Sondage
29 pages
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Sondage

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
29 pages

Description

Réforme des retraites : ZĠĂĐƚŝŽŶƐ ĂƵdž ĂŶŶŽŶĐĞƐ Ě͛ ĚŽƵĂƌĚ WŚŝůŝƉƉĞ > s ͛ D Z'K : h / ϭϮ D Z ϮϬϭϵ ϭϴ, Sondage réalisé avec pour Recueil Mét hodologie ŶƋƵġƚĞ ƌĠĂůŝƐĠĞ ĂƵƉƌğƐ Ě͛ƵŶ ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶ ĚĞ &ƌĂŶĕĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ƉĂƌ ŝŶƚĞƌŶĞƚ ůĞƐ11 et 12 décembre 2019,ĂƉƌğƐ ů͛ĂůůŽĐƵƚŝŽŶ Ě͛ ĚŽƵĂƌĚ WŚŝůŝƉƉĞ͘ Echantillon Echantillon de1 002 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession deů͛ŝŶƚĞƌǀŝĞǁĠaprès stratification par région et catégorie Ě͛ĂŐŐůŽŵĠƌĂƚŝŽŶ. WƌĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐƵƌ ůĞƐ ŵĂƌŐĞƐ Ě͛ĞƌƌĞƵƌ Chaque sondage présente une incertitude statistique queů͛ŽŶappelle margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌ. Cette margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌsignifie que le résultat Ě͛ƵŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etĚ͛ĂƵƚƌĞde la valeur observée. La margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌdépend de la taille deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶainsi que du pourcentage observé.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 12 décembre 2019
Nombre de lectures 33 082
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Réforme des retraites : RéactioŶs aux aŶŶoŶces d’Edouaƌd Philippe
LEVÉE D’EMBARGO JEUDI ϭϮ DÉCEMBRE ϮϬϭϵ À ϭϴH
Sondage réalisé avec
pour
Recueil
Mét
hodologie
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠĐhaŶtilloŶ de FƌaŶçais iŶteƌƌogĠs paƌ iŶteƌŶet les11 et 12 décembre 2019,apƌğs l’alloĐutioŶ d’Edouaƌd Philippe.
Echantillon Echantillon de1 002 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité del’ĠĐhaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégorie d’aggloŵĠƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultat d’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠĐhaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé. Sile pouƌĐeŶtage oďseƌvĠ est de … Taille de l’EĐhaŶtilloŶ20% ou 80% 30% ou 70% 5% ou 95% 10% ou 90% 40% ou 60% 50% 1004,4 6,0 8,0 9,2 9,8 10,0 2003,1 4,2 5,7 6,5 6,9 7,1 3004,6 5,3 5,7 5,82,5 3,5 4002,2 3,0 4,0 4,6 4,9 5,0 5001,9 2,7 3,6 4,1 4,4 4,5 6001,8 2,4 3,3 3,7 4,0 4,1 8002,8 3,2 3,5 3,51,5 2,5 9001,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 0001,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1 2 0001,8 2,1 2,2 2,21,0 1,3 30001,4 1,6 1,8 1,80,8 1,1 Lecture du tableau:Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20% la marged’eƌƌeuƌest égale à 2,5% : le pourcentage réel est donc compris dansl’iŶteƌvalle[17,5 ; 22,5].
1.
Principaux enseignements :
Dans son analyse des réseaux sociaux, Véronique Reille-Soult de Dentsu consulting indique que les annoncesd’EdouaƌdPhilippe ont mobilisé les internautes : 346 400 messages dans la journée du 11 décembre dont 275 700 entre 12h et minuit, Globalement peud’iŶteƌŶautessont satisfaits et un fort clivage générationnels’iŶstalle. Le sentiment que le gouvernement cherche à cacher la réalité sur la réforme monte et la défiance aussi. « Si tout est si formidable pourquoi reculerl’âgepour en bénéficier? Il faudraitl’avaŶĐeƌdès maintenant pour que nous soyons tous favorisés ! #LangueDeBbois # OnSeMoqueDeQui »
2. 3.
4.
Edouaƌd Philippe Ŷ’a pas ĐoŶvaiŶĐu, tout le ŵoŶde peŶse ġtƌe «perdant » avec sa réforme
5.
Les principaux enseignements
Après les explications du Premier ministre, plus des deux-tiers des Français (68%) estiment toujours que les mobilisations contre la réforme des retraites sont justifiées De fait, Edouard PhilippeŶ’apas convaincu : 61% des Français ayant suivi ses interventions jugentƋu’il Ŷ’apas été convaincant PourquoiŶ’a-t-il pas convaincu ?S’ila été jugé « clair » sur la forme, 70% des FrançaisŶ’oŶtpas été « rassurés », estimant que sa réforme Ŷ’Ġtaitpas « juste et durable » (60%) Pourtant, de nombreuses mesures présentées hier sont saluées par les Français - la pension minimale de 1000est même plébiscitée (81% d’adhĠsioŶ) –et surtout les Français sont toujours favorables (63%) à la fin des régimes spéciaux et à la mise en placed’uŶrégime universel unique Le rejet de la réformes’edžpliƋueprobablement parce que, pour les Français, tout le monde ou presque (petites pensions) sera perdant : les régimes spéciaux (79%), les salariés du public dans leur ensemble (66%), ceux du privé (56%), et même les femmes (53%)
Gaël Sliman, Co-foŶdateuƌ et pƌĠsideŶt d’Ododža
Synthèse détaillée du sondage (1/5)
1. Après les explications du Premier ministre, plus des deux-tiers des Français (68%) estiment toujours que les mobilisations contre la réforme des retraites sont justifiées Visiblement ni les perturbations occasionnées depuis une semaine, nil’iŶteƌǀeŶtioŶ d’EdouaƌdPhilippe ne sont parvenues à retournerl’opiŶioŶ publique àl’Ġgaƌddu mouvement de grève contre la réforme des retraites. Comme la semaine dernière à la veille de la première journée de mobilisation, 68% des Français continuentd’estiŵeƌque le mouvement de grève contre la réforme des retraites est « justifié ». Comme toujourss’agissaŶtde réformes gouvernementales,l’opiŶioŶà ce sujet est parfaitement scindée selonl’oƌieŶtatioŶpartisane des personnes interrogées : les sympathisants de LREM (66%) et ceux de LR (57%) jugent que cette mobilisationŶ’est« pas justifiée » alors que les sympathisants de gauche (90% pour Les Insoumis, 78% pour le PS, 71% des Ecologistes) et du RN (80%) la légitiment très largement.
Mais si ce clivage politique est attendu et habituel, on observe aussi à ce sujet un spectaculaire effetd’âge: le soutien à la mobilisation est maximal (76%) auprès des 18-44 ans, directement concernés par la réforme puisque tous nés à partir de 1975 ; le soutien est très important mais un peu moins fort (65%) auprès des 45-64 ans (tous nés avant 1975) et il est encore plus mesuré (55%) auprès des plus de 65 ans, quasiment tous déjà retraités.
2. De fait, Edouard PhilippeŶ’apas convaincu : 61% des Français ayant suivi ses interventions jugentƋu’il Ŷ’apas été convaincant Si les Français légitiment toujours autant la mobilisationet selon les sondages réalisés par nos confrères (Elabe et Harris)s’ilssont toujours majoritaires à la « soutenir » (en baisse toutefois)– Đ’estprobablement parceƋu’EdouaƌdPhilippeŶ’estpas parvenu à convaincre. De fait, 61% des Français qui ont écouté/vu ou entendu des commentaires surl’iŶteƌǀeŶtioŶdu « PM »Ŷ’oŶtpas été convaincu et seulement 38% d’eŶtƌeeuxl’oŶttrouvé « convaincant ».
Synthèse détaillée du sondage (2/5)
Pourtant, le Premier ministre a été très suivi lors de ses allocutions du 11 décembre,d’aďoƌdà midi, puis le soir lors du JT de TF1 : au moins les deux-tiers des Français (67%) ont été exposésde façon directe (34%l’oŶtvu ou écouté) ou indirecte (commentaires ou extraits) au message d’EdouaƌdPhilippe. Notre sondage ayant été effectué pourl’esseŶtielmercredi 11 après son intervention de midi mais avant celle de 20h, la plupart des « sondés » ont surtout été exposés à celle-ci. A titre de comparaison cela représente 13 pointsd’edžpositioŶde plus que sa dernière grande intervention lors de son discours de politique générale. Mais celaŶ’apas fonctionné, car, Edouard PhilippeŶ’estparvenu à convaincreƋu’uŶeseule catégorie de la populationdéjà convaincue avant Ƌu’ilne prenne la parole : les sympathisants LREM (82%l’oŶttrouvé convaincant). Toutes les autres catégories de la population ont estiméƋu’il Ŷ’Ġtaitpas convaincant.C’estle cas des personnes nées à partir de 1975 (65%Ŷ’oŶt pas été convaincues) et des sympathisants Insoumis (82%) et du RN (83%), maisĐ’estaussi le cas des Français habituellement les moins hostiles aux réformes des retraites, les sympathisants LR (59%) et les retraités (53%).
3. PourquoiŶ’a-t-il pas convaincu ?S’ila été jugé « clair » sur la forme, 70% des FrançaisŶ’oŶtpas été « rassurés », estimant que sa réformeŶ’Ġtaitpas « juste et durable » (60%) Personne ne retirera à Edouard Philippe sa grande compétence sur la forme. Le « PM » a « fait le job » : 54% des Français qui ont suivi ceƋu’ila dit reconnaissentƋu’ila été « clair ». Mais pour nos concitoyens le problèmeŶ’estpas la forme, E. PhilippeŶ’estpas le clone de son mentor Juppé, cassant et « droit dans ses bottes en 1995 »le problème est le fond. 70% des Français exposés à son message disent ne pas avoir été « rassurés » et/car 60% estiment que sa réforme ne mettra pas en place un système de retraite « juste » et « durable » comme le Premier ministrel’apromis.
Synthèse détaillée du sondage (3/5)
En outre, malgré son ton conciliant, 67% des Français ne pensent pas que le Premier ministre a fait des concessions importantes aux syndicats et 57% ne pensent pas non plusƋu’ila compris les préoccupations de la population. Une fois encore, ce jugement est très largement partagé dansl’opiŶioŶ,àl’edžĐeptioŶdes sympathisants LREM (convaincus sur tous les plans) et, pour ce qui est du jugement global sur la réforme, des sympathisants LR (57% pensent que la réforme est « juste » et « durable »). S’il s’agissaitdu baccalauréat,l’ĠlğǀePhilippe serait donc bon pour le rattrapage.
4. Pourtant, de nombreuses mesures présentées hier sont saluées par les Français - la pension minimale de 1000est même plébiscitée (81%d’adhĠsioŶ) –et surtout les Français sont toujours favorables (63%) à la fin des régimes spéciaux et à la mise en placed’uŶrégime universel unique Comme souvent, une réforme peut avoir une bien mauvaise image globale et susciter un large rejet alors même que de nombreuses mesures Ƌu’ellepropose sont, elles, largement saluées. C’estencore une fois le cas ici. Nous avons testé 7 grands axes ou mesures clés présentées hier par Edouard Philippe etl’aĐĐueilréservé par l’opiŶioŶest souvent très bon. Ainsi 3 mesures sont très largement approuvées : 8 Français sur 10 (81%) approuvent la « mise en placed’uŶepension minimale de 1000net par mois pour ceux qui ont eu une carrière complète » ; autant (80%) approuventl’idĠesur-cotisation aux plus hauts revenus et surtout plus de 6 Français sur 10 (63%) sontdemander une (toujours) favorables au principe général de « la suppression des régimes spéciaux de retraite et de la fusion des 42 régimes actuels en un seul régime universel ».
C’estabsolument décisif : ce qui était et est auĐœuƌde la réforme des retraites voulue par E. Macron est donc TOUJOURS largement populairece qui ne passe pas,Đ’estde demander à tous les Français de travailler plus longtemps.
Synthèse détaillée du sondage (4/5)
2 mesures recueillent un accueil plus mitigé en termes de soutien : L’âge d’ĠƋuiliďƌede 64 ans avec son bonus/malus qui met « vent debout » la CFDT et le principe général de la mise en placed’uŶsystème par points. Sil’uŶecommel’autƌede ces mesures recueillent un bon 50/50 en termes de soutien vs rejet, le cumul des deux dimensions suscite bien plus de préventions. Ainsi seulement un tiers des Français (35%) est favorable à la fois àl’âge d’ĠƋuiliďƌeet à la retraite à points que propose E. Philippe. Et finalement seulement deux mesures suscitent un rejet majoritaire (sans être radical) : Le fait de « mettre en place la réforme uniquement pour les personnes nées à partir de 1975 » déplaît à une majorité de 55% de nos concitoyens. Chose amusante, les 45 ans et plus qui sont nés avant cette date sont une majorité (52%) à trouver queĐ’estlà une bonne idée alors que les Français directement concernés, les 18-44 ans, nés à partir de 1975 sont, eux, plus des deux-tiers (68%) à ne pas êtred’aĐĐoƌdavec cette décision.
L’autƌemesure impopulaire est celle consistant à « accorder une transition plus longue pour les régimes spéciaux en ne calculant leur retraite avec le nouveau systèmeƋu’àpartir de 2025 ». Cette concession aux syndicatsŶ’estpas du goûtd’uŶelarge majorité de nos concitoyens qui sont 58% à y être opposés.
5. Le rejet de la réformes’edžpliƋueprobablement parce que, pour les Français, tout le monde ou presque (petites pensions) sera perdant : les régimes spéciaux (79%), les salariés du public dans leur ensemble (66%), ceux du privé (56%), et même les femmes (53%) Si le rejet de la réforme est si fortĐ’estsans doute parceƋu’au« quizz » des « gagnants et des perdants » perçus de cette réforme des retraites, il Ŷ’LJa quasiment pas de gagnant (perçus) et presque que des perdants. Ainsi, dans notre sondage, les seules catégories perçues comme « gagnantes » dans cette réforme sont les retraités touchant de petites pensions (moins de 1000€).
Synthèse détaillée du sondage (5/5)
Les deux-tiers des Français (66%) pensent, pour le moment, que ces retraités très modestes y gagneront. Leur avis pourrait toutefois changer. Comme le relève Véronique Reille-Soult de Dentsu-Consulting, de nombreux internautes pointent déjà que cette disposition serait en fait ancienne et figurait déjà dansl’aƌtiĐle4 de la loi de 2003 (réforme Fillon). En outre, les personnes les plus concernées,Đ’est-à-dire les Français aux revenus les plus modestes sont les moins nombreux à penser que les retraités modestes seront « gagnants ». Seulement 53% le pensent, alors que les Français les plus aisés sont 83% à en être persuadés. Toutes les autres catégories de population testées sont perçues comme des futures perdantes de la réforme. C’estparticulièrement le cas pour les Français bénéficiant de régimes « spéciaux » de retraite : 79% des Français pensentƋu’ilsvont y perdre. MaisĐ’estaussi le cas, plus généralement del’eŶseŵďledes salariés du secteur public : 66% des Françaiset surtout 80% des salariés du publicpensentƋu’ilsy perdront avec cette réforme. Ce sentiment est aussi partagé concernant leurs homologues salariés du secteur privé : 56% des Français et 60% des salariés du privé pensent Ƌu’ilsy perdront. Surtout, ce sentiment du « tous perdants » est si marquéƋu’oŶle retrouve même auprès de catégories mises en avant par le « PM » lui-même dans ses annonces. Il avait ainsi pointé le cas des femmes pour montrer les avancées que sa réforme présenterait pour elles.
Pourtant, les femmes sont bien perçues elles-aussi comme des « perdantes » par 53% des interviewé(e)s. Mais le pire est ailleurs : alors que les hommes, eux, pensent majoritairement que les femmes vont y gagner (55% vs 45% le pensent), probablement à leur détriment (ce qui ne doit pas les réjouir), les femmes àl’iŶǀeƌse,sont largement convaincues (60% vs 38%)Ƌu’ellesvont y perdre ! C’estbien là le grand échec dans la communication del’edžĠĐutifcette réforme : alors que les Français soutenaient le principe du régimeautour de unique et de la fin des régimes spéciaux (ils sont toujours de cet avis)l’edžĠĐutifa « réussi » à convaincre chacunƋu’ilallait être un perdant de sa réforme.
Réseaux sociaux L’œil de VĠƌoŶiƋue Reille Soult, CEO de DeŶtsu CoŶsultiŶg
Une annonce très attendue mais sans un réel espoir
Avec 346 400 messages dans la journée du 11 décembredont 275 700 entre 12h et minuit,les annoncesd’EdouaƌdPhilippe ont mobilisé les internautes.
Globalement peud’iŶteƌŶautessont satisfaits et un fort clivage générationnels’iŶstalle. La majorité des internautes est donc déçue principalement par 3 points :
Ils souhaiteŶt Ƌue les ƌĠgiŵes spĠĐiaudž soieŶt suppƌiŵĠs eŶ uŶ seul ƌĠgiŵe uŶiveƌsel, et Đe pouƌ uŶ oďjeĐtif pƌiŶĐipal : l’ĠƋuité. Or, de nombreux internautes partagent le sentiment que nous nous dirigeons vers un système inégalitaire avec une multitude de régimes par générations et par secteurs. «FiŶaleŵeŶt il Ŷ’LJ a plus de régiŵes spéciaudž ŵais des cas particuliers!».De Ŷoŵďƌeudž ŵessages ƌelaieŶt la peƌĐeptioŶ d’uŶe «réforme sur mesure pour certains ». Pour ceux-là,la réforme est inégalitaire et prendra en compte les cas particuliers « de ceux qui font peur ».
Le système par points est jugé inégalitaire.Nombreux sont ceux qui veulentconnaître la valeur du pointet cherchent des simulateurs. En effet, les calculs actuels montrent que le système fera baisser les retraites.
Le sentiment que le gouvernement cherche à cacher la réalité sur la réforme monte et la défiance aussi. «Si tout est si formidable pourquoi ƌeĐuleƌ l’âge pouƌ eŶ ďĠŶĠfiĐieƌ? Il faudƌait l’avaŶĐeƌ dğs ŵaiŶteŶaŶt pouƌ Ƌue Ŷous soyoŶs tous favoƌisĠs ! #LangueDeBbois #OnSeMoqueDeQui»
Pour beaucoup finalement les grands perdants sont les jeunes générations. Certains appellent à la vigilance : méfions-nous du conflit générationnel !
Retrouvez les éléments détaillés del’aŶalLJsesur les réseaux sociaux à la fin de ce rapport
Véronique Reille Soult, CEO de Dentsu Consulting
Résultats du sondage
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents