend souvent dans les débats ou celui que l’opposition
imagine. En effet, ce n’est pas le fond de ce qu’il dit ou fait qui pose problème, mais bien la forme :
Les principaux enseignements du sondage :
1. Gérard Collomb pâtit d’une médiocre popularité personnelle : seulement 28% de bonnes opinions, soit deux fois moins que B. Cazeneuve et M.
Valls à pareille époque
Ce n’est pas le fond qui pose problème :
2. Une majorité des Français qui le connaissent (51% vs 49%) jugent qu’il est un bon ministre de l’Intérieur
3. Il faut dire que 60% de nos concitoyens lui donnent raison concernant ses propos polémiques récents sur les « migrants » et la « submersion »
4. Et que 57% d’entre eux pensent qu’avec ces polémiques il constitue un atout plutôt qu’un handicap pour Emmanuel Macron
Mais c’est bien la forme qui explique qu’il « n’imprime pas » dans l’opinion
5. Sur notre « crible d’image », ça « passe » encore sur le fond pour Gérard Collomb - il est jugé plutôt compétent (51%) et pas du tout provocateur
(64%) – Mais sur la forme c’est catastrophique : six Français sur dix ne le trouvent « pas charismatique » (68%), « pas bon orateur » (60%) et donc «
pas convaincant » (60%) et surtout « pas rassurant » (55%) ce qui est fâcheux pour un ministre de l’Intérieur
Le problème de Gérard Collomb dans l’opinion n’est donc pas son « parler vrai », mais plutôt son « parler mal »
Gaël Sliman, Président d’Odoxa
@gaelslimanSynthèse détaillée du sondage (1/4)
1) Toujours largement méconnu ou peu connu (45% des Français ne le connaissent pas assez pour le juger) Gérard Collomb pâtit d’une
médiocre popularité : seulement 28% de bonnes opinions, soit deux fois moins que B. Cazeneuve et M. Valls à pareille époque
Gérard qui ? Interrogés sur l’opinion qu’ils ont de « Gérard Collomb » (sans leur préciser qu’il s’agit du ministre de l’Intérieur) les interviewés se
montrent d’abord sceptiques ou indécis : presque un Français sur deux (45%) ne sait pas du tout de qui il s’agit, ou en tout cas estiment ne pas
suffisamment connaître l’individu pour émettre un jugement à son sujet.
erAprès un an passé place Beauvau au poste de 1 flic de France et en faisant chaque semaine les gros titres en lien des drames (attentats, évacuation
de la ZAD…) ou pour propos suscitant la polémique, parvenir à un tel niveau de méconnaissance relèverait normalement de la « performance », mais
pas dans ce gouvernement : dans notre dernier sondage d’image des ministres, malgré ces très faibles scores de connaissance assistée, il était dans
les 5 plus connus ou moins méconnus !
Auprès des Français qui émettent un jugement sur lui, le bilan n’est pas fameux non plus, c’est du 10/20 : 28% disent avoir une bonne opinion de lui
contre 27% qui en ont une mauvaise.
Moyen dans l’absolu, ce bilan est surtout très médiocre si on le compare à ceux de ces derniers prédécesseurs après un an place Beauvau : Bernard
Cazeneuve (56%) et Manuel Valls (60%) recueillaient tous deux, à pareille époque, deux fois plus de jugements positifs que Gérard Collomb (source :
Ifop-Fiducial avec la même question).
Dans le détail, le moins que l’on puisse est que cet ex-homme de gauche ne suscite guère l’adhésion de ses anciens camarades : il recueille 40% de
bonnes opinions des sympathisants du PS et seulement 12% auprès de ceux de la France Insoumise. D’ailleurs, ces derniers sont les plus sévères à son
égard : ils sont 4 fois plus nombreux (45% vs 12%) à le rejeter qu’à l’apprécier.
Inversement, pour un ex-socialiste il ne recueille que 36% de mauvaises opinions auprès des sympathisants LR et FN.
Pourtant, ce n’est pas le fond qui pose problème à Gérard Collomb, faisant de lui un ministre de l’Intérieur peu identifié et apprécié après un an
passé place Beauvau.Synthèse détaillée du sondage (2/4)
2) Pour une courte majorité de Français (51% vs 49% parmi ceux qui le connaissent), Gérard Collomb est pourtant un bon ministre de
l’Intérieur
Chose incroyable pour une personnalité si peu appréciée et connue sur un plan personnel, le jugement de nos concitoyens quant à son action au
ministère de l’Intérieur n’est pas si mauvais.
Bien au contraire, symboliquement une (courte) majorité de Français – 51% vs 49% auprès de ceux qui le connaissent suffisamment pour le juger -
estime même qu’il est un bon ministre de l’Intérieur.
Le résultat n’est même pas si différent si l’on intègre les 45% de Français disant trop mal le connaître pour le juger : près d’un Français sur deux le
voit ou l’imagine plutôt comme un bon ministre de l’Intérieur
C’est que, ceux qui ont eu vent des dernières polémiques le concernant ont plutôt apprécié ce qui lui était reproché…
3) 60% des Français donnent raison à Gérard Collomb concernant ces propos polémiques récents sur les « migrants » et la « submersion »
Gérard Collomb a tenu des propos qui ont suscité la polémique ces derniers mois. Il a ainsi dit que Les migrants faisaient « un peu de benchmarking »
(étude de marché) pour comparer les pays d’accueil ou encore estimé que certaines de nos régions étaient en train de se déconstruire parce qu'elles
étaient « submergées par les flux de migrants ». Il a recueilli pour cela de nombreux reproches de ceux qui estiment qu’il reprend le discours du Front
National.
Les Français, eux, ne partagent pas ces reproches et sont au contraire une très large majorité de 60% à estimer, non seulement qu’il a raison de le
penser mais même qu’il a « bien fait de tenir ces propos ».
Il est même parvenu à enchanter les sympathisants du FN - 82% pensent qu’il a « bien fait » - et, dans une moindre mesure, ceux de LR (73%), ainsi
que les sympathisants de LaREM (70% vs 30% qui estiment qu’il a eu tort).Synthèse détaillée du sondage (3/4)
En revanche, cela contribue sans doute à brouiller encore un peu plus son image dans son ancien camp, la gauche : 56% des sympathisants socialistes
et 69% des Insoumis jugent qu’il a eu tort de tenir ces propos.
Mais « never mind » au niveau global dans l’opinion cette posture séduit ; mieux que cela, les Français pensent même que disposer d’un Ministre de
l’Intérieur tenant ce type de propos constitue même un atout pour Emmanuel Macron.
4) 57% des Français pensent qu’avec ces polémiques G. Collomb constitue un atout plutôt qu’un handicap pour Emmanuel Macron
Alors que certains reprochent à Gérard Collomb ses prises de positions polémiques, d’autres au contraire estiment qu’il « parle vrai ». Lorsqu’on
interroge les Français à ce sujet en « mettant les pieds dans le plat » et en leur demandant clairement s’ils pensent que la présence de Gérard
Collomb au gouvernement constitue plutôt un atout ou plutôt un handicap pour Emmanuel Macron, leur réponse est sans appel.
Près des six Français sur dix (57%) estiment que la présence de l’ex-Maire de Lyon au gouvernement avec son cortège de polémiques est un ATOUT
pour Emmanuel Macron. Seulement 41% de nos concitoyens jugent au contraire que sa présence est un handicap pour le chef de l’Etat.
Chose amusante, alors que les sympathisants de gauche (53% des socialistes et 66% des « insoumis ») sont une large majorité à considérer que leur
ex-camarade socialiste est un « boulet » pour E. Macron, les sympathisants LR (52%) et surtout FN (66%) sont une large majorité à penser qu’il
constitue un atout pour le Président.
Donc très clairement, contrairement à ce qui fait débat dans les médias et sur les réseaux sociaux, le problème de Gérard Collomb dans l’opinion
n’est pas son « parler vrai » ou son « parler de droite » car cela constitue plutôt un atout…Synthèse détaillée du sondage (4/4)
5) Crible d’image de Gérard Collomb : sur le fond ça passe ; il est jugé plutôt compétent (51%) et pas du tout provocateur (64%) … mais sur la
forme c’est mauvais : six Français sur dix ne le trouvent « pas charismatique » (68%), « pas bon orateur » (60%) et donc « pas convaincant »
(60%) et surtout « pas rassurant » (55%) ce qui est tout de même fâcheux pour un ministre de l’Intérieur
Le problème de Gérard Collomb n’est donc pas dans son « parler vrai ».
Pourtant il y a bien un problème, sinon sa popularité ne serait pas deux fois plus faible que celles de ses prédécesseurs Valls et Cazeneuve.
Interrogés sur les qualités et défauts qu’ils lui prêtent sur notre crible d’image détaillé, les 55% de Français connaissant suffisamment Gérard Collomb
pour le juger nous révèlent assez clairement quelle est le nature de ce problème : il ne vient pas du « parler vrai » de Gérard Collomb mais plutôt de
son « parler mal ».
Ainsi, confirmant leur adhésion avec le fond de ses propos sur les « migrants-benchmarkeurs » et la « submersion », les Français ne jugent pas du
tout que Gérard Collomb serait « provocateur » (64% réfutent de qualificatif) et ne le trouvent pas spécialement « maladroit » (50%) malgré
l’embarras visible qu’il a suscité au sein même du gouvernement et de sa majorité.
Nos concitoyens le trouvent même plutôt « compétent » (51%) et lui prêtent plutôt de « l’autorité » (48%)…
Mais « en même temps », ils jugent que ce ministre (« premier flic de France » tout de même) n’est pas du tout « charismatique » (68%), « pas bon
orateur » (60%) et donc qu’il n’est pas convaincant (60%) et même « pas rassurant » (55%) ce qui est une qualité utile pour un ministre de l’Intérieur
C’est vraisemblablement ce handicap formel à l’oral – une voix chevrotante et hésitante– qui plombe le ministre de l’Intérieur dans l’opinion et
l’empêche de bénéficier d’une meilleure image et même de « mieux imprimer » dans l’opinion.
Gaël Sliman, Président et cofondateur d’Odoxa
@gaelslimanRéseaux sociaux :
L’œil de Véronique Reille Soult, CEO de Dentsu Consulting
LES INTERNAUTES SOUTIENNENT TRÈS LARGEMENT LES POSITIONS DE GÉRARD COLLOMB
Si les positions de Gérard Collomb sont fortement controversées dans les médias, elles sont loin d’être rejetées par les internautes.
Un évènement exogène à son action a nettement transformé sa présence et son image sur les réseaux sociaux. Il s’agit de la mort héroïque d’Arnaud
Beltrame. L’hommage que Gérard Collomb lui a rendu a été apprécié et même relayé dans le monde. Il y a un « avant » et un « après » dans la
perception du ministre et cela lui permet d’être plus visible sur les réseaux sociaux que ses collègues du gouvernement, il est vrai très discrets.
Sa politique est particulièrement observée sur deux points :
• Sa gestion de la montée de la radicalisation et de la protection contre les attaques terroristes : son action est souvent jugée insuffisante par les
internautes français. Toutefois, il est largement et fortement soutenu lorsqu’il prend position contre un retour en France des djihadistes
français.
• Sa gestion de l’immigration est approuvée et soutenue en France et à l’étranger. Pour les Français, c’est un sujet majeur de préoccupation. Ils
attendent du gouvernement une approche combinant « fermeté » et « humanité », qualités globalement attribuées au ministre de l’Intérieur.
Toutefois, les associations de soutien aux migrants et les ONG s’expriment de façon négative et critiquent l’action de Gérard Collomb. Elles sont
largement suivies sur les réseaux sociaux, et leurs messages font l’objet de multiples reprises.
Pour les Européens, et notamment pour les Allemands, Gérard Collomb doit continuer de porter et d’affirmer sa vision sur le sujet, afin de nourrir
le débat européen et aider à trouver un consensus.
Véronique Reille-Soult, DG de Dentsu Consulting,
@reillesoult
➢ Retrouvez les éléments détaillés de l’ a n a ly se sur les réseaux sociaux à la fin de ce rapportPopularité de Gérard Collomb
Quelle opinion avez-vous de Gérard Collomb ?
ST Mauvaise opinion : 27% ST Bonne opinion : 28%
➢ Rappel mars 2015 pour Bernard Cazeneuve*: 51%
➢ Rappel juin 2013 pour Manuel Valls* : 70%
Une excellente opinion
2%
Une bonne opinion
26%Ne le connaît pas
suffisamment
45%
Une mauvaise opinion
17%
Une très mauvaise opinion
10%
*Rappels « Tableau de bord politique » Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio