La structure urbaine de Caracas - article ; n°427 ; vol.78, pg 286-309

-

Documents
30 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1969 - Volume 78 - Numéro 427 - Pages 286-309
The structure of Caracas. - Abstract. - The article is a study of the structure of Caracas, a town which could be described as an incoherent union of homogeneous elements. Until the 1920s the development of the town was slow and irregular. This fact can be explained in terms of natural disasters, such as the earthquake of 1812, in terms of the war of independence, and finally, in that of civil disorder. Starting in the 1930s the huge increase in oil production and the new policy of centralisation brought about an extremely rapid growth of the city. Since then two types of development can be distinguished in Caracas. Firstly coalescence, then, after the construction of urban thoroughfares, ribbon development. The second part of the article is an attempt to classify according to type the two basic elements of the urban pattern: the buildings and the districts. The third illustrates how those elements are grouped: in space, around a large commercial axis, and in time as the consequence of developments in transport. The author has undertaken the interpretation of aerial photographs, some of which date back to 1936, which enables him to estimate and map the flow of traffic and the changes which have taken place in the townscape.
La structure urbaine de Caracas - Résumé. - L'article étudie la structure de Caracas, ville que l'on peut définir comme une réunion incohérente d'éléments homogènes. La ville a connu jusqu' aux années 1920 un développement lent et irrégulier qu'expliquent certaines catastrophes naturelles, comme le tremblement de terre de 1812, la guerre d'Indépendance, puis les troubles civils. A partir des années 1930, le grand essor de la production pétrolière et la centralisation politique nouvelle ont provoqué une crois sance extrêmement rapide de la ville. Caracas connut alors deux types de développement: par coalescence, puis, après la construction d'autoroutes urbaines, par grand axe. La seconde partie de article essaie de classer par types les deux éléments de base du tissu urbain: les constructions et les quartiers. La troisième montre comment ces éléments se groupent, dans l'espace autour un grand axe central, dans le temps grâce aux transports. L'auteur s'est attaché à l'interprétation de photos aériennes, dont certaines remontent jusqu'à 1936 et qui permettent d'estimer et de cartographier les flux automobiles et les transformations du paysage urbain.
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1969
Nombre de visites sur la page 26
Langue Français
Signaler un problème

Bernard Marchand
La structure urbaine de Caracas
In: Annales de Géographie. 1969, t. 78, n°427. pp. 286-309.
Citer ce document / Cite this document :
Marchand Bernard. La structure urbaine de Caracas. In: Annales de Géographie. 1969, t. 78, n°427. pp. 286-309.
doi : 10.3406/geo.1969.15866
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1969_num_78_427_15866Abstract
The structure of Caracas. - Abstract. - The article is a study of the structure of Caracas, a town which
could be described as an incoherent union of homogeneous elements. Until the 1920s the development
of the town was slow and irregular. This fact can be explained in terms of natural disasters, such as the
earthquake of 1812, in terms of the war of independence, and finally, in that of civil disorder. Starting in
the 1930s the huge increase in oil production and the new policy of centralisation brought about an
extremely rapid growth of the city. Since then two types of development can be distinguished in
Caracas. Firstly coalescence, then, after the construction of urban thoroughfares, ribbon development.
The second part of the article is an attempt to classify according to type the two basic elements of the
urban pattern: the buildings and the districts. The third illustrates how those elements are grouped: in
space, around a large commercial axis, and in time as the consequence of developments in transport.
The author has undertaken the interpretation of aerial photographs, some of which date back to 1936,
which enables him to estimate and map the flow of traffic and the changes which have taken place in
the townscape.
Résumé
La structure urbaine de Caracas - Résumé. - L'article étudie la structure de Caracas, ville que l'on peut
définir comme une réunion incohérente d'éléments homogènes. La ville a connu jusqu' aux années
1920 un développement lent et irrégulier qu'expliquent certaines catastrophes naturelles, comme le
tremblement de terre de 1812, la guerre d'Indépendance, puis les troubles civils. A partir des années
1930, le grand essor de la production pétrolière et la centralisation politique nouvelle ont provoqué une
crois sance extrêmement rapide de la ville. Caracas connut alors deux types de développement: par
coalescence, puis, après la construction d'autoroutes urbaines, par grand axe. La seconde partie de
article essaie de classer par types les deux éléments de base du tissu urbain: les constructions et les
quartiers. La troisième montre comment ces se groupent, dans l'espace autour un grand axe
central, dans le temps grâce aux transports. L'auteur s'est attaché à l'interprétation de photos
aériennes, dont certaines remontent jusqu'à 1936 et qui permettent d'estimer et de cartographier les flux
automobiles et les transformations du paysage urbain.La structure urbaine de Caracas
Planches VI-IX par Bernard Marchand
Maître-assistant la Sorbonne
Comme dans beaucoup de villes Amérique latine étranger est vite égaré
dans Caracas Les adresses indiquent avant tout le nom du quartier dont
un habitué peut déduire mieux ailleurs le niveau de vie du locataire le
type de construction et la partie exacte de la ville où il se trouve Le nom
de la rue ne suffit pas car chaque quartier ou presque sa calle Apamates
ou son avenida Los Chaguaramos Parfois un numéro est donné mais il est
rarement indiqué sur les fa ades et ne correspond aucun ordre Le nom de
la maison est plus utile et désigne unité de base aussi bien une construction
médiocre un édifice de quinze étages Dans le ur de la ville seuls les
carrefours esquinas du plan en damier portent des noms adresse précise
entre tel et tel carrefour
Tous ces procédés compliqués qui obligent parfois le nouvel arrivé
entrer dans un café pour demander par téléphone on vienne le chercher
manifestent hétérogénéité un organisme urbain où se détachent les deux
éléments essentiels la maison et le quartier tous deux désignés par des noms
propres
Cette complexité est récente la période entre les deux guerres
Caracas grandi aussi vite que les autres villes vénézuéliennes et ne les
dépassait que de peu En fait la capitale avait pas une fonction indus
trielle ou commerciale plus grande que Maracaïbo Valencia ou BarquisimetOy
au contraire partir des années 1930 les royalties du pétrole donnent la
richesse un tat qui vient être centralisé les capitaux convergent vers
Caracas les hommes aussi La ville entame un développement considérable
qui dure encore au rythme de 66 100 an 690 000 habitants en 1950y
400 000 en 1961 plus de 000 000 hui
essor démographique apparition de nouvelles fonctions urbaines le
développement de la circulation automobile la magnificence des généraux-
dictateurs tout concourt bouleverser Caracas en quelques années et lui
donner aspect hétérogène qui est hui le sien STRUCTURE URBAINE DE CARACAS 287 LA
La ville été fondée il 400 ans dans un graben orienté est en
ouest au pied de la Cordillera de la Costa les sommets de Avila atteignent
plus de 000 mètres et tombent aussi abruptement au nord dans la mer des
Caraïbes au sud sur la plaine de Caracas dont le fond se trouve près de
000 mètres altitude Au sud est et ouest des collines plus basses
limitent irrégulièrement ce graben et la ville poussé des appendices dans
les vallées qui les séparent
Les cônes alluvions qui se joignent au pied de Avila entre les facettes
encore fraîches ont poussé vers le sud le Guaire petite rivière et collecteur
principal est sur ces cônes inclinés vers le sud et transformés en terrasses
par les rajeunissements récents que est formée Caracas Le premier éta
blissement était situé extrémité occidentale de la vallée au sommet du
formé par la route de la côte au nord-ouest et celle des mines or Ant mano
et de Los Teques au sud-ouest Diego de Losada abandonnait prudemment
la plus grande partie de la plaine aux Indiens Caracas on avait pu
encore massacrer Le site est resté le même pendant trois siècles essor
subit et violent de la capitale partir de 1930 provoque occupation de la
plaine vers est et transforme le en un que figure hui le plan
de la ville
La situation est assez bonne ville altitude 25 km de la mer Caracas
jouit un climat frais agréable malgré ses variations extrêmes et soudaines
et échappé pendant des siècles la malaria et même la fièvre jaune Mais
bien autres villes ont une situation meilleure Mérida au ur des Andes
dont elle commande les passages Maracaïbo au goulet un lac immense
aux rives très riches là où la barre obligeait au transbordement des mar
chandises Barcelona débouché de élevage des Llanos sont mieux situées
et ont été fondées plus tôt Il est vrai que la côte de La Guaira très accore
et battue par les vents est dangereuse et que le seul bon port se trouve
beaucoup plus loin Puerto-Cabello
Aussi bien le développement de la ville a-t-il été lent et difficile Détruite
de fond en comble par le séisme de 1812 qui fait plus de 10 000 morts le
quart de la population ruinée aussitôt après par la guerre Indépendance
puis par les guerres civiles Caracas mis près un siècle se relever En
1920 elle ne comptait encore que 92000 habitants presque tous nés sur
place essor pétrolier des années 1930 va tout changer les provinciaux se
précipitent vers la capitale la population bondit la ville étend plus en
20 ans elle avait fait en trois siècles
Ce développement urbain extraordinaire mérite être repris en détail
car il permet de définir les éléments urbains principaux maisons et quartiers
et analyser le tissu urbain ils composent
LE VELOPPEMENT URBAIN
Les anciens plans montrent aspect traditionnel du ur de la ville et le 288 ANNALES DE OGRAPHIE
rôle des deux routes de La Gua ra et de Los Teques mais les renseignements
les plus complets sont fournis par étude des photos aériennes Deux vols
sont particulièrement utiles un de 1936-1937 et autre de 1959 Les photos
ne sont pas seulement plus exactes que les plans surtout ceux des années 1930
mais aussi beaucoup plus riches grâce effet stéréoscopique il est possible
estimer la hauteur des immeubles les plus élevés remplissant ordinaire
une fonction commerciale Mieux encore la grandeur de échelle permet de
distinguer les véhicules dans les rues et de cartographier le trafic interpré
tation des photos donne ainsi le moyen de mesurer précisément et de loca
liser les courants de circulation de la Caracas de 1936 et de les comparer
ceux des années suivantes avantage tout fait exceptionnel Les vols de
1936 et de 1959 de la planche VI ont été pris peu près la même heure
17 environ.
existence urbaine
la fin du xixe siècle Caracas est guère sortie du site où avait
fondée Diego de Losada Limitée au sud par le cours du Guaire et est par
les vallées de Catuche et Anauco dont les crues peuvent être redoutables la
ville ne pouvait étendre aisément que vers le nord-ouest et le sud-ouest
Au reste la rigueur géométrique du plan en échiquier ne permet pas aux rues
de adapter au réseau hydrographique des quartiers séparés par des ravins
infranchissables ont leurs rues alignées de part et autre de la coupure ce
qui est absurde ou bien il faut transformer les rivières en égouts et cons
truire dessus travaux importants qui ont été entrepris au moment de
la première guerre mondiale cette époque Caracas se développa
donc le long des deux axes qui avaient amené sa fondation Dans le reste de
la plaine et des vallées affluentes des haciendas étaient transformées en
petits villages Sabana Grande Chacao Petare El Valle Baruta où les
Caraque os venaient souvent en villégiature fig l)
Pendant essor des années 1930 les anciens mouvements continuèrent
vers le nord-ouest urbanisation de la plaine de Catia) vers le sud-ouest
construction au sud du Guaire du quartier élégant El Para so) tandis que
se multipliaient les villes autour des vieux noyaux de la plaine
Avec la fin de la seconde guerre mondiale culmine le développement vers
le nord-ouest et commence la grande poussée vers est qui supplante le
Para so dans son rôle de beau quartier fig les quartiers du vieux
centre commencent décliner relativement
La dernière période inter-censale 1950-1961 marque une rupture avec
le passé fig Ce est plus le centre de la vieille ville mais sa bordure les
paroisses périphériques qui perdent leur importance relative Les quartiers
nord-ouest Catia connaissent aussi un reflux En revanche le mouvement
vers est bat son plein tandis que commence avec les années 1960 un
nouveau mouvement vers le sud Les environs El Valle urbanisent une Illustration non autorisée à la diffusion
Le centro en 1959 Noter le sommet de avec au milieu les gratte-ciel Pl VI Le centro en 1936 Le nord étant en haut au nord-est une
du Centro Simon Bolivar et le début de autoroute ouest-est En haut place boisée la place Bolivar partie la plus ancienne de la ville Un peu
et au milieu la place Simon Bolivar plus bas un pâté occupé tout entier par une grande construction en
rectangle le Congrès Capitele) datant du XIXe siècle Clichés Cartografia Nacional
Illustration non autorisée à la diffusion Illustration non autorisée à la diffusion
PI VII Caracas vue de est Au fond les deux grandes tours du Centro Sim Bol var El Silencio Derrière elles la colline
boisée du pied de laquelle partaient vers la gauche la route Antimano vers la droite celle de La Guaira autoroute
coupé la vieille ville en deux Remarquer gauchs le vieux quartier EI Conde en déclin et droite le développement des
gratte-Ciel Cliché Créole Petroleum Corporation. Si et extension de Caracas Fig
Zone montagneuse Autoroutes Autres voies Vieux Caracas et anciens villages isolés avec axes de croissance entre les deux guerres
Extension de Caracas et axes de croissance dans les années 1950 Axes de croissance actuels 1941-1950
LA GUAIRA
1950-1961
Fig Variation de la population des quartiers en pourcentage
Zone métropolitaine 100 . LA STRUCTURE URBAINE DE CARACAS 291
vitesse prodigieuse tandis que les abords de Baruta commencent devenir
la zone la plus élégante hui si Est est encore la zone résidentielle
par excellence et si les buildings poussent comme des champignons est
vers le sud que se déplace déjà efîort de peuplement et que se tournent les
spéculateurs avisés
Tout cela est produit si vite en moins de trente ans une plaine de
18 km sur km été urbanisée et que on continue encore édifier dans le
vieux centre des gratte-ciel destinés principalement au logement Fait signi
ficatif les poteaux indicateurs placés sur autoroute centrale au ur de
la ville indiquent le noyau primitif par le mot Caracas et les autres
directions par le nom des quartiers comme si ceux-ci même les mieux urba
nisés comme Sabana Grande ou Chacao ne faisaient pas encore partie de la
capitale la construction été plus rapide que évolution des esprits
interprétation des vues aériennes permet examiner de près un phéno
mène aussi brusque La comparaison des photos et le rapprochement de
cartes époques différentes met en lumière deux types de développement
urbain
Le développement par coalescence
Le plan traditionnel des villes vénézuéliennes été apporté par les
Espagnols qui le tenaient eux-mêmes des Romains Ce plan en échiquier est
déterminé par le croisement angle droit de deux routes importance
analogue Une fois les deux axes tracés la ville peut étendre dans importe
quelle direction pourvu que le terrain soit favorable est-à-dire ait une
pente faible et régulière Aucune direction est privilégiée et cela explique
que le noyau de Caracas depuis le xvie siècle aux années 1930 ait
grandi vers le nord puis vers le nord-ouest le sud le sud-ouest et enfin
est
Une autre propriété de ce tracé en damier est que la ville ne possède
presque jamais de centre commercial La grande place que on honore dans
tout le pays du nom de Sim Bol var avec une statue en son milieu et
deux allées en diagonale est toujours carrée et occupe emplacement un
bloc de maisons est le centre politique intellectuel et religieux deux
côtés sont occupés Caracas par la Municipalité la Police et le ministère
des Affaires étrangères les deux autres par ancienne Université et la
cathédrale) mais on trouve ordinaire aucune activité commerciale Les
exceptions sont rares et toujours de date récente
Enfin la circulation se fait aussi aisément le long de chacun des axes
perpendiculaires Les photos aériennes de 1936 fig montrent que les voies
nord-sud ne sont pas moins fréquentées que les rues est-ouest il semble
même elles le sont davantage
Le développement une ville bâtie sur ce plan se fait en prolongeant les
rues Seuls des accidents naturels peuvent altérer le dessin des nouveaux