2 pages
Français

Résultats du premier baromètre Hopscotch de l'e-réputation

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Résultats du premier baromètre Hopscotch de l'e-réputation

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 110
Langue Français

Exrait

1
Résultats de l’Observatoire Hopscotch-Viavoice / Janvier 2011
« Salariés et médias sociaux »
Les salariés français parlent de leur entreprise sur les médias sociaux
67% de façon positive, 21 % de façon critique
Paris, le 6 janvier 2011 -
L’agence de relations publiques et de communication digitale Hopscotch vient
d’annoncer les premiers résultats de son Observatoire « Salariés et Médias sociaux », réalisé avec le
soutien de l’Institut Viavoice.
L’étude a pour vocation d’
attirer l’attention des entreprises et des salariés sur les usages et la
gouvernance des médias sociaux
. Elle a été menée par interviews du 13 au 17 décembre sur un
échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population salariée résidant en France métropolitaine.
«
Le modèle de l’entreprise étanche a vécu »,
précise Jérôme Lascombe, Président d’Hopscotch. «
On
savait déjà que les Français avaient massivement adopté les réseaux sociaux. On vérifie aujourd’hui qu’ils
sont nombreux à parler de leur entreprise, en majorité de façon positive, mais souvent aussi de façon
critique. C’est
un enjeu pour l’e-réputation des employeurs, mais aussi pour celle des internautes eux-
mêmes, qui ne sont pas toujours conscients de l’impact que leur usage des médias sociaux peut
avoir sur leur réputation personnelle
15% des salariés parlent de leur entreprise sur les réseaux sociaux…
C’est à la fois peu et beaucoup. Ces 15% des salariés qui parlent de leur entreprise sur les réseaux sociaux
représentent tout de même
près de 2,5 millions de personnes
, rien que dans le secteur privé. Pour
mémoire, 72,3% des Français de 18 ans et plus sont connectés à l’Internet, dont 78% se déclarent membre
d’au moins un réseau social et 43% de Facebook (1).
Les hommes sont plus bavards que les femmes au sujet de leur entreprise (18,9% contre 11,9%). Les
jeunes salariés s’expriment davantage que leurs aînés (26,4% pour les 18-24 ans contre 5,8% pour les 50-
64 ans), et les cadres plus que les ouvriers (21,1% contre 8,4%). Devoir de réserve oblige, l’étude révèle
que les salariés du public sont plus discrets que ceux du privé (13,3% contre 16,6%).
…67% de façon positive, 21 % de façon critique
Plus des deux tiers des salariés parlent positivement de leur entreprise sur les médias sociaux. C’est
une
caisse de résonnance formidable pour l’e-réputation des entreprises.
Information moins rassurante : un salarié sur cinq critique son entreprise sur les médias sociaux. Les
salariés les plus critiques sont les 25-34 ans (32,9%), les moins critiques sont les plus jeunes (9,3%).
Pourtant, qu’ils soient cadres, employés ou ouvriers, du secteur public ou du secteur privé, les salariés sont
à 86% conscients des enjeux et des risques de sanction.
Effet Wikileaks, ils sont aussi convaincus à 64% que les critiques des entreprises par leurs salariés
seront de plus en plus répandues sur les réseaux sociaux
.
Les entreprises sont donc face à un enjeu nouveau et majeur : la
volatilité accrue de leur e-réputation du
fait de l’expression de leurs salariés
. Les plus jeunes sont aussi les plus convaincus que le phénomène
va s’amplifier (78,4% des 18-24 ans).