Revue de presse « Défense » Date : 9 décembre 2010 Sommaire des ...
45 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Revue de presse « Défense » Date : 9 décembre 2010 Sommaire des ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
45 pages
Français

Description

Revue de presse « Défense » Date : 9 décembre 2010 Sommaire des ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 150
Langue Français

Exrait

Revue de presse «Défense »
(contact : adulou@numericable.fr)
Votre avis nous intéresse : si vous voulez réagir à un article de la Revue depresse, vous pouvez soit contacter directement le responsable de thème de Défense soit réagir sur les forums de discussion de laCommunauté deDéfense. L’équipe de la Revue de presse Défense vous remercie de votre confiance et de votre intérêtpour son travail, toutes vos suggestions sont les bienvenues.
Ruth Dreyfuss Date : 9 décembre 2010 Sommaire des articles proposés 1)Enjeux de la Défense, Doctrine, Concepts, Missions : Une personne sur quatre dans le monde paye des potsdevin Allemagne. Le retour duguerrier Etats baltes et Pologne,plans deguerre secrets OTAN. Neuf divisions prêtes contre la Russie 2)Relations internationales  Europe de la défense  OTAN : Un attaché « défense » dans les ambassades de l’UE ?Coopération entre l'UE et l'OTAN en matière de développement des capacités3)Armements  Industries  Économie :Livraison de F15K Slam à la Coré du Sud ! Fillon à Moscou pour clôturer l'année FranceRussie et doper les relations économiques Allemagne : Un troisième pétrolierravitailleur du type Berlin en construction 4)Les forces armées  Air  Marine  Terre  Gendarmerie : Les plongeurs du 19e RG en stage chez les pompiers Sortie du livre « La Gloire des mousses » Réunion des officiersgénéraux en deuxième section5)Zones de conflits : CRISE INTERCORÉENNE Nouvelles manoeuvres conjointes USA
Corée du Sud La montée des périls en Afghanistan6)Renseignements intérieurs extérieurs intelligence économique : La stabilisation plus éloignée quejamais Le Conseil de sécurité soutient Ouattara commeprésident Parisprêt à fournir au Brésil les codes informatiques du Rafale, selon WikiLeaks Pour contrer le Nobel, la Chine lance sonprix Confucius "Je suis optimiste pour le futur avion spatial d'Astrium" Politique d’intelligence économique 7)Sécurité intérieure : Revue de presse de la douane8)Menaces : 35 OPÉRATEURS ÉCONOMIQUES IRANIENS PRÉSENTS À ALGER Enquête de niches d’investissement ProcheOrient Washington reconnaît avoir fait fausse route WikiLeaks: Les prochaines révélations pourraient concerner Guantanamo9)Énergie environnement climat : FEU VERT POUR DESERTEC10)Histoire, mémoire cinéma : L'énigme de la puissance chinoise11)Communication : Stéphane Richard(France Télécom): "Google n'estpas notre ennemi mais les problèmes vont se multiplier pour eux" Laurent Heslaut(Symantec): «Stuxnet est le H1N1 des virus informatiques» Les systèmes décisionnels toujoursplus adoptéspar les entreprises en France Les constructeurs d’écrans LCD condamnéspour entente illicite en Europe12)Jour après Jour :le 9 décembre13)Revue de presse internationale en langue étrangère : Poland Vexed byU.S. Reversal on Missile Interceptors, Cable Says Northrop sees rising demand for Global Hawks SpaceX rocket launch heralded as successful test of commercial spaceflight CombinedStrategies,TechnologiesHelpIED FightBoeing Team Begins Building Indian Navy's 1st P8I Aircraft Javelin JV Fires Javelin From Stryker Remote Weapon Station Korea, Indonesia agree to strengthen defense ties Bulava missile: testlaunch history14)Titres d’articles non retenus : *****
Votre avis nous intéresse : si vous voulez réagir à un article de la Revue de presse, vouspouvez contacter directement le responsable de thème ou réagir sur lesforums de discussion de la Communauté deDéfense.1/ ENJEUX DE LA DEFENSE  DOCTRINE  CONCEPTS  MISSIONS
TITRE 1  1 :Une personne sur quatre dans le monde paye des potsdevinSource,journal ou site Internet : Le SoirDate : 9 décembre 2010 Auteur : rédaction en ligne / AFP Adressépar : Jean6Fran9ois Mazaleyrat
Une personne sur quatre dans le monde a payé un potdevin au cours des 12 derniers mois, selon une étude parue jeudi à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la corruption.
L’étude sur « la petite corruption », réalisée par l’agence nongouvernementale Transparency International, basée en Allemagne, prend la forme d’une série de sondages effectués auprès de plus de 91.000 personnes dans 86payAu cours de l’année écoulée, unes et territoires. personne surquatre apayé unpotdevin à une institution ou service, notamment aux services de santé ou des impôts, mais c’est à la police qu’on donne le plus souvent un « bakchich ». Selon le sondage, 29 % des personnes dans le monde qui ont eu des contacts avec la police ont payé un potdevin. C’est en Afrique subsaharienne qu’on « arrose » le plus, une personne sur deux disant avoir payé un dessousdetable au cours de l’année écoulée. Au MoyenOrient et en Afrique du nord, laproportion était de 36 % ; elle atteignait 32 % dans les exétats soviétiques 32 %, 23 % en Amérique du sud, 19 % dans les Balkans et en Turquie 11 % en AsiePacifique et 5 % en Europe et en Amérique du nord. Les pays où on a payé le plus souvent en 2010 comprennent : l’Afghanistan, le Cambodge, le Cameroun, l’Inde, l’Irak, le Libéria, le Nigéria, la Palestine, le Sénégal, le Sierra Leone, et l’Ouganda. Dans ces pays, la moitié de la population affirme avoir payé des potsdevin au cours des 12 derniers mois. La moitié despersonnes interrogées ont dit avoirpayépour « éviter des ennuis », et unquart « pour accélérer une procédure ». L’étude, intitulée « Baromètre 2010 de la corruption mondiale », constitue la 7ème édition du genre depuis 2003. Cette année, elle porte sur un nombre encore plus important de pays avec l’ajout cette année notamment de la Chine, du Bangladesh, et de la Palestine. Les sondages ont été réalisés entre le 1er juin et le 30 septembre, pour la plupart par l’institut Gallup.
TITRE 1  2 :Allemagne. Le retour du guerrier
Source, journal ou site Internet : liberation.fr Date : 8 décembre 2010 Auteur : Thomas Schnee Adressépar : Elie Billaudaz
Conçue en 1955 comme une force de paix, la Bundeswehr se prépare à devenir une armée de métier, engagée sur le terrain. Séance de sensibilisation à la réforme avec le capitaine Schneider, officier pour lajeunesse.
Ils l’ont évidemment repéré de loin, avec sa tête de premier de la classe, son uniforme bleu impeccable, saraideur militaire et ses insignes dorés. Lui, c’est Christian Schneider, capitaine de la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande. Eux, ce sont les apprentis cuisiniers de l’école hôtelière BrillatSavarin, à l’est de Berlin : mèches blondes teintées de bleu ou crânes de rappeur, iPod sur les oreilles et clope roulée au coin du bec. Mais il en faut plus pour dérouter le capitaine Schneider. Quand il descend dans les écoles, il a l’habitude des yeux écarquillés ou moqueurs et des rires sous cape :«Je suis officier pour la jeunesse. C’est une fonction qui n’existe dans aucune autre armée au monde,affirmetil fièrement.Mon rôle est d’expliquer aux jeunes quels sont les rapports entre l’armée et la société, entre la sécurité et le développement économique etsocial. Avec la suppression prochaine du service militaire, le passage à une armée de métier et l’engagementde nos soldats dans des combats à l’étranger, nous devons renforcer le dialogue avec les jeunes.»
Pour les associations pacifistes, Christian Schneider n’est rien d’autre qu’un sergent recruteur.«Pas du tout, rétorquetil, piqué au vif. Je n’ai d’ailleurs pas le droit d’informer les élèves sur les conditions d’admission dans l’armée ou sur les salaires.»
«J’ai invité M. Schneider dans le cadre des cours d’éducation politique qui sont dispensés dans toutes les écoles d’Allemagne. Je veux sortir mes élèves de leur quotidien. Et comme l’on parle beaucoup de la réforme de l’armée, du terrorisme et de l’Afghanistan, j’ai trouvé cela intéressant», explique Achim Geisthard, le professeur d’éducation politique, modèle exsoixantehuitard critique.
«Nous sommes une armée parlementaire»
Pour la quinzaine d’élèves présents, dont quelquesuns sont d’origine turque, Christian Schneider est un martien qui fascine. Au jeu des 7 familles, il pourrait être le fils dans la famille «Patrie» : son père est fonctionnaire communal, son frère est policier et sa sœur travaille au service des douanes.«C’est pas tous les jours qu’on en voit un comme ça à l’école»,Matthias en connaisseur. Il est l’un des rares élèves à assure avoir fait un service militaire volontaire de vingttrois mois, avec une formation d’infirmier militaire à la clé :«Quand j’ai vu que j’irais probablement en Afghanistan si je restais, j’ai préféré reprendre mes études. Je ne suis pas tellement d’accord avec ce qu’on fait làbas»,admetil. Le capitaine Schneider attaque en douceur en évoquant sa vie«normale»de citoyen qui va aussi«boire des coups avec les potes».Puis il passe aux choses sérieuses, fait un rappel des conséquences de la guerre froide, résume les enjeux géopolitiques actuels, aborde la réforme de l’armée allemande et détaille les causes et les enjeux de la lutte antiterroriste.
Après deux heures d’un quasimonologue, il explique finalement pourquoi les attentats du 11 Septembre peuvent être aussi considérés comme une attaque contre l’Allemagne. Un peu dépassé, l’auditoire est aussi intéressé que perplexe. Le professeur, lui, s’énerve un peu :«Mais vous ne parlez pas des combats alors que nos soldats font la guerre en Afghanistan»,lancetil.«Vous savez, on veut un peu sortir de notre image de Rambo. Et puis nous sommes une armée parlementaire. La Bundeswehr ne fait qu’exécuter ce que lui commande la politique»,se justifie le capitaine.«Mais si on va chez eux avec des armes, n’estce pas normalqu’ils viennent chez nous avec des bombes ?»demande l’un des jeunes. Christian Schneider se dépêche de botter en touche :«Mais si on va chez eux sans armes, ils nous prendront en otages !»répondil, la voix dans les aigus.«Moi, j’ai un copain qui est allé en Afghanistan. Il m’a dit qu’il a tué neuf personnes. Maintenant, il est chez lui, il bouge plus de la journée et vit les rideaux fermés…»raconte un autre. Silence dans la salle. «C’est vraiment terrible. Je sais qu’il n’est pas facile du tout de prendre la bonne décision»,le répond capitaine Schneider, à court d’arguments. Il affiche un sourire crispé et n’est pas mécontent que la séance s’achève à ce moment.
Jusqu’à la chute du mur de Berlin, la Bundeswehr était sans doute l’armée la plus «civile» du monde :«Dans les années 50, la renaissance de l’armée allemande s’est accompagnée de violents débats. On a voulu garantir qu’elle ne formerait plus jamais un Etat dans l’Etat. Le législateur a placé la Bundeswehr sous la