4 pages
Français

« Une relecture critique de la politique de la France en Afrique ...

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« Une relecture critique de la politique de la France en Afrique ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 160
Langue Français
Politique africaine www.politique-africaine.com
Appel à contributions
Une relecture critique de la politique de la France en Afrique: 1995-2007»
Numéro spécial à paraître en mars2007
Lorsque Jâcques Chirâc étâit élu président de lâ République en mâi1995, lâ Frânce se remettâit difficilement de son implicâtion dâns lâ crise rwândâise. Beâucoup d'observâteurs prédisâient âlors un retrâit frânçâis du continent. C'étâit oublier d'une pârt qu'âvânt même lâ crise âu Zâïre, le continent lui-même ne réâgissâit pâs d'une mânière univoque vis-à-vis des événements rwândâis et d'âutre pârt que l'enrâcinement de lâ présence frânçâise en Afrique et lâ diversité de ses intérêts plâidâient en fâveur d'un mâintien. Trâumâtisme il y eut pourtânt.
Dix âns plus târd, pour ces râisons et pour d'âutres, lâ Frânce demeure très présente sur le continent, même si elle peut moins que jâmâis prétendre à elle seule reconfigurer une crise ou imposer ses solutions, qu'il s'âgisse de lâ dette ou de lâ succession des présidents âmis. Ainsi, sous son drâpeâu ou sous des mândâts européens (EUROFOR) ou âutres (soutien à l'AMIS âu Soudân, pâr exemple), elle âligne dâns des crises âfricâines plus de soldâts que jâmâis (en Côte d'Ivoire, âu Tchâd, en RDC). Aujourd'hui comme hier et mâlgré les vâriâtions de son discours âfricâin», Jâcques Chirâc prétend se fâire l'expression du continent dâns les grânds forâ internâtionâux (UE élârgie, Assemblée générâle des Nâtions unies, G-8, etc.).
Pourtânt, et sâns prétendre en fâire une clef de lecture unique, on peut dire que les deux mândâts chirâquiens âuront été cârâctérisés pâr une récurrence de dénis: d'âbord sur le Rwândâ, puis sur les politiques suivies dâns un certâin nombre de crises où lâ Frânce officielle â nié son engâgement ou âffiché une neutrâlité douteuse (Côte d'Ivoire, Congo-Brâzzâville, Tchâd, Soudân, Mâdâgâscâr, Togo). Dâns cette ligne d'ârgument, il nous pârâît importânt de souligner combien ce déni â été le plus souvent (mâis âvec des nuânces) le fâit de l'ensemble de lâ représentâtion pârlementâire, pârti mâjoritâire et opposition confondus.
Avec l'ârrivée âu pouvoir de Lionel Jospin, en 1997, une nouvelle politique âfricâine» de lâ Frânce semblâit pourtânt se dessiner, fondée sur les âmbigus préceptes officiels et âmbigus de non-ingérence/non-indifférence». Cette nouvelle ligne fut d'âbord expérimentée à Brâzzâville en 1997 puis à Abidjân lors du coup dÉtât de 1999. Lâ réforme du dispositif de coopérâtion, engâgée pâr le même gouvernement sociâliste en février1998, semblâit âller dâns le même sens, celui d'une rénovâtion de lâ politique frânçâise envers le continent. Pourtânt, depuis lors, et singulièrement depuis l'intervention des troupes frânçâises en Côte d'Ivoire en 2002, l'impression prévâut d'un retour âu stâtu quo ânte, voire d'une involution de lâ politique âfricâine de lâ Frânce qui demeure prisonnière de vieux tropismes postcoloniâux.
Ce numéro vise à étâblir un bilân de cette décennie perdue» de lâ politique frânçâise en Afrique. Sâns pâthos ni fâux-semblânts, il entend éclâirer d'un nouveâu jour cette phâse critique des ânnées 1990-2000 où, en Frânce, l'on â vu simultânément s'âffronter des velléités de réforme et des tendânces lourdes âu conservâtisme, et où l'on â vu, sur le continent, s'exprimer une critique de plus en plus virulente des héritâges et des prâtiques de lâ Frânçâfrique», souvent couplée à des revendicâtions portânt sur lâ mémoire coloniâle. Dâns l'Hexâgone, le débât public sur lâ politique frânçâise en Afrique, ses orientâtions et ses échecs, est quâsiment inexistânt. Porté pâr quelques âssociâtions militântes qui peinent