5 pages
Français

télécharger l'article (PDF) - L ES MÉDIAS THE MEDIA

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

télécharger l'article (PDF) - L ES MÉDIAS THE MEDIA

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 84
Langue Français
POLICY OPTIONS
DECEMBER 2007-JANUARY 2008
89
L
E
S
M
É
D
I
A
S
T
H
E
M
E
D
I
A
L
e Québec et la France entretiennent une relation
politique privilégiée qui se manifeste par l’intensité
des coopérations et des échanges culturels, par le
statut diplomatique très particulier qu’a obtenu le Québec
en France et par les visites alternées des premiers ministres.
Les discours officiels ne ratent pas une occasion de rappe-
ler les liens historiques, linguistiques et culturels qui ont
façonné cette relation particulière depuis les années 1960.
Mais qu’en est-il de la société civile ? Quel est le degré d’in-
térêt manifesté par les leaders d’opinion du Québec pour la
société française ?
Pour évaluer l’intensité de cette relation entre les deux
pays et l’image qu’ils projettent, nous avons examiné la cou-
verture que les médias québécois ont accordée aux élections
présidentielles de 2001 et de 2007. L’élection des dirigeants
politiques est un révélateur significatif du degré d’intérêt
accordé. Et c’est un indicateur d’autant plus intéressant que
les élections sont des événements récurrents, ce qui rend
possible une évaluation de l’intérêt à travers le temps.
Le cas des élections françaises est particulièrement
intéressant pour analyser l’effet des appartenances culturelles
sur la mise en valeur des événements politiques et sur la per-
ception des normes démocratiques créé par les leaders
d’opinion. La présence au Québec de deux communautés lin-
guistiques, dont l’une a des racines historiques françaises et
l’autre britanniques, permet de vérifier l’hypothèse d’un cli-
vage linguistique dans la sélection de l’information par les
médias francophones et anglophones. Certains estiment
même que la division linguistique du système médiatique au
Canada constitue un obstacle à la construction d’une iden-
tité nationale, car la segmentation régionale et linguistique
du marché empêche la création d’un quotidien ayant une
audience nationale et engendre une forte différenciation
dans la couverture de l’actualité politique.
L’EFFET MÈRE PATRIE : L’ÉLECTION
PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE
DANS LA PRESSE QUÉBÉCOISE
ET CANADIENNE
Denis Monière
La dualité linguistique canadienne se traduit-elle par un clivage dans la sélection de
l’information par les médias francophones et anglophones ? Spécialiste des
idéologies au Québec et de la communication politique, Denis Monière a analysé la
couverture accordée par quatre quotidiens québécois et canadiens à la dernière
élection présidentielle française et l’a comparée au traitement réservé par les mêmes
journaux aux élections anglaises du printemps 2005. Il conclut que la mère patrie
continue d’exercer un attrait particulier auprès des francophones comme des
anglophones. Malgré tout, la couverture en 2007 fut manifestement plus
importante qu’en 2002, dans les deux langues, ce qui s’explique par le fait que
cette élection « opposait de nouveaux venus qui promettaient de rénover la vie
politique française ». Mais en définitive, écrit-il, « la francophonie ne suscite pas
beaucoup d’intérêt dans les médias ».
Does Canada’s linguistic duality translate into different information being conveyed by
the English and French media? Denis Monière, an expert on ideologies in Quebec and
political communication, analyzes the coverage of the recent presidential campaign in
France by four dailies in Quebec and Canada and compares it with the same papers’
coverage of the British general election in the spring of 2005. He concludes that the
motherland continues to exert influence over both English- and French-speaking
media. The 2007 coverage in both languages was much more extensive than in 2002,
which can be explained by the fact that this election “opposed newcomers who
promised a renewed political scene in France.” He maintains that on the whole,
however, “La Francophonie does not generate much interest in the media.”