La colonisation russe dans les gouvernements d'Oufa et d'Orembourg - article ; n°38 ; vol.8, pg 127-140

-

Documents
15 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1899 - Volume 8 - Numéro 38 - Pages 127-140
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1899
Nombre de visites sur la page 21
Langue Français
Signaler un problème

P. Camena d'Almeida
La colonisation russe dans les gouvernements d'Oufa et
d'Orembourg
In: Annales de Géographie. 1899, t. 8, n°38. pp. 127-140.
Citer ce document / Cite this document :
Camena d'Almeida P. La colonisation russe dans les gouvernements d'Oufa et d'Orembourg. In: Annales de Géographie. 1899,
t. 8, n°38. pp. 127-140.
doi : 10.3406/geo.1899.6055
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1899_num_8_38_6055127
LA COLONISATION RUSSE
DANS
LES GOUVERNEMENTS DOUF ET ORENBOURG
oeuvre de peuplement que les Russes ont accomplie le long de la
basse Volga et que nous avons précédemment étudiée ici môme1
ne suffirait pas nous faire juger complètement de ce que fut acti
vité colonisatrice des Russes là où leur établissement se trouva moins
favorisé parles circonstances
occupation en masse des bords delà Volga accomplit en somme
sans grandes difficultés la conquête militaire fut complètement réa
lisée après la chute des royaumes musulmans de Kazan et Astrakhan
et la paix régna dans le pays dès la fin du xvie siècle sans autres inter
ruptions que les révoltes de Stonka Razin et de Pougatchev La Volga
formait vers un admirable fossé de protection ce qui joint aux
hauteurs qui bordent la rive droite permit aisément interdire le
passage et de réduire assez bonne heure effeetif des Cosaques
chargés du service de sûreté La Volga était pas moins précieuse
comme moyen de communication apportant du Nord le bois néces
saire au chauffage et aux constructions emportant les grains et le
poisson qui avaient pas tardé constituer pour ses riverains de
fructueuses denrées échange une époque où les liens du servage
rendaient peu près nuls les déplacements volontaires de la popula
tion le gouvernement présida lui-même au peuplement de ces pays
en transplantant des Russes de diverse provenance et surtout en
appelant des colons étrangers Allemands Hollandais Suisses dont
influence fut si bienfaisante et le rôle économique si utile
Rien de semblable dans les régions de Oural méridional où nous
nous proposons étudier hui la colonisation russe Les Bach-
kirs qui après la chute de Kazan étaient placés volontairement
sous la protection des Russes 1556) se révoltèrent plusieurs fois et
leurs insurrections furent difficiles réprimer2 Les Kirghiz aux
Ann de Geou. 189;)-1896
Soulèvement de 1G76 dirige par Seït au cours duquel les Bachkirs étendirent
leurs ravages le long de la Kama et jusque près de Kaxan Soul venient de 07
avec Aldar et Koucioum Soulèvement de 173 qui dura six ans Participation par
tielle la révolte de Pougatchev 1774) 128 OGRAPHIE GIONALE
abords du fleuve Oural ne furent pas plus pacifiques et tous les éta
blissements russes durent être protégés par des fortifications occupés
par des garnisons Le voisko cosaque dOrenbourg dut être fréquem
ment renforcé Les voies de communication naturelles étaient des
plus rares les seules rivières navigables étaient la Bielaïa et son
affluent lOufa dans des proportions ailleurs assez modestes et
elles subissaient les effets un climat très rude qui congèle la Bielaïa
Oufa pendant 158 jours en moyenne par an Des marécages très
étendus gênaient indépendamment du relief accidenté les relations
par voie de terre et cet inconvénient est loin avoir disparu Le cli
mat est encore plus rigoureux que sur la moyenne et la basse Volga2
et Zlatooust situé il est vrai 375 altitude la moyenne annuelle
dépasse peine O0 celle du printemps et celle de automne avoisi-
nent ce chiffre si bien que année se partage entre une saison glaciale
et une saison brûlante séparées une de autre par deux saisons
froides Les mois les plus cruels sont ceux de décembre et de janvier
où surviennent de terribles borrans un vent furieux déchaîne su
bitement chassant la neige de bas en haut et obscurcissant air3 Ce
rude climat éprouva longtemps les premiers colons qui ne surent pas
toujours mettre profit les matériaux de construction du pays et
qui installèrent dans des conditions souvent défavorables au point
de vue de la salubrité Décimé par les épizooties ou exposé aux rapines
des indigènes le bétail ne rendit pas toujours aux colons les services
ils auraient pu en attendre Les bonnes terres ne manquaient pas
mais elles furent longtemps mal cultivées le climat oppose peu
près absolument la culture arbres fruitiers4 et exclut un bon
nombre de légumes Enim dans leur uvre de colonisation et de
peuplement les Russes du eni opérer seuls sans la participation
autres Européens et cela une époque où les gouvernements du
centre étaient pas encore assez peuplés pour fournir des emigrants
et où ailleurs le servage enrayait les déplacements libres de la popu
lation rurale Pendant longtemps les seuls colons russes furent des
soldats des cosaques des ouvriers de mines et des condamnés Ge
Encore en 1873 le gouvernement dOrenbourg était le plus mal pourvu en fait
de voies navigables et de chemins de fer On en comptait une verste en
moyenne pour 21 versies carrées et pour 10509 habitants BHANDT Cf Jour
nal fidel 26 avril 1873 2810)
Orenbourq moyenne de janvier 15 juillet 21 année Zlato-
oiist janvier 16 juillet 16 année seulement après AVild)
Voir dans FALK Reise in Russland Berlin 1794 162 la description un
de ces bouruns du 26 février 1771 qui fit courir ce voyageur les plus graves
dangers
sovremennago sosioïaniia plodovodstva Rossi Saint-Pétersbourg
1894 13
En 1874 Rimen ne comptait que 424 Allemands dans le gouvernement Ou-
fa 439 dans celui dOrenbourg Pelenn Milt. XXII 1877 142) RUSSE DANS LE SUD DE OtTRAL 129 COLONISATION
est que par la possession un sous-sol riche en ressources miné
rales et par celle de vastes forêts que les régions de Oural méridio
nal emportaient sur les pays riverains de la moyenne et de la basse
Volga Il est curieux de voir ce que dans des conditions aussi peu
favorables les Russes ont pu accomplir de suivre leurs patients
efforts les vicissitudes de leur établissement et leur situation pré
sente dans les gouvernements Oufa et Orenbourg
II
Si les Russes ont pu établir facilement sur la haute Petchora et
dans Oural moyen ils ont rencontré des populations assez pai
sibles et relativement aisées convertir la foi orthodoxe il en
pas été de même dans les régions plus méridionales Ils sont appa
rus en petites colonies militaires occupant des postes fortifiés destinés
servir de lieux échange et de points appui la fois principale
ment sur les terres des Rachkirs dont la soumission après la prise
de Kazan était plus apparente que réelle
Ce furent donc des préoccupations militaires qui présidèrent la
création des premiers établissements russes et histoire des progrès
de la colonisation se mesure aux déplacements vers et vers le
SE de leurs lignes de forteresses Pour couvrir Kazan on uti
lisa tout abord la vallée de la Kama belle voie navigable qui reliait
entre eux les divers postes et permettait le trafic avec les Tatars et
les Tchouvaches de ses rives ainsi avec les Rachkirs établis sur son
affluent la Rielaïa Ainsi élevèrent sur la Kama Laïchev Tchistopol
lélabouga et non loin du fleuve Menzelinsk puis prolongeant cette
première ligne Rirsk et Oufa le long de la Rielaïa
Laichev fut construit en lo57 dans une position dominante sur la
rive droite et une verste environ de la Kama et ses premiers habi
tants furent des strieltsy Suivant un type de fortification qui ne
varia guère en Russie jusque vers la fin du xvnie siècle et on
retrouve encore hui en Sibérie au de la grande zone de
cultures et de passage Laïchev avait pour sa défense une enceinte de
bois munie de grosses tours également en bois que couronnaient un
petit nombre de pièces artillerie ïchistopol et lélabouga dont les
origines nous sont moins bien connues mais remontent sans doute
la même époque se placèrent aussi sur des coteaux proches de la
Kama ïchistopol se peupla de paysans enfuis des domaines de leurs
seigneurs lélabouga eut pour habitants des paysans de la Couronne
Quanta Menzf linsk fondé en 1584 ce fut comme Laïchev dès le début
un poste militaire tabli en pays bachkir Menzelinsk re ut une gar
nison de 100 strieltsy cheval et fut protégé par des remparts en
terre puis vinrent en 16oo 124 familles de la noblesse polonaise du
ANN DE OG VIIIe ANN 130 OGRAPHIE GIONALE
gouvernement de Smolensk astreintes au service moyennant la con
cession de terres Menzelinsk justifia le choix de son emplacement par
insuccès éprouvèrent chaque fois ses assiégeants les Tatars
Nogaïs et les Kalmouks en 1645 les Rachkirs et les Kirghiz en 1663
les Rachkirs en 1676 1708 et 1735 les bandes de Pougatchev en 17741
Le long de la Rielaïa naquirent Rirsk au confluent de la Solikha et
Oufa au confluent de Oufa toutes deux dans le courant du xv siècle
Oufa est née en 1574 en pays bachkir et chose curieuse la
demande des Rachkirs eux-mêmes Oufa fut créée en vue de leur
épargner la peine aller Kazan pour apporter leur tribut
annuel de pelleteries et deux compagnies de strieltsy vinrent tenir
garnison dans la nouvelle localité que on fortifia soigneusement au
moyen un kremlin et une enceinte de bois munie de tours Oufa
devait avoir ainsi que Menzelinsk faire souvent ses preuves comme
ville forte entre époque de sa fondation et celle où les bandes de
Tchika allié de Pougatchev parurent sous ses murs elle eut sou
tenir des sièges en 1662 1707 1735 et 1755 Aussi eut-elle une
croissance lente quand Pallas la visita en 1770 presque la veille
un dernier siège ce était une pauvre ville sans manufactures
ni commerce laide et malpropre Le commerce consistait guère
écrit Pallas tirer de Kazan toutes les marchandises communes
pour les vendre très haut prix aux Rachkirs3 Telles furent les
humbles origines une ville de gouvernement qui est passée dans
notre siècle de 12551 hah en 18554 50576 en 1897
Ces divers postes assez facilement reliés entre eux par des voies
navigables fortifiés pour la plupart servirent de points appui la
colonisation Auprès des villes fortes se créèrent des villages le long
des sections navigables intermédiaires sur des points élevés des rives5
Nous pouvons remarquer dès présent deux caractères peu près
constants de la colonisation russe elle procède par la création préa
lable de lignes de forteresses jetées en avant pour tracer les limites
provisoires de la région il agit occuper ou de peupler ces lignes
se succèdent de proche en proche toujours plus avancées faisant res
sembler la marche de la colonisation la propagation une marée
montante 20 le Russe insinue le long des vallées et peu peu il se
MEXOV Georii apliilchesko-sluH.stiiciiesIiu slavar Rossiiskoï Imperii Saint-
Pétersbourg 1863-188 Ill 2-20 2-21
Ibid. 393
PALLAS Voyages en diferentes provinces de empire de Russie Trad fr. II
Paris 1789 Et Pallas ajoute Les urs des habitants rendent ce séjour
encore plus désagréable
Peterm Mitt. 1838 3-23
Tels furent pros de Oufa entre Oufa et Birsk Kr sni i-Iar 1(533) rosoii-
darstvenw/é Dottraneï Ki 7) Monastyrnyé Douuanéï 1647) en amont Oufa
Bogorodskoïé 16i 7) sur laBielaïa Vosnesenskoïé sur un affluent de droite de la
Kama Zaïnsk et TO H(I/ COLO:4SATIOiN RUSSE DANS LE SUD DE OURAL 131
torme travers le pays de population non russe un réseau établis
sements occupés par des colons slaves un système enclaves ethniques
allongées destinées se relier un jour ou autre en un groupe com
pact Une carte ethnographique de la Sibérie nous traduit au premier
coup il cette habitude la méthode pas change elle fut la même
dans la Russie Europe durant les derniers siècles
Quand les premiers établissements russes se trouvèrent assez
rapprochés les uns des autres et quand le pays fut suffisamment
peuplé la marche en avant reprit Ce fut abord et comme précédem
ment par la création de forteresses avancées on débuta ainsi
furent fondées leldiaiskaïa l73o) sur Oufa dans le district actuel
deBirsk Nayaïbak 1736) en pays tatar dans le district de Réiébéï
Tabynska 1736) en pays bachkir sur la Bielaïa dans le district de
Sterlitamak msk 1736) sur Oufa dans le Sud du gouver
nement actuel de Perm La plupart de ces forteresses étaient du type
courant avec enceinte de bois munie de tours On les peupla de gens
de divers métiers on organisa militairement et est dans cette
population que on puisa un siècle plus tard pour renforcer le
voïsko des Cosaques Orenbourg
Une grande impulsion fut tout coup donnée au milieu du
xvn siècle établissement des Russes dans Oural méridional
Les résultats obtenus dans ouverture exploitations minières dans
le gouvernement de Perm sollicitèrent attention de riches particu
liers et de Etat qui pratiquèrent plus au des recherches bientôt
couronnées de succès Dans les replis de Oural et dans los vallées tri
butaires de la Bielaïa surgirent partir de 17o une foule exploitations
et usines Les Mossalov de Toula créèrent Zluloousi sur des
terres achetées aux Bachkirs et on ne tarda pas travailler le
cuivre et le fer dès 177 Zlatooust comptait déjà 176 maisons et
habitants La même année sur le Kana petit affluent de la Bie
laïa naissait i.i où on exploite le cuivre3 En 1756 le ba
ron Strogonov fondait usine Satkinskiilt En 1759 ïverdychov et
Miasnikov créaient Simsini pour le travail du fer le minerai venait
des mines de Kalnou ouvertes en 1735 Et ce est là une petite
partie des exploitations qui débutèrent cette époque Les ouvriers
de ces mines étaient des serfs pris dans les domaines des nouveaux
acquéreurs Ils habitaient des maisons bien construites le long de
larges rues chaque village avait son centre église et la demeure
des propriétaires En cas incursion de la part des Bachkirs ces vil-
R.u.ozix iilf/a of Oki do Kan aint-Petci sbuur 18!)0 471
FALK ci/e 43
RAI.O/IX èilé 11
SEMKNUV ör èilé IV û7
Ibid. IV 132 OGRAPHIE GIONALE
lages élaient pour la plupart protégés par des fortifications faites
épaisses solives Tel était entre autres le village élevé auprès de
usine de Simskii quand Pallas le visita en 1772 Entre temps les
paysans de ces villages coupaient du bois et faisaient du.charbonpour
les forges cultivaient le lin le chanvre et diverses céréales exclu
sion du blé qui ne mûrissait pas toujours2 Chaque centre exploita
tion vu la rareté des combustibles minéraux dans Oural eut donc son
village de bûcherons et de charbonniers Orlovka servit ainsi ali
menter les forges Oust-Kataoïisku situées versies et celles de
Kafaou-Ivanovskn 17 versies3
Malheureusement cette installation de industrie russe dans
lOural et ses vallées ne se fit pas sans mécontenter la population
indigène par imprudentes spoliations Le gouvernement russe
constitua aux dépens des Bachkirs une réserve de terres de la
Couronne destinée des colons et des fonctionnaires qui il les
abandonna bas prix Puis la spéculation intervint de riches mar
chands et des fonctionnaires russes achetèrent aux Bachkirs
immenses lots de terre ayant 100000 et 200 000 déciatines
des prix qui souvent ne dépassaient pas kopeks par déciatine
est ainsi que dans le gouvernement Oufa où ils possédaient les
deux tiers du sol les Bachkirs se virent enlever de gré ou de force
librement ou par ruse un million et demi de déciatines Or ces
terres acquises vil prix se revendaient couramment raison de
40 roubles par déciatine au paysan russe spéculation des plus pro
fitables on le voit mais qui explique sans peine les soulèvements ré
pétés de la population ainsi spoliée et la nécessité pour chaque éta
blissement russe de se constituer en poste fortifié
ces malversations se joignirent des gaspillages gaspillages de
la Couronne qui dans les districts de Birsk Oufa Sterlitamak Zla-
tooust Menzelinsk Bélébéï céda des fonctionnaires en faveur des
centaines de parcelles de terre des prix inférieurs ceux du fer
mage annuel gaspillage de trafiquants sans scrupules qui saccagèrent
les forêts des gouvernements Oufa et Orenbourg et envoyèrent en
radeaux Saratov Tsaritsyn et Astrakhan énormes cargaisons de
bois élevant ainsi sur place les prix du combustible nécessaire aux
usines et ceux des matériaux de construction est sans doute la rai
son pour laquelle le long de la Metchetnaïa affluent de Oural les
briques cuites provenant des ruines anciennes mosquées tatares
furent si appréciées par les Cosaques Orenbourg
PALLAS 11 36
Ibid. 41
après OV Otcherld iz ji Baclikirov ed. Moscou 1888 passim
FALK èilé 161 COLONISATION RUSSE DANS LE SUD DE OURAL 133
Quoi il en soit et malgré les difficultés et les erreurs de ces
débuts une population russe assez nombreuse se trouvait déjà fixée
parmi les indigenes de Oural dès le milieu du siècle dernier et
indépendamment de immigration de nouveaux arrivants qui
cessé de la grossir elle était déjà même de accroître elle seule
par excédent régulier des naissances sur les décès En dehors
Oufa et des localités voisines le district Oufa renfermait en 1771
une population russe de 12408 individus et malgré la disproportion
des deux sexes la natalité fut de 436 la mortalité de 146 seulement1
Dans les centres miniers avec 602 hommes et 193 femmes il eut
la même année 697 naissances contre 364 décès Dans trente autres
paroisses avec 23 661 hommes et seulement 14399 femmes 966 nais
sances pour 482 décès2
III
Dans le gouvernement Orenbourg établissement des Russes
rencontra peu près les mêmes difficultés fut contrarié par les mêmes
adversaires et se fit suivant les mêmes méthodes Aux soulèvements
des Bachkirs se joignaient ici les incursions des Kirghiz de la steppe
et est pour ainsi dire entre deux feux ils durent organiser La
conséquence de la conquête des pays bachkirs était il fallait assu
rer ces possessions nouvelles contre de nouveaux ennemis Ainsi
imposait déjà la Russie cette nécessité de conquérir pour conser
ver qui conduite la frontière de Perse et Afghanistan3
Aussi organisation militaire de cette frontière avancée fut-elle
des plus solides comme toutes leurs autres frontières exposées les
Russes créèrent des lignes de forteresses et leur donnèrent pour
habitants des colons astreints au service des soldats et des Cosaques
Rien ne fut négligé des détails une occupation méthodique et pré
méditée le conseiller tat Kirilov envoyé pour organiser la future
ligne Orenbourg dressa les premières cartes de la région avec lu
vint le naturaliste Heinzelmann Schober voyagea le long de la
Sakmara et le botaniste Rinder fit un séjour ces
voyages devaient faire suite comme pour les gouvernements Oufa
et de Perm diverses expéditions scientifiques envoyées par Académie
des sciences de 1768 1774 celles de Pallas de Lépékhin de Falk
de Nicolaus de Rytchkov de Georgi la fois pour examiner les res-
9;)1 hommes G4;.i7 femmes FALK èilé 432)
lind. 43
Cf une note diplomatique du ministre des Affaires étrangères prince Gort-
chakov 1864)
GEORGI Geofl physik und naiurhist Beschreibung des russisclien
Reidis Königsberg 1798 499 à00 134 GEOGRAPHIE GIONALE
sources du pays et pour accroître des connaissances géographiques
encore incomplètes Enfin le gouvernement soumit les nouveaux ter
ritoires des inspections sanitaires celle de 1759 eut pour consé
quence le déplacement de localités jugées trop insalubres1 est
ainsi qu Orenbourg se dépla deux fois avant de se fixer son empla
cement actuel Construite en 1734 au confluent de lOural2 et de
Ora où son nom) elle fut transférée en 1739 182 verstes plus en
aval sur les représentations du conseiller Tatichtchev puis en 1742
sur un rapport de Népliouïev impératrice Elisabeth lui fit assigner
70 verstes encore en aval emplacement elle occupe hui3
Mais de ces deux essais il resta quelque chose de durable la pre
mière localité devint la ville Orsk la seconde fut la forteresse Kras-
nogorskaïa Orenbourg garda son nom autrefois bien que sa transla
tion loin du confluent de Ora lui eût enlevé toute significalion
la création Orenbourg succéda rapidement celle de nombreuses
forteresses élevées entre les années 1735 et 1760 sur les bords de
Oural et de son affluent la Sakmara ainsi que le long de Ouï
affluent du Tobol Situées peu de distance les unes des autres ces
petites places pouvaient se prêter un mutuel appui et lors des
troubles qui agitèrent le pays soulèvements variés révolte de Pou-
gatchev etc. elles répondirent aux espérances de leurs créateurs Ces
derniers Kirilov Tatichtchev Népliouïev en déterminant emplace
ment de ces forteresses et en constituant leurs garnisons ont per
mis la domination russe de asseoir solidement en attendant le
peuplement de la région
Les voyageurs qui au siècle dernier visitèrent le gouvernement
Orenbourg tels que Pallas Falk Georgi nous ont donné la liste de
ces forteresses ainsi que le chiffre de leurs garnisons et de leur popu
lation La ligne de la Sakmara comprenait les forteresses de Sak-
marskaïa Pretchistenskaïa et Vozdvijenskaïa Sakmarskaïa avait pris
naissance comme stanitsa des Cosaques vers 170o cinquante ans
après elle comptait déjà un peu plus de 3500 habitants4 mais en
1771 elle en avait plus que 740 dont 200 Cosaques sous les armes
Pretchistenskaïa fondée en 1743 par Népliouïev avait une enceinte
armée de canons et une garnison de Cosaques et invalides Vozdvi
jenskaïa fondée en 1742 fut abord peuplée de Cosaques puis les
Cosaques furent éloignés en 1768 et remplacés par 110 familles de
Tatars Nogaïs venus du gouvernement de Kazan Du reste ce mo-
Cf Novoïé mia l- -26 février 1897
Appelé alors laïk
PALLAS onvr cife Ie1 35 note
NOV IV 392
FALK ouvf 1à6 vr p 156 COLON4SATION RUSSE DANS LE SUD DE LOURAL 135
ment la ligne de Sakmara avait guère plus de raison être on
laissa tomber ses redoutes en ruines et les garnisons furent en partie
avancées sur Oural où échelonnaient déjà de nombreux postes
un rôle bien autrement important
Les forteresses des bords de Oural et de Oui étaient classées
par distances On distinguait ainsi la distance du bas Oural la
distance de Krasnogorskaïa la distance Orsk la distance
de Ouï
La distance du bas Oural comprenait les forteresses de
lïazsilpna Nijné-Ozcrnaïa Talichtciievskaïa ietdienska et
Orenbourg Avant otre une forteresse Razsypnaïa avait re une co
lonie de 100 familles de Petite-Russie qui ala suite une attaque des
Kirghiz durent être rapatriées dans Ukraine Razsypnaïa re ut alors
une affectation militaire et des fortifications Tatichtchevskaïa peu
plée des mêmes éléments origine en 1744 subit aussi la même
transformation Nijné-Ozernaïa et Tchernorietchenskaïa furent dès le
début des postes militaires1 Orenbourg était la grande place de la
ligne le centre de toute la défense et de tout le commerce du pays
En 1771 elle était défendue par des remparts et des fossés renfermait
une garnison de bataillons et une compagnie artillerie et de
vastes magasins approvisionnement Son enceinte
533 maisons disposées le long de rues larges et droites mais sans
pavés ni trottoirs ainsi un vaste gostinnyi dvo de plus de
300 boutiques2 au dehors dvo plus grand encore que
surveillait un corps de cent Cosaques servait importants échanges
avec Asie Centrale on apportait des peaux agneaux de Roukhara
et de Khiva des mousselines du coton cru et filé les Kalmouks et
les Kirghiz vendaient des poils de chèvre et de chameau près de
10000 chevaux et de 40000 60000 moutons par an On amenait
aussi le sel extrait des gisements Iletzk 65 km Orenbourg
exploitaient depuis longtemps les Kirghiz4 et dont la Russie
avait pris possession en 17443 entre Orenbourg et Iletzk le trans
port du sel était protégé par deux blockhaus armés chacun de deux
pièces et munis une petite garnison Le sel Iletzk approvision
nait non seulement le gouvernement Orenbourg mais celui Oufa
et une partie des indigènes avait fournir en guise impôts des
voitures pour les charrois7
la distance de Krasnogorskaïa appartenaient les forteresses
GEORGI ile 40
FALK 128 -129
PALLAS 1er 338-361
VoEiKOv Soe Geog Paris 1888 à2à
SEM XOV t.11 320
FALK oiivr cité 139 140
Par exemple les ïepliars de Belékes pres Oufa PALLAS II 22)